Euro 2016: Pourquoi le foot déchaîne autant les passions

L’Euro 2016 prend ses quartiers dans l’Hexagone jusqu’au 10 juillet. Des millions de spectateurs sont attendus dans les stades, des centaines de milliers dans les fans-zone et ô combien devant leur télévision. Le football est le sport-roi en France et dans de nombreux pays du monde. Mais d’où vient un tel engouement pour le ballon rond? Historiens, sociologues et philosophes se sont penchés sur ce phénomène de société, longtemps délaissé par les sciences sociales.

Les chiffres avancés par l’Union des associations européennes de football (UEFA) pour cet Euro 2016 sont éloquents. Sept à huit millions de supporters sont attendus à travers la France pour la compétition, dont 2,5 millions dans les stades. Les matchs seront diffusés en direct dans plus de 230 territoires à travers le monde et chacun sera suivi en direct par 150 millions de téléspectateurs. Selon l’UEFA toujours, lors de l’édition 2012, le nombre de téléspectateurs cumulés avait dépassé les 8 milliards !

N’en déplaise à ceux qui se bouchent le nez quand ils entendent parler « pénalty » et « 4-4-2 »,  avec plus de deux millions de licenciés, le foot est le sport le plus populaire en France, loin devant le tennis et son million d’affiliés. Et c’est sans compter les joueurs du dimanche et bien sûr les adeptes du foot sur canapé, à la télévision.

Le football est souvent considéré comme un reflet de la société et des tensions qui la traversent. Il en est un symbole ou, du moins, il est érigé comme tel. Dès lors, on comprend que les faits et gestes de l’équipe de France, qui sont scrutés et analysés à l’aune des questions sociales, déchaînent les passions.

 

Résultat, aujourd’hui, partout dans le monde (même aux Etats-Unis où on parle de soccer), on connaît ce jeu à onze. Saviez-vous que 211 pays ou territoires sont membres de la Fifa contre 192 représentés aux Nations unies ? Et avec le succès grandissant du football féminin et celui du foot en salle, le futsal, le ballon rond s’est encore trouvé de nouvelles perspectives.

 

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire