Annonces
» » » » » » » Éloge de l’enseignant, ce soldat...

Éloge de l’enseignant, ce soldat méprisé, par Alassane K Kitane*

alassane ka kitane, Cusems, Education, Enseignants, khalil kamara, Professeur, Saems, Syndicats

Qu’on ne m’oppose pas les actes d’indélicatesse de quelque brebis galeuses, je veux chanter un corps et une vocation. A toi enseignant, quel que soit le lieu où tu défends la nation contre les assauts de l’ignorance et de l’obscurantisme, je dirai avec Jalal Rum Adini « au-delà des valeurs du bien et du mal, il y a un champ, c’est là-bas que je te retrouverai » ! Car si la nation était une personne humaine, tu en serais l’âme ; si le Sénégal était une vie tu en serais le souffle sagace.

Tu es la racine qui produit la sève qui nourrit et fixe l’arbre qu’est l’humanité solidement dans le sol de la civilisation. Tu est la lumière qui chasse les ténèbres, car en instruisant tu éduques. L’enseignant porte le monde sur ses épaules, car comme l’a si bien dit Cicéron, « un champ si fertile ne peut pas produire, et c’est la même choses pour l’âme sans enseignement ».

Gloire donc à toi qui cultive le vrai seul jardin, celui dont les fruits se régénèrent et deviennent plus doux au fur et à mesure qu’ils sont consommés. Blâme donc à celui qui te sous-estime et qui déprécie ton statut social. Une société qui n’accorde pas à l’enseignant le statut qui est naturellement le sien n’est pas pérenne, et elle est sans ambition réelle. L’éducation n’est pas seulement le ciment de la société, elle en est le limon fertile, le levain, car c’est le cordon ombilical entre le présent et l’avenir.

Si nous ne voulions pas que nos enfants perpétuent l’œuvre de civilisation que nous bâtissons, nous ne les soumettrions pas à l’épreuve de l’école. Comment peut-on alors décrédibiliser celui qui est censé veiller sur le socle ultime de la civilisation et espérer un avenir prometteur à sa descendance ?

Annah Arendt a raison de définir l’éducation comme : « le point où se décide si nous aimons assez le monde pour en assumer la responsabilité, et de plus, le sauver de cette ruine qui serait inévitable sans ce renouvellement et sans cette arrivée de jeunes et de nouveaux venus ». Cette définition de l’éducation en fait le point de convergence de toutes les stratégies de développement, car on ne saurait concevoir un développement en dehors de l’énergie et de la disponibilité de la jeunesse.

Malheureusement dans notre pays l’éducation n’est guère une priorité et on laisse le système se dégrader. Les enseignants se meurent, ils meurent chaque année par dizaine, et c’est très intrigant ! Dans un pays normal les servies du ministère de l’éducation et ceux du ministère de la santé travailleraient en synergie pour au moins chercher la cause de tous ces décès.

Oui nos collègues morts jeunes sont des mortels comme tous les autres hommes, mais ce rythme de mortalité dans nos rangs mérite qu’on s’y attarde. On changera de gouvernement, de Président, de députés et de magistrats, mais tant qu’on ne changera pas radicalement notre système éducatif, nous n’avancerons pas d’un iota. Il nous faut redonner à l’école ses lettres de noblesse ; et pour commencer, il faut redonner espoir et sérénité à l’enseignant.

Il y a trop de stress, trop de charges émotionnelles et énormément de débauche d’énergie parce que nous voulons vivre décemment ! C’est notre droit naturel ! Nous sommes certes des soldats du savoir, mais nous sommes avant tout des êtres humains. Cette injustice qui frappe les enseignants vilipendés et exposés à la vindicte populaire ne peut pas ne pas déteindre négativement sur la qualité des enseignements.

