Téléchargez l'appli SENEGO
PUBLICITÉ

Lettres ouvertes aux Sénégalais : “Avant de parler de Gaz, Pétrole, Or…” (Par Mouhamed Ben Diop)

Je me présente à la prochaine élection présidentielle prévue en 2024 Inchallah et je compte sur votre soutien pour y arriver. J’ai pris cette décision, car je considère que notre pays a besoin de retrouver le rayonnement qu’il mérite tant en interne que sur la scène internationale.

Je veux que tous les sénégalais retrouvent la foi en notre pays, à nos institutions ainsi qu’à notre système. Je rêve debout pour certains mais c’est ce rêve entouré d’une conviction profonde, d’une croyance aussi forte et d’une volonté sans retenue qui m’animent et me motivent. J’ai un rendez-vous avec vous le peuple ! Rêvons ensemble jusqu’en 2024 et faisons ensuite de ce rêve une réalité éclatante au jour en répondant présent, tous ensemble, pour reconstruire, la main dans la main notre jeune nation. Les seules bases de réussite sont dans le travail, ma conviction profonde du travail et de servir mon pays sans rien attendre. Nul besoin de vous montrer un autre chemin autre que celui-ci ; « le Travail ». Chemin qu’a toujours connu le Sénégal et que nos vénérés Hommes de Dieu nous ont toujours tous enseigné. Je leur rends grâce ici qu’Allah soit satisfait de leur travail.

Mon ambition étant de changer les choses et je changerai ce pouvoir mais ce pouvoir ne me changera pas !

Depuis ma naissance, j’entends les mêmes mots, les mêmes phrases, donc les mêmes politiques à savoir, Autosuffisance alimentaire, égalité des chances, éducations des jeunes, case de santé, accès à l’Eau, à l’Electricité…. Avec les résultats que nous savons !
Nous sommes fatigués ! fatigués de cette politique ! fatigués de ces promesses ! fatigués de ce manque de considération ! fatigués de ce TOUT !Au moment où le monde bouge à une vitesse grand V, au moment où les grandes nations font face à de nouvelles technologies révolutionnaires, le Sénégal roule à 2 vitesses : 1. La course pour la survie de sa population dans sa plus grande majorité, en somme la course à la satisfaction de nos besoins primaires ; 2. Un Sénégal de la 5.0

La situation désastreuse dans laquelle nous vivons est en contraste avec la politique que nos dirigeants nous imposent depuis notre indépendance ainsi que leurs discours. Avant c’était les villages de mon grand-père maintenant le village est dans la ville ! Je refuse de fermer les yeux face à ce marasme socio-économique auquel le pays est plongé. Je refuse d’être complice de cette vie dans laquelle la population est plongée. Je refuse de taire ma voix alors que mes parents, frères, sœurs et enfants vivent dans la souffrance et le « Goorgorlou » de tous les jours !

Nul besoin d’étaler tous nos maux ici, nous les connaissons tous car c’est notre quotient. Nul besoin d’études et d’experts chevronnés pour nous faire l’analyse de la situation socio- économique de notre pays, nous le vivions au quotidien. J’ai honte, honte pour mon pays !

Sama Gaayi ! Diokeu Diotna !

Mon objectif est de vaincre ce quotidien, redonner le sourire à nos enfants, de voir ma population sereine et joyeuse, de vivre dans un cadre sain et épanouissant, et de rétablir la barrière de l’équilibre social entre les gens et l’égalité de chance pour tous.

La satisfaction de nos besoins primaires est le socle de toute personne normale qui respire et marche sur terre et doit être garantie dans un état de droit : Manger à sa faim, l’éducation de nos enfants, et la santé pour tous.

Je veux m’attaquer à ce qui fera améliorer tout de suite le quotidien du Sénégalais dès les 1ers mois de mon mandat. Si nous ne pouvons pas améliorer le minimum vital de nos concitoyens, tout le reste ne sera que bavardage et divertissement et il est même conseillé et souhaitable, pour ces aspects d’avoir le ventre plein pour bien le faire. Sénégalaise, sénégalais je ne vais pas vous vendre du rêve mais je veux partager avec vous ici les conditions qui nous permettrons tout de suite de croire à des jours meilleurs.

Avant de parler de Gaz, Pétrole, Or… : Mangeons d’abord ! Soignons-nous, Amenons nos enfants à l’école et surtout protégeons nous sous un toit et un environnement salubre.

Je ne vais pas vous parler avec un langage compliqué et comme me disait mon père, « si tu es clair dans tes idées tu peux le traduire dans tous les langages pour te faire comprendre de tous ». Ma conviction est grande, le chantier est grand mais tous ensemble nous y arriverons avec nos ressources.

Ne dit-on pas « Aides toi le seigneur t’aidera ! » Aidons-nous pour qu’Allah nous aide !

J’ai mal et j’ai mal pour mon pays ! Avec Moi à la tête du pays, le poisson on irait ensemble le pécher. Quand tu sauras bien le faire, tu serais enfin un Homme libre ! Etre pauvre n’est pas un péché mieux vaut cependant l’éviter. Je ne vise personne, je n’attaque personne, mon constat est juste un regard dans le rétroviseur du Sénégal mais cependant, l’horizon est plus large à regarder avec attention et bienveillance pour bien mener SUNU GAAL ! Ce coup d’œil dans le rétroviseur, nous montre un Sénégal meurtri, meurtri par la situation honteuse dans laquelle il se trouve. Un pays qui se cherche, qui affame sa population, un pays Où, certains nous parlent toujours d’accès à l’eau potable, d’électrification, d’éducation… et ce même pays a le soleil (électricité) 18mois/12, borné par l’océan, ce pays, avec ses fleuves qui le délimitent de ses voisins, un fleuve qui le traverse en son sein avec les barrages (DIAMA et MANANTALI) … Tel un signe de bénédiction divine !
C’est dans ce pays que des voix s’élèvent pour nous parler de malnutrition, de famine, d’accès à l’eau potable, d’électrification des villes et villages et surtout d’autosuffisance alimentaire…en 2021/2024. Marchons-nous sur la tête ? J’ai cherché longtemps avec le cœur brisé car l’amour que j’ai pour mon pays est incommensurable.

J’ai crié ma douleur sans avoir une voix qui porte ! Comme vous j’ai cru en eux, j’ai misé sur le cheval, j’ai cru à la seconde chance…j’ai…j’ai…j’ai….mais hélas ! Trop c’est trop ! Aujourd’hui je dis avec vous tous ensemble, nous disons : Doyna, Stop, Basta ! !!!
J’ai décidé et j’ai pris mon courage à deux mains pour me présenter à vous. Moi l’inconnu d’aujourd’hui qui ferait la différence demain ;
Moi l’immigré qui contrairement à une certaine idée reçue, nous connaissons autant que vous les problèmes du Sénégal. A chaque fois que vous toussez de la poussière, nous on s’enrhume du froid pour l’amour du pays, pour la paix au pays pour le bonheur du pays.
C’est l’occasion pour moi de saluer le geste de la Diaspora parfois assisté d’entrepreneurs locaux pour accompagner les populations de leur localité.

J’ai en tête plusieurs exemples de réalisation comme des hôpitaux, des écoles et salles de classe dans presque toutes les régions du Sénégal en passant par des cases de santé et autres structures utiles à la population et j’en passe.
Cet élan de solidarité est retrouvé dans la population locale, je ne peux pas passer sous silence une dernière initiative de jeunes qui ont organisé avec les moyens du bord, des journées de consultations en ophtalmologie avec délivrance gratuite de lunettes ; j’en ai les larmes aux yeux face à toute cette solidarité dont nous savons faire face ! Des sénégalais tous aussi investis dans le développement de leur cité, ville et village qu’en vers sa population. Non je ne cache pas ma condition d’immigré, de « Gens de la Diaspora » pour porter fièrement les couleurs de mon pays, sans complexes ni courbettes devant l’autre encore moins lorsque je serai inchallah à la tête de ce pays. Le Sénégal sera respecté et honoré partout.

J’en prends l’engagement ici !

Il n’y’aura pas de miracle ou de sorcier blanc pour nous sortir de cet état pathologique. Ça sera à nous et nous seuls d’y arriver inchallah.
A Nous de reconstruire notre pays avec nos propres ressources, A nous pour rétablir nos valeurs, A nous de relever le Sénégal et de le hisser parmi les pays émergés en touillant l’essentiel de notre éducation civique et morale perdues. Nous devons repartir de la base pour reconstruire notre « Case », revoir les fondations afin de garantir le futur de nos enfants et petits-enfants. Le Sénégal un pays Noble, Grand, Solide, Religieux et surtout un pays Débout !

Je ne ferai pas de discours sur l’international ni sur l’économie et autres volets de mon programme que vous verrez au fur et à mesure de notre cheminement vers 2024, encore moins pointer un doigt accusateur vers qui que ce soit parmi nos partenaires, le mal est fait mais il n’est jamais trop tard pour bien faire les choses, nous allons nous retrousser les manches et reconstruire ce Sénégal. Le Sénégal préservera ses intérêts et valeurs partout où il en sera question !

