Côte d’Ivoire : La communauté musulmane de la Riviera Akouédo-Palmeraie plaide pour la reconquête de leur mosquée

Côte d’Ivoire : La communauté musulmane de la Riviera Akouédo-Palmeraie plaide pour la reconquête de leur mosquée

Sur les vestiges de leur mosquée détruite, les fidèles musulmans de la Riviera Akouédo-Palmeraie, à l’est d’Abidjan, ont participé ce vendredi 7 juin 2024 à la prière de 13 heures sous une bâche.

Plusieurs dizaines de fidèles de la communauté musulmane, visiblement contrits, ont prié non loin des décombres de leur édifice religieux, nourrissant l’espoir d’obtenir un permis d’occupation du site.

El Hadj Idrissa Touré, président de la communauté, après la prière de 13 heures, a sollicité auprès du ministre de la Construction, du logement et de l’urbanisme, l’octroi d’un titre foncier pour ce lieu de prière.

Dans une déclaration publique, il a requis du ministre ivoirien de la Construction, du logement et de l’urbanisme, le déclassement de leur parcelle, une réserve administrative, en vue de son plein usage.

Le site, cédé en 2009 par la communauté villageoise d’Akouédo, est en réalité une réserve administrative nécessitant une procédure de main levée ou un déclassement par les autorités compétentes pour son utilisation complète.

El Hadj Idrissa Touré a exprimé que la communauté, en tant que seule mosquée du vendredi entre le Carrefour Feh Kessé et Abatta, appelle les autorités à trouver une solution à leur situation.

L’édifice religieux, construit sur un îlot de six lots et occupant une superficie de 950 m2, a été détruit le 28 mai 2024. Le président de la Comurap a indiqué que d’autres lots concernés par ce problème ont réussi à obtenir gain de cause de la part des autorités précédentes.

Il a insisté pour que le ministre de la Construction, du logement et de l’urbanisme prenne leur situation en pitié, expliquant qu’ils sont dans le même cas que d’autres propriétaires ayant obtenu leur déclassement.

En outre, la communauté religieuse, subissant une mauvaise perception de la part du voisinage, exprime son intention de soumettre des propositions au ministre pour une bonne cohabitation ou d’en recevoir pour améliorer la situation.

El Hadj Idrissa Touré a également souligné que dans les quartiers, des réserves administratives existent pour accueillir des équipements sociaux comme les écoles et les centres de santé, et que la communauté religieuse peut également y être éligible.

0 COMMENTAIRES
Publiez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *