PUBLICITÉ

Deux membres de la famille Gningue arrêtés : Les activistes combattent les abus policiers

“Après avoir torturé jusqu’à l’assassinat Pape de la famille Sarr, le commissariat de police de Thiaroye vient encore de se distinguer de la plus violente des manières : emprisonner deux membres de la famille Gning après avoir semé le chaos et causé des traumatismes dans la maison”, lit-on dans un communiqué de Frapp-France Dégage et le collectif contre les violences policières.

Visite…

D’après ledit communiqué, ce jeudi, 07 mai 2020, une délégation du Frapp et du Collectif contre les violences policières s’est rendue à Nietty-mbar dans la commune de Djiddah Thiaroye Kao à Pikine, pour apporter soutien et solidarité à la famille Gningue suite au traumatisme qu’elle a vécu. Il s’agissait aussi de s’enquérir de ce qui s’est passé dans la nuit du vendredi au samedi 1er mai 2020, quand des éléments du commissariat de police de Thiaroye ont effectué une intervention brutale dans leur concession avant de procéder à l’arrestation de deux membres de la famille.

Prison…

“Au sortir de cette visite, nos deux organisations retiennent que : l’intervention des éléments du commissariat de Thiaroye s’est faite avec une violence inutilement excessive, au mépris des droits élémentaires de la personne humaine. Le choc émotif vécu par la famille Gningue l’a sévèrement affectée, et les séquelles sont encore bien visibles. Les deux garçons arrêtés, dont un mineur, ont été envoyés en prison et seront jugés respectivement les 12 et 13 mai prochain”, renseigne le communiqué.

Assistance juridique…

D’après les deux organisations, dans un premier temps, elles ont saisi leurs avocats pour une assistance juridique des personnes appréhendées. Ensuite, ils ont décidé de mener le combat avec les personnes ou les organisations qui se battent contre les bavures et les violences policières, contre l’impunité et les abus, pour la défense des droits humains, comme nous l’avons fait chaque fois que des compatriotes ont été victimes de l’arbitraire de la police.

Appel…

Le Frapp/France Dégage et le Collectif contre les violences policières en appellent de nouveau à nos compatriotes pour que nous ne tombions pas dans la banalisation de l’impunité, des abus, et des bavures récurrentes d’éléments de notre police, et au delà de l’indignation, nous devons agir pour mettre définitivement un terme à tout cela.

71
Annonces

(6) commentaires

  • Charles

    UNE DELEGATION AU NOM DE QUOI?
    IL FAUT RESTER A LA MAISON.
    SI NON LA POLICE SAIT COMMENT FAIRE.

  • Sene

    Charle j’espère que toi et ta famille vous serez les prochains à subir ce déchaînement de violence gratuite après on en reparlera idiot

  • Soweto Soweto

    Police barbare ignorante. Voilà les résultats: brutalité violence. Mort d’hommes. Police justice kif kif. Dis moi qui tu fréquente je te dis qui es tu

  • Mamadou Diaw

    Vous ne représente rien si vous faites ce que les gosses ont fait ,vous recevez plus que les gosses.ce Sagna n est rien d autre qu un rebelle derrière Soncko

  • Dave

    Cette police de thiaroye doit savoir raison gardée mais c est toujours la même chose .Frapper et brutaliser au nom de leur soi disant loi .Sachez que cette famille ne vous a rien fait et un jour quelqu un vous jugera

  • Renè Diagne

    il fallait vous rendre au commissariat recueillir l autre avis.ce que vous avez pondu comme communiqué est devenu une de vos mesquines habitudes contre le gouvernement.votre vil dessein est de destabiliser ce pays avec comme armes: malhonnêteté intellectuelle et intoxications

Publier un commentaire

PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
  • Video thumbnail for youtube video 3buxyso_kcu
    12:30 - 10/07/2020 (Vidéo) : Après avoir reconverti une femme, Oustaz Alioune Sall verse de chaudes larmes
  • cisse lo ibra kane 12:27 - 10/07/2020 Ibra Kane sur les insultes de Cissé Lô : “Il n’est pas le seul à condamner…” (Audio)
  • parc 11:48 - 10/07/2020 Espagne : Un Sénégalais, déficient mental, arrêté pour agression
  • amadou gon 11:07 - 10/07/2020 Mort de Gon Coulibaly : Ouattara décrète 8 jours de deuil national