PUBLICITÉ

Le mutisme coupable des autorités sur le massacre à la MAC de Rebeuss

Depuis des heures, une rébellion se déroule à la maison d’arrêt et de correction de Rebeuss. Des détenus fatigués de leurs conditions de détention se rebellent et affrontent les gardes pénitentiaires et les forces de l’ordre. Certaines sources révèlent des morts et des dizaines de blessés. Pendant ce moment, les autorités sénégalaises se réfugient derrière un silence assourdissant sur ce qui est en train de se passer dans l’enceinte de la prison.

Au moment où le Premier ministre Mouhamed Boun Abdallah Dione faisait face à la presse pour répondre et/ou mettre en garde ceux qui s’opposent à Macky Sall via un débat intelligent, un massacre qui ne dit pas son nom se déroule à la maison d’arrêt et de correction de Rebeuss, réputée pour sa surpopulation carcérale. Ni le Garde des Sceaux, Me Sidiki Kaba, ni le Premier ministre qui avait pourtant l’occasion d’apporter des précisions pour ne pas donner l’occasion à une certaine presse d’extrapoler sur ces événements, préfère observer un silence coupable.

Pas plus tard qu’avant hier, les autorités pénitentiaires assuraient qu’il n’y avait aucun problème majeur à Rebeuss alors que la presse faisait état de tensions et risques de mutinerie. Cette forme de communication mensongère, de « tesseunté » et réplique défensive doit cesser et céder la place à une communication positive, d’anticipation pour les besoins de l’information juste et utile.

Et pourtant, si c’est un certain Ousmane Sonko ou bien un Abdoul Mbaye qui charge Macky Sall sur sa gestion des affaires du pays, tout le monde sort de ces gongs pour défendre le « demi-dieu ».

Force reste à la loi, mais, ceux qui sont détenus à Rebeuss restent néanmoins des humains et en majorité des citoyens sénégalais, ayant des parents et de la famille à Dakar ou à l’intérieur du pays.

Mac Rebeuss Massacre
Annonces

(2) commentaires

Trustess

Ils ne communique jamais quand c’est nécessaire

Joseph Sene

Pour cette raison les gardes méritent d’avoir des primes de risques

Publier un commentaire