Annonces
Publicité
» » » » » » » Jusqu’où nous mènera la mode ?

Jusqu’où nous mènera la mode ?

  • Cheikh Kandé Cheikh Kandé

La mode, d’année en année fait son petit bonhomme de chemin. Il n’y a pas longtemps, elle était cette expression culturelle  par laquelle les sociétés s’identifiaient et contribuaient dans la grande variété des cultures du monde.

De par le style de la couture, l’habit était l’un des outils que l’homme exposait au premier rang.

D’hier à aujourd’hui, n’allons pas loin, de 1961 à nos jours, la mode a traversé bien des fleuves qui ont épuré en elle tout ce qu’elle avait de traditionnel, de culturel, de rituel, de coutumier, de légendaire et enfin de sacro-saint pour se revêtir de ce que nous pouvons bien nommer ici « le dés-habillement du siècle« .

Nous sommes passés d’une manière incroyable de la beauté des traditions vestimentaires, à la laideur d’un prêt-à-porter ahurissant de nos jours. Des « Ndokett » du Sénégal, en passant par les Grands boubous du Mali, nous sommes arrivés dans une société moderne « presque nue« .

Dans bien des cas, l’absurde peut bien paraître fondé, quand de son illogique tout semble répondre à la règle d’or d’une société accrochée à ses règles et ses normes, et pourtant, nous aimons bien ça. Nous avions connu dans nos sociétés, africaines en particulier, des femmes et des hommes prudes et élégants dans leurs tenues. Mais chaque génération a ses îlots de faits, chaque classe sociale a son accoutrement ce qui fait qu’aujourd’hui l’habillement n’a pas pu échapper à cette règle et c’est bien dommage!

 

 

Annonces
Annonces

9 commentaires

  • HD
    27/01/2017 23:45

    sur la photo, les femmes de 1961 sont beaucoup plus classe ! les femmes d’aujourd’hui devraient s’en inspiré

  • kunta kinte
    28/01/2017 05:40

    pour moi la responsabilite nekoul kesse si parent yi waye kilifa dineyi silaniou.ndakh gni di sol you boon yi nioy dem di ziarre serigne si dilen diokh ay adiya tè wakhouniolen dara.senegal mo niaka kilifeu depuis 1997.wa salam

  • mi
    28/01/2017 07:00

    toutes des putes honteux un vrais scandales

  • Khadim
    28/01/2017 07:19

    les femmes de 1961 sont belles,,,,la de 2017 si leurs (awra ) ne se voient pas elles se sentent complexes ,sa se voit la force de shaytan

  • perso
    28/01/2017 07:40

    Pourquoi pas ce déplacé de ville en ville à dos d’âne. laver le linge au marigot. puiser l’eau du puits. ya juste un juste milieu j’avoue. mais au Sénégal on Excel dans l’imitation. nos mère grand mère et arrière grand mère étaient vraiment digne. kiné dou niome.

  • mi
    28/01/2017 07:47

    elles shabillent comme des putes quelle honte..vraiment degelasse

  • babeye
    28/01/2017 08:32

    j avoue que les femmes de 61 sont plus respectables . Ces grosses cuisses de veau seraient mieux camouflées dans un pagne

  • fantomas2
    28/01/2017 08:35

    gayi 2017 bi amna niam de ????

  • BEUZ
    28/01/2017 08:51

    dans chaque époque il ya du bu bon et du moins bon.faut pas oublié que c’est dans les années 60 que les pilules anti grossesse ont fait leur aparition dans les pharmacies,la mini jupe aussi. la drogue c’est banalisée chez les jeunes(c’etait les années rolling stones,beatles,des beach boy…)l’homosexualité devient un fléau, les jeunes avaient une sexualité débridée ce qui a permis l’apparition du sida qui est devenu une pandémie depuis les années 1980.la liste est longue.j’ai oublié que c’était la guerre froide aussi,l’Allemagne était divisée en deux,les pays africains étaient tous dirigés par des dictateurs,il y avaient plus de guerres qu’aujourd’hui,les filles n’allaient presque pas à l’école.je continue?donc il faut arrêter avec ces histoires de c’était mieux avant,les filles étaient mieux habillées,plus sage… ce n’est tout simplement pas vrai.parce qu’a l’époque aussi il y avait du bon et de moins bon comme aujourd’hui libre a chacun de choisir son chemin.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces