Ibrahima Diallo : « Sonko refuse d’enterrer la hache de guerre, il est prêt à faire face à ses détracteurs »

Ibrahima Diallo : « Sonko refuse d’enterrer la hache de guerre, il est prêt à faire face à ses détracteurs »

Le Premier ministre Ousmane Sonko a fait face à la jeunesse patriotique du Sénégal, une entité de sa formation politique, en l’occurrence les Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Éthique et la Fraternité (Pastef), ce dimanche 9 juin à l’Esplanade du Grand Théâtre. Coutumier des discours incendiaires, le nouveau chef du gouvernement n’a pas mâché ses mots devant une foule acquise à sa cause. Une sortie qui continue d’animer les débats et de faire réagir la classe politique, dont le secrétaire général du Parti Justice et Développement (PJD).

« Même si le Premier ministre Ousmane Sonko est dans les habits d’un chef de gouvernement et a de nouvelles responsabilités étatiques, il refuse d’enterrer la hache de guerre car la réalité politique du moment l’oblige. Attaqué de toutes parts par des lobbys puissants, téléguidés de l’intérieur et même de l’extérieur, il était primordial qu’il monte au créneau pour remettre les pendules à l’heure, » a décrypté le secrétaire général du Parti Justice et Développement (PJD).

Si certains observateurs ne sont pas en phase avec le ton du discours et martèlent que le Premier ministre pouvait nuancer son propos, M. Cheikh Ibrahima Diallo n’est pas de cet avis. « Le discours ne doit pas changer, il a toujours été connu comme tonitruant et sans langue de bois, donc il ne doit pas changer une stratégie qui gagne. Il est prêt à faire face à ses détracteurs. Maintenant, c’est à ceux qui veulent s’opposer de prendre la mesure de leur engagement et d’essayer de s’adapter à la nouvelle donne politique, » a-t-il conclu.

5 COMMENTAIRES
  • Lamine Diop

    Et à juste titre !
    Pas de vengeance Sonko mais il faudra chercher, débusquer et punir dans un procès équitable et publique sévèrement tout ceux qui ont aidé Macky Sall dans sa tâche funeste pour que jamais plus quelqu’un n’osera dans l’avenir contempler l’idée de faire du mal en utilisant la puissance publique.

    • Nafi

      Qui dafarekk yabater, un arriviste venu au pouvoir par erreur wa Sénégal rekk la yeurreume fougnou dieume ak ce santan.

      • TruthHurts

        Ce gar parle trop maintenant!

      • Petit

        Yallah nagnou Yallah mousseul thi moom wakh ratatat ratatat rek lafi naikai au lieu de travailler et respecter ses promesses

  • Zack

    Sonko a raison car le vrai combat vient juste de commencer : construire un Senegal épanouie pour un sénégal prospère. L’heure est au travail travail travail, argumentation avec intelligence

Publiez un commentaire