Fou malade : «A l’université, on mangeait avec des fourchettes…, or moi, je ne pouvais manger qu’avec les mains»

Né à Saint-Louis en 1974, Malal Almami Talla plus connu sous le nom d’artiste «Fou malade» incarne le contraste. Rebelle jusqu’à l’âme, Il ne fait pas décidemment pas dans la langue de bois.  Il a ouvert ses portes à nos confrères du Soleil. «N’est pas forcément fou celui qui refuse de se conformer aux règles de la société. Les anticonformistes ont également leur façon de voir les choses. On se doit de respecter leur comportement tant que cela ne va à l’encontre de la paix sociale», note-t-il. Cet enfant rebelle a grandi à Guédiawaye. Son Bac en poche, il s’ouvre les portes de l’Université Cheikh Anta Diop, notamment au Département d’anglais, en 1997. «Mon intégration à l’université n’a pas du tout été facile. Je me souviens y avoir passé une année ferme sans daigner me rendre  au restaurant. C’est que là-bas, on mangeait avec des fourchettes et couteaux, or moi, je ne pouvais manger qu’avec les mains », se souvient-il.

 

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire