Déballages de Khalifa Diakhaté dans le feuilleton judiciaire qui l’oppose à Ndèye Astou Guèye

Déballages de Khalifa Diakhaté dans le feuilleton judiciaire qui l’oppose à Ndèye Astou Guèye

Sans doute le début d’un feuilleton judiciaire comme l’annoncent nos confrères du Quotidien qui mettent les pieds dans le plat des histoires de couple impliquant les journalistes Khalifa Diakhaté de Tfm, et Ndèye Astou Guèye de Walfadjri. «C’est après la naissance de notre enfant que j’ai su que l’identité de Ndèye Astou Guèye était fausse», a confié Khalifa Diakhaté qui a servi une citation directe à son ex-épouse. Récit.

Khalifa Diakhaté porte plainte contre Ndèye Astou Guèye : Couple d’échecs

Le couple Khalifa Diakhaté était promis aux fastes et émargeait au registre des ménages les plus glamours de la presse sénégalaise.

Au finish, il se révèle être une amourette de cour de récré et se conclut en eau de boudin. Flashback sur l’histoire du couple. L’histoire a commencé il y a plus de 13 ans. Le flashback surprend Ndèye Astou Guèye jeune stagiaire à la radio Energie Fm. Pour Khalifa Diakhaté, ce n’est pas le coup de fou­dre, ni même une histoire d’amour. Au début leur relation était purement amicale. Il soutient : «C’était une relation professionnelle et très saine.» Quelques temps après, Ndèye Astou Guèye intègre le groupe Walfadjiri. Mal­gré ce déplacement, Khalifa Dia­khaté et Ndèye Astou Guèye gardent toujours le contact, se rendent visite, s’appellent. Comment cette amitié s’est-elle muée en sentiments plus profonds ?

Comment ces sentiments ont-ils éclos en amour ? Khalifa ne le précise pas dans les explications contenues dans la citation directe. Toujours est-il qu’en 2004, les deux amis se sont vertigineusement rapprochés. Alors que Khalifa Diakhaté vivait en France avec son épouse fran­çaise et venait régulièrement en vacances au Sénégal. Khalifa passait tous ses moments de vacances dans l’appartement de Ndèye Astou, sis à Derklé. Ce dernier ajoute même que leur proximité était telle qu’il lui arrivait souvent «de payer le loyer, des factures d’électricité du domicile des parents de la dame, sans doute à l’insu de ceux-ci.»

Cette idylle fleure bon la félicité parfaite et les deux tourtereaux qui se retrouvent souvent unis, la main dans la main, cœur contre cœur, chantant leur amour pendant cinq bonnes années. Un beau jour de l’été 2009, à la fin des vacances de Khalifa Dia­khaté, Ndèye Astou Guèye lui raconte que le propriétaire de la chambre qu’elle avait louée souhai­tait mettre fin à la location pour donner la pièce à l’un des membres de sa famille. Khalifa révèle dans la citation directe :

«Cette situation semblait la préoccuper beaucoup.» Il assure dans le même temps qu’il envoyait régu­lièrement de l’argent tous les mois pour «qu’elle ne soit pas expulsée.» Sa copine explique ses soucis d’argent par le fait qu’elle percevait parfois son salaire tardivement et parce qu’il lui arrivait d’utiliser l’argent à d’autres fins. En 2012, Ndèye Astou Guèye et Khalifa Diakhaté se disent «Oui» pour le meilleur et pour le pire en mariage qui n’aura duré que quatre mois. Khalifa Diakhaté confie : «J’ai quitté l’appartement que j’occupais à Yoff pour m’installer avec elle à Liberté 6 Extension, puis deux semaines après dans un appartement que nous avons visité et choisi ensemble.» Il soutient également que deux mois plus tard, Ndèye Astou Guèye lui demande de lui acheter une chambre à coucher d’un montant d’un million de francs Cfa qu’elle a vu et admiré dans un magasin à côté de leur domicile. La citation directe ne dit pas comment la spirale de la mésentente est montée en flèche.

Toutefois Khalifa Diakhaté croit savoir : «Elle est matérialiste. C’est cela qui a miné notre couple. Elle en voulait toujours encore plus.» Le film de leur idylle révèle qu’un soir du mois de juin 2012, le ton monte et «suite à une agression verbale, Ndèye Astou Guèye, l’a torpillé d’insultes et s’est jetée sur lui en déchirant ses vêtements.»

Khalifa Diakhaté donne sa version des faits : «Comme elle était enceinte, je l’ai maîtrisée pour éviter les coups. Prise d’hystérie, elle souhaitait quitter la maison.» Le lendemain au soir, Khalifa Diakhaté trouve un «appartement vide.» «Quelques heures plus tard, elle m’envoie un sms pour me dire qu’elle a décidé de divorcer dès après son accouchement. Je n’ai pas vécu avec Ndèye Astou durant sa grossesse», raconte l’ex-mari. Durant ses congés de maternité, Ndèye Astou Guèye s’est repliée au domicile de ses parents, sis au quar­tier Diokoul Ndiayène, à Rufisque.

Khalifa Diakhaté sera informé de la naissance de son fils «en même temps que tout le monde». C’est après le baptême de leur enfant que le divorce a été prononcé. L’idée de déclarer la naissance de l’enfant à l’état civil du consulat de France est tombée à l’eau. «C’est après la naissance de notre enfant que j’ai su que l’identité de Ndèye Astou Guèye était fausse», accuse Khalifa Dia­kha­té. A cause de ces nombreux ennuis, la continuation de la vie conjugale et la sauvegarde du ménage étaient devenues impossibles. Le divorce s’est imposé à eux. Voilà que s’annonce le début d’un feuilleton judiciaire

Thiès vision

6 COMMENTAIRES
  • diakhaté kaba yéri

    mais khalifa vous n’avait pas fait un certificat de mariage pourquoi dite vous que c’est après votre mariage que vous avait su pour son acte de naissance ça n’a pas de sens

  • diakhaté kaba yéri

    1976 elle n’est pas vielle du tout peut etre elle a du faire un jugement pour ces études ou autres chose mais ça ce n’est pas une fatalité je veux dire pourquoi attendre jusqu’à maintenant pour dire faux et usage de faux après la naissance de votre bambin ou vous n’avait pas fait de certificat de mariage

  • rafétte

    soutoura

  • mamadou lo

    Du courage Sister ya beaucoud’homme malhonnette je pris le bon Dieu qu’il vous donne l’amour de votre vie car tu mérite beaucoup mieux

  • mamadou yally

    ne vs faites pas de mal surtout pensès à vtre enfant merci

  • parisien

    mais oui bon courage à khalifa, de se débarrasser d’une matérialiste. Elles se valent toutes les filles: l’argent. …

Publiez un commentaire