PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
ministere sante - Le Collectif des médecins en spécialisation (COMES) se chiffre en sept revendications

Le Collectif des médecins en spécialisation (COMES) se chiffre en sept revendications

Le Collectif des médecins en spécialisation (Comes) interpelle le Président Macky Sall. Dans une note parvenue à senego, ces médecins dénoncent que les instructions du chef de l’Etat pour augmenter le taux des bourses de spécialisation allouées par le ministère de la Santé n’ont pas été respectées.

Le Comes est une convergence de tous les Docteurs en Médecine qui, après avoir obtenu leur Doctorat d’Etat en médecine générale au bout de 8 ans, se sont inscrits dans un nouveau cycle, le Diplôme d’Etudes Spécialisées (DES) pour une durée de 4 à 5 ans. Ces DES, sous la supervision des chefs de services, assurent l’essentiel des activités médicales hospitalières allant de la consultation, aux hospitalisations en passant par les astreintes le jour et les gardes de nuit. Leur volume de travail fait d’eux les acteurs substantiels des hôpitaux, malgré le manque de considération à leur égard.

Cependant, ces derniers ont un problème depuis un moment, qu’ils ont décidé de porter à l’attention du chef de l’Etat, à travers la presse.

« L’année 2018 marque un tournant dans la trajectoire de la politique de santé de notre nation. Pour la première fois, les autorités étatiques (…) ont eu la vision analogue de miser sur des ressources humaines de qualité pour combler le gap de la prise en charge médicale des populations« , d’où un « investissement suffisant du gouvernement, dans la spécialisation des médecins« .

Une « clairvoyance salutaire« , selon le signataire du communiqué parvenu à senego. Car, rappelle Hassim Bachir Diop, « matérialisée par l’augmentation, par le président de la République du taux des bourses de spécialisation allouées par le ministère de la Santé et qui a permis à tous les médecins volontaires de se spécialiser en ayant une source de revenu décente« .

Toutefois, le Comes a souhaité attirer l‘attention du chef de l’Etat sur le fait que ses instructions, jusqu’à ce jour, n’ont pas été respectées.

« En effet, le ministre de la Formation professionnelle, via le Fonds de financement à la formation professionnelle et technique (3FPT), avait la responsabilité d’exécuter ce mot d’ordre en prenant en charge ce paiement. Comme conséquences, plus de 130 médecins, après avoir abandonné leur contrat de travail pour répondre à l’appel du chef de l’Etat, se sont vus refuser cette bourse de spécialisation. Ce revirement les place, non seulement dans une situation de précarité financière, mais aussi dans l’impossibilité d’honorer leurs frais d’inscription et de poursuivre leur cursus« , regrette le président du Comes.

Au moment où, d’après lui, « la population sénégalaise souffre quotidiennement du manque criard de personnel de santé qualifié, le système sanitaire risque de se priver de 130 futurs spécialistes (gynécologues, pédiatres , cardiologues et autres ). Les répercussions seront désastreuses sur le plan de la santé publique à court et à long terme.« 

Sur ce, le COMES souhaite également trouver une résolution aux problèmes récurrents auxquels sont confrontés les médecins en spécialisation à travers la rédaction d’un statut éponyme qui est jusque-là inexistant. « Après plusieurs mois de négociations infructueuses avec notre ministère de tutelle, le Comes envisage, sous peu, le dépôt d’un préavis de grève dans l’éventualité où ces revendications ne seraient pas entendues », préviennent ces médecins.

Et ces revendications sont au nombre de sept (7) :

Octroi de la bourse de spécialisation à tous les DES inscrits
Rédaction du statut du médecin en spécialisation réglementant :
Le recrutement des médecins en spécialisation en tant qu’agents du ministère de la Santé via des postes conventionnés, affectés au niveau des CHU
L’accès à une prise en charge médicale pour le DES et sa famille
L’affiliation à l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal
Le droit au congé de maternité avec traitement d’une durée égale à celle prévue par la législation sur le Code du travail
Le paiement des émoluments hospitaliers (motivations, astreintes, gardes) en conformité avec la grille salariale des praticiens hospitaliers

Abdoulaye Diouf Sarr Bourse
whatsapp 630
Annonces

Publier un commentaire