Echauffourées à l’Université de Bambey : 2 policiers gravement blessés, admis à l’hôpital
PUBLICITÉ

Echauffourées à l’Université de Bambey : 2 policiers gravement blessés, admis à l’hôpital

De violents affrontements entre étudiants et policiers ont éclaté ce mercredi matin à l’Université Alioune Diop de Bambey. Deux (2) policiers ont été blessés au cours des scènes de violence. Ils ont été évacués à l’hôpital.

Entrave aux libertés des étudiants

C’est quand les étudiants ont décidé de décréter leur mot d’ordre pour dénoncer, entre autres problèmes, l’effectif pléthorique dans leur université, que les hostilités ont commencé. Il s’en est suivi des échanges de tirs de gaz lacrymogènes et de jets de pierres.

Plateforme revendicative

« Les forces de l’ordre nous empêchent d’exprimer librement ce qui nous fait mal. Nous sommes en sureffectif dans cette université. Nous avons des difficultés pour accéder à la restauration, avec un seul restaurant de 180 places pour un effectif de 9 000 étudiants avec un seul amphithéâtre de 500 places. Surtout des Masters que l’on peine à ouvrir, avec un problème de connexion au site de Ngoudiane et d’autres sites » a déclaré Mouhamadou Sarr, le président de la Coordination des étudiants de l’université Alioune Diop.

L’absence du ministre de tutelle et l’effectif pléthorique dénoncés

Les étudiants qui n’ont  finalement pas décrété leur mot d’ordre de grève, ont dénoncé le fait que leur ministre de tutelle Cheikh Oumar Hann, n’a jamais posé les pieds dans leur université depuis sa nomination. « Il ne sait même pas dans quelles conditions sont les pensionnaires de l’université. Et pourtant, c’est lui qui a pris la décision d’augmenter l’effectif 3 000 nouveaux bacheliers qui, actuellement, ont des problèmes pour faire cours » rouspètent-ils.

101
PUBLICITÉ