Mon objectif premier serait de réconcilier tous les sénégalais et que tous, puissent avoir les mêmes chances et opportunités. Le droit à une éducation serait une priorité absolue de mon gouvernement avec toutes les mesures d’accompagnement nécessaires. L’éducation serait obligatoire jusqu’à 16 ans quel que soit le système éducatif choisi. Le Sénégal est un pays à majorité musulmane. L’heure est à l’intégration de l’enseignement coranique par les Daaras, dans le système éducatif national. Aucun Sénégalais musulman n’aura plus à faire le choix parfois difficile pour son enfant de suivre tel ou tel enseignement car tous les deux offriront les mêmes chances et opportunités et j’y veillerai personnellement. L’éducation serait à la portée de tout le monde, avec l’école obligatoire jusqu’à 16 ans. Il serait instauré dans tous les établissements des cantines scolaires de la crèche à l’université et gérées par les collectivités locales avec une subvention de l’Etat et l’obligation de consommer localement.

La mendicité des enfants de la rue ne serait qu’un vieux et douloureux cauchemar. Plus personne n’y aura un intérêt. Le rôle de l’enfant étant de suivre un enseignement et d’être éduqué il en sera ainsi Inchallah. Je m’engage à ce que chaque arrondissement selon sa démographie ait autant de crèches, jusqu’aux lycées, avec au moins une université par département.

Mon second objectif et celui de mon gouvernement et qui me tient à cœur serait la santé pour tous.

La prise en charge d’un patient se présentant devant une structure médicale publique/privée sera automatique sur simple présentation de la carte sociale qui sera obligatoire pour tous sénégalais dès 16ans. Nous détaillerons cette politique dans notre programme à venir. Il sera obligatoire d’avoir au moins un Grand Hôpital dans chaque département. La formation du personnel soignant ainsi que des administratifs serait renforcé pour une meilleure gestion. Le Sénégal mérite ce qu’il y’a de mieux et nous veillerons à ce que toutes les grandes spécialisations se retrouvent dans notre pays avec le professionnalisme qu’il faudrait depuis la prise en charge du malade jusqu’au suivi post-admission. Le plateau technique serait parmi des plus relevés et je ne ménagerai aucun effort pour cela. Les évacuations sanitaires se feront vers le Sénégal et plus depuis le Sénégal sauf exception comme il en existe dans tous les pays mêmes les plus développés. Nous relancerons le tourisme médical.

Avec ces quelques mesures avancées ici, le Sénégal serait déjà en reconstruction et je m’appuierais sur l’expertise nationale pour réaliser et y arriver. Si nos partenaires peuvent construire vite et bien, nous le pouvons autant et aussi vite et aussi bien sans confondre vitesse et précipitation car il y va de notre l’avenir. Un sujet qui n’est pas un mais juste un réveil de conscience et une volonté politique affichée : c’est la prise en charge de nos invalides. Ils sont des citoyens à part entière et doivent bénéficier des mêmes avantages que tout un chacun.

Cher peuple, mon pays, vous avez demandé à me connaitre et à connaitre les grandes lignes de mon programme, le meilleur reste à venir !
Je ne saurai terminer ce 1er Acte, sans souligner un volet important de notre politique qu’est : la reconnaissance que nous devons à nos militaires et hommes de tenues morts aux combats ainsi que les blessés. A nos disparus, je m’incline devant leur mémoire et je m’engage à rebaptiser l’actuelle place de l’Obélisque en Place de la Nation avec un mémorial à tous nos Hommes tombés aux combats au nom du Sénégal.

J’y reviendrai plus en détails mais sachez qu’il sera mis en place un dispositif inscrit dans la constitution que tout Homme tué dans l’exercice de ses fonctions (déploiement, attentat, guerre…) ses enfants deviendront automatiquement des « pupilles de la République » avec un encadrement jusqu’à la fin de leurs études. Ils bénéficieront de bourses d’études avec un emploi garanti pour au moins un des enfants.
Pour les blessés dans l’exercice de leur fonction, ils bénéficieront d’une pension d’invalidité à vie. Ils bénéficieront de l’aide d’un département rattaché au ministère des armées, afin de les accompagner dans la réinsertion à la vie civile ! C’est aussi l’occasion de vous annoncer ici que le prochain « acte » portera sur la « Sécurité » et où je reviendrai avec plus de détails sur l’importance et la valeur à accorder à notre Armée dans toute sa diversité de corps.

Voilà cette fois-ci le sorcier il est bien noir !

En route pour 2024 !

59 Whatsapp
Annonces
guest
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus noté
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
ACTUALITÉS RÉCENTES
    1:26 - 09/12/2021

    3e mandat : Macky Sall maintient toujours le flou

    Whatsapp
    0:15 - 09/12/2021

    Violation des données personnelles de Kilifeu : “La justice est-elle laxiste ?”, M. Diakhaté

    Whatsapp
    23:53 - 08/12/2021

    Deux (2) nominations au Conseil des ministres ce mercredi 8 décembre

    Whatsapp
    23:38 - 08/12/2021

    Macky Sall prône un Plan de lutte contre les violences dans les stades

    Whatsapp
0
Votre avis comptex
()
x
Whatsapp