Un enseignant ne devrait pas être forcé à faire un travail à la tâche ou du servage pur et simple pour avoir un minimum de confort. Une société qui réserve un sort si affligeant à ses enseignants et les traite de façon si indécente ne mériter pas le développement. Nous continuerons à végéter dans les tréfonds des poubelles de l’histoire tant que nous ne ferons pas de l’enseignant le fer de lance de nos politiques économiques.

Un pays comme le Sénégal n’a pas besoin de ministre de l’éducation : c’est au Premier ministre d’assurer à la fois les fonctions de ministre de l’éducation, celles de ministre de la recherche scientifique et celles du ministre de la culture. Mieux tous les ministres devraient travailler pour le ministre de l’éducation et les ministères devraient être conceptualisés pour exclusivement servir l’éducation.

Nous sommes incompris, jusque dans nos familles, surexploités, traités de pingres et exposés à toute sorte de maladie. Diangalékat dafa nay ! Comment peut-on débiter une absurdité pareille ? Comment tout un corps professionnel peut-il être frappé d’une même tare comme si c’était une sorte de malédiction ?

La logique voudrait que le revenu maigre et leur niveau de conscience incompatible avec le gaspillage soient les clés de lecture pour expliquer la réticence des enseignants à mener une vie dispendieuse comme l’exige une certaine tradition. Mais comme nous sommes dans une société où les gens aiment les conclusions faciles pour ne pas avoir à réfléchir, on est obligé de débiter des énormités de ce genre.

* Professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès
SG du Mouvement citoyen LABEL-Sénégal

Annonces
Ce contenu une Contribution ou un Publireportage:

L’internaute qui apporte une contribution au site senego.com quelle qu’elle soit s’engage à ce que celle-ci ne comporte aucun élément quelconque susceptible de violer le droit des tiers, et de donner lieu à des actions fondées notamment sur le plagiat, la responsabilité civile ou encore les délits prévus par la loi, notamment diffamation, injure, ou non-respect des dispositions d’ordre public telles que provocation aux crimes et délits, et crimes contre l’humanité et provocation à la discrimination, à la haine et à la violence.

Senego.com n'endosse en aucun cas la responsabilité sur les contributions d'utilisateurs ainsi que les opinions, recommandations ou de conseils exprimés au travers de celles-ci. Nous déclinons expressément toute responsabilité concernant l'information et l'utilisation de ces informations, Nous nous réservons le droit de supprimer du contenu d'utilisateur sans information ni formalité préalable, lorsque le caractère manifestement illicite et/ou contraire aux présentes dudit contenu serait porté à la connaissance.

Annonces

Un commentaire

  • LePatriote
    29 décembre 2017 15 h 06 min

    Je respecte votre cri du cœur Mr Kitane ! En tout cas une société sans système de transmission trans générationnel des connaissances, n’a pas d’avenir dans ce monde moderne ! Le problème de l’école sénégalaise est multi dimensionnel ! Et ce ne sont pas ces politiciens magouilleurs, menteurs se nommant PDS ou APR ou PUR etc. qui pourront y apporter des solutions ! L’école de la république moderne et laïque est fortement menacée et est déjà mise sur l’autel des sacrifices par le système éducatif archaïque et improductif de progrès sociaux et matériels, que sont les daaras et les « écoles » arabes plus promptes à fanatiser et lobotomiser nos enfants, leur privant de toute capacités réelles à faire avancer nos sociétés sur le plan des connaissances techniques, scientifiques et technologiques. Parmi les solutions de la crise de l’école sénégalaise, se trouverait être la nécessité impérative de sortir les partis politiques, les dahiras, les mosquées et églises de nos espaces d’enseignements républicains et laïcs que sont les écoles et universités. Trop de laxisme dans les systèmes de gestion de ces espaces d’enseignements ! Qu’est ce qu’une mosquée ou une église ou un dahira ou un parti politique ont ils à foutre dans nos universités ? C’est par là qu’il faut commencer pour « …redonner à l’école ses lettres de noblesse….. ». IL NOUS DES ECOLES LAÏQUES ET REPUBLICAINES.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *