Gestion des déchets solides :  Le Promoged partage le rapport d’état des lieux sur le secteur
PUBLICITÉ

Gestion des déchets solides : Le Promoged partage le rapport d’état des lieux sur le secteur

Le projet de promotion de la gestion intégrée et de l’économie des déchets solides du Sénégal (Promoged) a procédé jeudi au partage du rapport de diagnostic de l’audit organisationnel du secteur entre les différents acteurs. Une prémice de solutions pour réorganiser ledit secteur.

Le Promoged est le levier stratégique pour un  Sénégal « zéro déchet ». Un programme initié par le chef de l’Etat pour un Sénégal propre. « C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, nous avons invité l’ensemble des parties prenantes pour partager le diagnostic sur le cadre juridique, institutionnel et financier« , a déclaré Ibrahima Diagne, directeur du Promoged.

L’idée est de s’interroger sur « la réalité des rôles et responsabilités des acteurs, leur niveau de performance, les difficultés institutionnelles, organisationnelles, financières« .

Incongruités dans la gestion des déchets 

Le rapport est assez révélateur des incongruités qui minent le secteur des déchets solides au Sénégal. Le cadre légal et réglementaire qui encadre le secteur en question est « fragmenté, sectoriel, et non complémentaire« . C’est dire que chaque acteur a son texte. « Malheureusement, tous ces textes ne se raccordent pas quelque part. Le cadre n’est pas cohérent« , a déclaré Dr Omar Cissé en charge de la présentation du rapport. Toutes choses que confirment Ibrahima Diagne qui, se fiant au document, assure que le diagnostic a révélé qu’il y a une dispersion des dispositions législatives.

Solutions 

Pour palier ces insuffisances, estime M. Cissé, qui donne quelques pistes, il faut une loi d’orientation sur la gestion des déchets solides en ce sens que celle qui est dans le circuit depuis quelques années n’arrive pas à voir le jour. Une loi qui, dit-il, nécessite des compléments notamment la révision du décret 74-468. A ces points, s’ajoute l’urgence de revoir le statut de l’Unité de coordination de la gestion des déchets solides (UCG). Il convient également de « confirmer la responsabilité aux collectivités territoriales mais sous réserve qu’on leur octroie les ressources qui leurs permettront d’agir dans le secteur« .

Loi d’orientation 

Le patron du Promodeg d’assurer, à son tour, que la loi d’orientation sera proposée en rapport avec l’ensemble des parties prenantes notamment les ministères concernés, les collectivités territoriales, les acteurs communautaires, le secteur privé – formel et informel – qui permettra au Sénégal d’avoir un seul document cadre pour la gestion des déchets. « Pour encadrer la gestion des déchets, il faut aller visiter le Code de l’environnement, le Code des Collectivités territoriales, le Code de l’hygiène […]. Cela renfonce la complicité de la gestion des déchets parce qu’en soi, ces déchets ne sont pas pluriels…« , a détaillé M. Diagne.

Promoged

Le président de la République, Macky Sall, a lancé en juin dernier le projet sur le site de la décharge de Mbeubeus. Le ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’hygiène publique, Abdoulaye Seydou Sow, a mis en place le comité de pilotage pour lancer la phase opérationnelle du Projet de promotion de la gestion intégrée et de l’économie des déchets solides du Sénégal (Promoged). A noter que ce projet qui vise l’amélioration du cadre de vie, concerne 138 communes d’intervention dans le pays.

9
PUBLICITÉ