Législatives : Bruno d’Erneville invite Macky à reconnaître publiquement la faute de sa commission des investitures
PUBLICITÉ

Législatives : Bruno d’Erneville invite Macky à reconnaître publiquement la faute de sa commission des investitures

Bruno d’Erneville, leader du Parti pour l’Action Citoyenne et membre de la coalition Bunt-Bi, invite le Président Macky Sall à reconnaître publiquement la faute de sa commission des investitures pour les élections législatives du 31 juillet et à en tirer les conséquences. Selon lui, aucune institution internationale, aucun état partenaire (encore moins la France déjà malmenée dans son pré-carré francophone) ne prendrait le risque de soutenir un forcing.

 » Nous avions pressenti une période de transition 2022-2024 marquée par un équilibrage des forces pouvoir-opposition, mais de là à imaginer l’absence totale des députés de la coalition du pouvoir à l’Assemblée Nationale, cela ne pouvait effleurer nos esprits cartésiens. Pourtant, à la faveur des contrôles de conformité des candidatures par les parties en compétition, il apparaît que la liste nationale de BBY ne respecte pas la parité au niveau des suppléants« , déclare Bruno d’Erneville.

Pour lui, cette erreur gravissime rend d’office la liste nationale de BBY non conforme. Et aucune modification n’étant à ce stade possible, il devient évident que BBY ne peut plus présenter aucune liste, pas même dans les départements ou circonscriptions, la liste nationale étant indispensable pour pouvoir concourir.

« Si donc, le Conseil Constitutionnel pouvait encore tenter un subterfuge afin de faire valider la liste BBY malgré le « parrain de trop », là il s’agit d’une faute rédhibitoire qui ne saurait passer sous silence sans causer des remous sociaux d’une ampleur non maîtrisable« , estime-t-il.

Selon le leader du Parti pour l’Action Citoyenne, accepter la liste BBY dans ces conditions signifierait ni plus ni moins que de jeter aux orties l’État de droit. Pire, ce serait une forfaiture légalisée par une Institution reconnue comme le dernier rempart pour notre jeune démocratie.

« Aller à l’encontre de l’évidence serait juridiquement insoutenable et appellerait naturellement une réponse violente d’un peuple déjà frustré par les iniquités« , prévient Bruno d’Erneville.

PUBLICITÉ

7 commentaire

  1. le Sage

    ils veulent brûler le pays Que les religieux le sachent

  2. BAXAM

    CES DICTATEURS SANS VERGOGNE SONT LÀ QUE POUR LEUR PROPRE INTÉRÊT YEWOULENE CHÈRE JEUNESSE SÉNÉGALAISE VOTONS POUR LE CHANGEMENT YEWOULENE

  3. Bruno du village

    Y’a pas de problème 😉

  4. Oumarr

    Il veut quoi lui?? Respecte le president stp

  5. mOPI

    Macky Sall n’a pas de comptes a rendre a qui que ce soit

  6. cheikou

    C’est pas lui qui va donner des lecons au president, qu’il reste calme

  7. joseph

    Des qu’il y a un problemes les gens critiquent Macky, c’est vraiment ridicule. Force president !