Légalisation de l’avortement médicalisé : « Une obligation de l’Etat sénégalais », Moustapha Diakhaté
PUBLICITÉ

Légalisation de l’avortement médicalisé : « Une obligation de l’Etat sénégalais », Moustapha Diakhaté

« Accuser les associations féminines de revendiquer la légalisation de l’IVG de confort est une déformation fantaisiste de leur combat fondamentalement humaniste« , selon l’ancien  ministre-conseiller, Moustapha Diakhaté. Pour lui, les associations féministes ne revendiquent pas la légalisation de l’Interruption Volontaire de Grossesse, IVG.

Protocole Maputo…

« Elles luttent pour l’applicable du protocole Maputo que le Sénégal a signé et ratifié et qui est désormais une norme supérieure à la Constitution du Sénégal. Les associations féministes rappellent au Sénégal qu’il doit absolument respecter sa parole et sa signature« , déclare Moustapha Diakhaté. D’après lui, « un bon musulman doit toujours dire la vérité. Et son honneur est de combattre ceux qui commettent l’inceste ou le viol au lieu de dénigrer les femmes qui soutiennent leurs victimes« .

Avortement…

« En violation du Protocole de Maputo qu’il a signé et ratifié, l’avortement est toujours interdit par le code pénal au Sénégal. Il est cependant toujours pratiqué clandestinement et partout au Sénégal, pays béni où reposent Cheikh Oumar Foutiyou, Bamba, Maodo, Baye Niass et Baye Laye »et souvent dans des conditions sanitaires catastrophiques avec pertes en vies humaines« , ajoute-t-il. Moustapha Diakhaté encourage le Comité sénégalais des droits de l’homme, la Rencontre africaine des droits de l’homme (RADDHO), la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH) et Amnesty international « à ne ménager aucun effort pour faire du protocole de Maputo un droit auquel peuvent recourir les femmes victimes de viol et d’inceste« .

Respect…

L’ancien ministre-conseiller invite aussi les associations féminines à demander à Monsieur le Président de la République d’appliquer, sans délai, l’article 14 de la charte africaine des droits de l’homme et de la femme qui stipule que : « Les États assurent le respect et la promotion des droits de la femme à la santé, y compris la santé sexuelle et reproductive ».

Droits…

Ces droits comprennent : « le droit d’exercer un contrôle sur leur fécondité; le droit de décider de leur maternité, du nombre d’enfants et de l’espacement des naissances; le libre choix des méthodes de contraception; le droit de se protéger et d’être protégées contre les infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH/SIDA; le droit d’être informées de leur état de santé et de l’état de santé de leur partenaire, en particulier en cas d’infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH/SIDA, conformément aux normes et aux pratiques internationalement reconnues et le droit à l’éducation sur la planification familiale« .

56
PUBLICITÉ

14 commentaire

  1. Louba

    C’est un tres grand pas, je salue cette decision !

    1. kawtef

      Si ta mère avait appliqué cette décision lorsqu’elle te portait, tu ne serais pas là aujour’dhui à nous emmerder !
      Maintenant toi tu es né et tu es bête au point de demander qu’on prive d’autres bébés du droit à naître , droit dont tu as bénéficié ! Vraiment vous les légalisateurs de meurtre vous etes des salopards

      1. Djibson

        Écoutez si Dieu veut vraiment, les embryons iront à leur terme, puisque Dieu moy presider aux naissances. Et puis heure dioudou ak dee, c’est déjà décidé par Dieu, dou loolou ngueen wakh. Alors laissez les avorteuses tranquilles, c’est Dieu qui a le dernier mot.

    2. Sunugaal

      Diakhate yaye doméram deug, sa doul yi n’a ngasi guénè sunu serigne si. Sale mythomane de merde…

  2. dakaroi

    Chaque pays moderne se doit de legaliser cela, tres bonne decision.

  3. louis

    En tant que pays libre et democratique, le Senegal se devait de legaliser, comme tout pays moderne.

  4. galsen

    Tres fiere de mon pays pour cette decision importante et cruciale qui changera la vie de beaucoup de femmes senegalaises.

  5. Jules

    Le droit d’assassiner

  6. Diop

    Euy Moustapha Diakhaté, itakhoullah ; tu rendras compte deh.

  7. Diara

    Merci à l’état du Sénégal de penser aux nombreuses victimes n en déplaise aux pédophiles violeurs

    1. Sarr

      Les violeurs sont les seuls assassins néonatales qui applaudissent la prostitution et combattent la polygamie et l’islam

  8. teranga Senegaal

    les assassins sont toujours amoureux de l’assassinat HUM hhh surtout l’assassinat des embryons, ils réclament la modernité HHhH pour pouvoir bien assassiner

  9. Ibrahimabagueye5@gmail.com

    Khana wadji dafaye lekelou ake les sociétés secrètes pour la dépravation des mœurs au Sénégal

  10. Maimouna

    C’est à l’échelle planétaire qu’il faudrait revoir les principes de la reproduction. Nous allons atteindre à la fin de cette année près de 8 milliards d’habitants qui n’ont plus de place, plus de nourriture, plus d’espace vital et de gros problemes de pollution inégalement répartis. D’où de nombreuses migrations, de nombreux drames et conflits qui ne cesseront d’augmenter. Le droit à disposer de leur corps n’est pas seulement du bon sens, mais aussi une nécessité pour les femmes.