Le médecin de région de Fatick demande la création d’un plus grand nombre de districts sanitaires

Le docteur Mouhamadou Traoré, médecin-chef de région de Fatick a suggéré, mardi, la création de davantage de districts sanitaires en les implantant ’’le plus proche possible des populations’’, pour une meilleure prise en charge de leurs besoins sanitaires.

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale « est en avance sur la réforme d’administrative. Je pense qu’il faut continuer à pousser les districts sanitaires le plus proche possible des populations pour prendre en charge leurs besoins » sanitaires, a-t-il dit au cours d’un atelier régional sur la carte sanitaire et sociale 2016-2020.

« Quand j’étais médecin chef de district, il y avait les circonscriptions médicales qui épousaient les limites du département. En 1990, il y avait 30 circonscriptions médicales [parce qu’il] y avait trente départements. Le médecin chef de circonscription médicale correspondait au préfet », a-t-il rappelé.

Mais « à partir de 1991, avec le scénario de développement en trois phases, c’est dans le bureau régional de l’OMS qui a demandé une accélération de l’accès pour tous à la santé en 2000’’, a-t-il dit, en datant de cette période la mise en place d’un « scénario d’accélération de la santé pour tous ».

Pour arriver à cet objectif, « il faut se rapprocher des gens. C’est dans ce sens que les circonscriptions médicales ont disparu » et les districts sanitaires créés, a relevé Mouhamadou Traoré.

Le résultat, c’est qu’actuellement, « vous allez dans un département qui a deux ou trois districts sanitaires et cela a rapproché la santé des populations », a-t-il fait observer.

Selon le médecin-chef de la région de Fatick, c’est une avancée de voir que « la santé va le plus proche possible des populations et qu’au niveau de la décentralisation aussi, on élimine les conseils régionaux » au profit des conseils départementaux, en vue de se rapprocher des populations.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire