Diomaye à Touba et Tivaouane : Une relation symbolique et fonctionnelle

Diomaye à Touba et Tivaouane : Une relation symbolique et fonctionnelle

La première visite officielle du chef d’État, Bassirou Diomaye Faye, aux cités religieuses de Touba et Tivaouane, est un rituel politique important au Sénégal. Cette tradition, qui remonte à l’indépendance du pays en 1960, symbolise le respect et l’hommage rendu par le pouvoir politique aux autorités religieuses du pays.

Cette relation entre le pouvoir politique et les leaders religieux n’est pas seulement symbolique, elle est aussi fonctionnelle. Les chefs religieux ont joué un rôle crucial dans le maintien de la stabilité politique et sociale du Sénégal. Ils ont souvent agi en médiateurs dans les moments de crise, comme lors de l’arrestation de Ousmane Sonko en 2021, où l’autorité de Touba a contribué à apaiser les tensions.

La visite du Président Diomaye aux khalifes généraux de Touba et Tivaouane s’inscrit donc dans cette continuité. Elle montre également une évolution dans la perception des leaders politiques vis-à-vis des confréries religieuses. En effet, le Président Bassirou Diomaye Faye, tout comme le Premier ministre, Ousmane Sonko, étaient auparavant perçus comme étant anticonfrériques. Cette visite peut donc contribuer à changer cette perception et à renforcer les liens entre le pouvoir politique et les confréries religieuses.

Il est important de souligner que ces relations entre le pouvoir temporel et spirituel sont caractérisées par une coexistence harmonieuse. Les chefs religieux ne s’opposent pas au pouvoir politique, mais agissent plutôt en partenaires, cherchant toujours le Bien-être des populations, dont une grande majorité est affiliée aux confréries.

En dernière analyse, la visite du Président Diomaye aux khalifes de Touba et Tivaouane renforce la tradition de respect et de collaboration entre le pouvoir politique et les autorités religieuses. Elle témoigne de l’importance des foyers religieux dans l’échiquier politique et social du pays.

14 COMMENTAIRES
  • Toto

    Vous voilà rattrapés par la realpolitik .
    Ce ne sont pas vous qui vilipendiez nos chefs religieux il y’a quelques mois à cause de la recherche du pouvoir ?
    Vous l’avez le pouvoir mais celui d’Allah est éternel et dépasse vos têtes de …

    • el hadji malick dia

      qui est VOUS ?

      • Babs

        Diomaye, sonko et le pastef sont maintenant frequentable! Vous etes des monstres

    • el hadji malick dia

      Qui est ce VOUS qui  » vilipendiez nos chefs religieux »

    • awdi

      les mauvais perdants , arretez de nous tympaniser avec cette visite.
      Elle est tout a fait normal.

      Les chefs religieux étaient presuqe tous du côté de MACKY SALL. Le résultat final fut que dans toutes les cités religieuses PASTEF les a masacrés. le Ndiguel est révolu.

      Cependant, il faudra les respecter. Ils sont au devant du peuple et peuvent aider dans la mobilisation pour le developpement de notre pays.

      Travailler avec eux, ne signifie pas , les déifier, mais respecter les 75% des sénégalais, dont ils sont les chef spirituels.

      Diomaye ne s’est pas courbé . Il les a salués respectueusement, comme cela se fait dans notre tradition vis à vis de personne du 3 eme age. Apres, il s’est assis sur un fauteuil comme eux ….DIOMAYE n’appartient à aucune TARIKHA, comme nous le savons , mais respecte le choix des 75 % de sénégalais

      • Toto

        Tu veux parler de ceux qui étaient là.Ceux là sont des bons perdants.
        C’est le nouveau pouvoir qui est le mauvais gagnant.
        Si les autres présidents ce sont inclinés, c’est par modestie .
        Diomaye même s’il veut le faire il ne veut pas déranger l’insolent en chef qui est son PM.
        Mais un jour ,un jour il n’aura plus le choix …

      • lili

        Awdi, Ya ngui nakh sa bopp. Diomaye s’est bien prosterné devant les khalifes. Et puis, un homme sans ttarikha ne prie pas dans les mausolées non, dou lolou nguène di wakh? May lène niou diam. té tekk serignes ci sène place. té bayi wéddi bi. sène mame yekk sèen bay yi niom laniou gueumone té réthiouwouniouko. Kou lène sofal kham

    • Deug la verite

      Toto tu a bien fait de sappeler TOTO le pyromane.toujours eloigne de la verite

    • marre à bout

      Quand moussa fall gazait le peuple senegalais pour le 3e mandat
      le silence de ces marabouts était assourdissant

  • FadiagneS

    Nous avons élu un homme, un sénégalais mais pas un mouride, un Tidjiane, un chrétien … la religion est une affaire personnelle. Ce n’est pas parce que vous criez fort, parce que vous affichez des signes extérieurs donc visibles que vous serez un homme de bonne fois. Vos pratiques intimes, dans la mesure où elles n’enfreignent pas les règles de vie commune … ne regardent pas la société. Il appartient par ailleurs aux responsables élus et autres de vous faciliter vos manifestations … un guide peut se prendre pour Dieu s’il le désire mais devant ses adeptes qui le croient. Quand un guide se mêle du débat public, et il en a le droit car étant un citoyen comme un autre comme disait macky sale, il s’expose à la contradiction, au débât. Un guide a le droit de nommer un porte-parole s’il juge que sa parole ne porte pas. Mais dans ce cas de figure, tout ce que dira ce porte parole peut être considéré comme la parole du guide. Un guide n’a pas le droit de prôner une partie du territoire nationale comme sa proprété. Ne pas confondre la propriété avec l’indépendance. Nul sénégalais n’a le droit d’interdire les activités politiques dans sa plate-bande jusqu’à autoriser des actions de police, des actions militaires ou appeler à incendier la propriété d’autrui qui s’oppose à ses injonctions. L’Etat doit considérer toute communauté d’une égale attention. Aucune communauté n’est au dessus des lois et règlements . Les avantages et autorisations données à une confrérie, à une communauté doivent être dans les mêmes termes permis à une autre communauté. Si l’Etat décide d’exempter une communauté de taxes et d’impôts, il doit équitablement le permettre aux autres … l’Etat doit mobiliser ses services de sécurité, de contrôle, de police d’hygiène et de santé à tous les sénégalais… etc etc … Le président a le droit d’avoir des croyances et des pratiques personnelles qui ne regardent que lui. Le président nouvellement élu doit organiser les rapports de l’Etat avec ces institutions que sont les confréries etc … Un président élu par une majorité de sénégalais (es) doit éviter de mettre en avant ses préférences

    • Toto

      On verra bien …

    • Samba

      C’est vrai ,il en va de la langue aussi

  • Deug la verite

    A part le respect que le people accorde aux chefs religieux , les religieux font quoi pour letat? Quelle est leur fonction vis a vis de l’etat? Macky bastillait les talibes ,terrorisait les chefs religieux, personne nosait ouvrir la Bouche seul un guide avait parley. Tout le reste etait aphone

  • badou

    ce diomaye est tres decevant on s’est battu pour changer ce qui se faisait avec les anciens presidents mais je vois que lui il fait meme pire en s »agenouillant devant ces marabout comme le faisait wade la republique encore a terre je commence a me demander est ce que ce gas connait le sens d’un president macky sall est tres mauvais mais au moins ne se jete pas par terre devant quiquonque

Publiez un commentaire