Annonces
Publicité
» » » » » » » Communication: « BBY et MTS ont échoué par...

Communication: « BBY et MTS ont échoué par manque de pragmatisme et de réalisme »

  • Khalil Kamara Khalil Kamara

Benno Bokk Yakaar et Mankoo Taxawu Sénégaal, tout se joue maintenant entre ces deux coalitions. Avec une légère avance, le camp présidentiel est maître d’œuvre de ces élections Législatives. Des moyens colossaux ont été déployés par la mouvance présidentielle qui, à première vue, n’avait qu’un objectif, satisfaire Macky Sall. Et de l’avis de Alcaly Ben Mohamed Diouf, ces deux coalitions qui se disputent Dakar ont réussi « l’échec programmatique de se saborder« .

« Leurs ego surdimensionnés ont réussi l’impensable, la dislocation du projet d’entité unique qui maximise les votes« , précise M. Diouf , dans un entretien avec Senego. Il poursuit: « ils ont échoué par manque de pragmatisme et de réalisme car en politique une joute législative se gagne avec un bilan programmatique qui fait rêver. Et il faut se vendre soi même en séduisant les populations mais il y a eu décalage à cause du reniement de la réduction du mandat. L’autre échec à été le dosage des investitures avec ce boulet de canon qu’ils traîneront tous. Et tant que la parité sera en vigueur elle empoisonnera les partis et coalition ou conglomérat d’entités« .

La communication de ces deux coalitions leaders a joué un grand rôle dans cette campagne électorale. Et malgré tout l’arsenal financier dégagé, le satisfecit n’a pas été au rendez-vous. Beaucoup de manquements notés par notre « marketeur politique ». Selon Alcaly Diouf, c’est parce que le Sénégalais n’a pas encore cette culture de marketing politique au moment où la Guinée a compris l’enjeu que représente cette discipline.

En 2010, ce spécialiste en Marketing Politique a mis en musique différentes campagnes présidentielles dont Guinée 2010 Alliance Arc en Ciel Alpha Condé et en 2015 avec Cellou Dalein Diallo, Ufdg (RCA en 1996; municipales France; USA, convention démocratique en 1984, avec Jessie Jackson, Sénégal, 2007 à 2011, sous Bacar Dia, Guirassy et Abdoul Aziz Sow, communication Gouvernementale) .

Amadou Bâ, argentier de l’État, non moins tête de liste départemental de Benno bokk yakaar (BBY) a déployé des moyens colossaux avec comme conséquence, « une communication de rouleau compresseur financier » qui n’est meilleure aux yeux de ceux qui l’adoptent que lorsqu’elle devient « exponentielle en numéraires« .

« Mais bien sûr peuvent mieux faire comme dixit les maîtres d’école du cycle primaire, sauf qu’ils ont atteint leurs limites car ce sont les 2 produits qui ont une image négative qu’ils leur fallait rectifier en gommant les défauts pour en faire des qualités. Ce qui n’est pas évident si le produit politique est de mauvaise qualité. Une communication s’incarne et l’on ne s’invente pas être parmi les surdoués et si l’on ne détient pas certaines qualités innées comme Idrissa Seck« , renchérit-il.

Selon Alcaly Diouf, c’est une question de logique, concernant le choix de Amadou Ba car, « certainement pour affaiblir le compte bancaire de l’un et tester l’autre parmi les dauphins éventuels qui se bousculent au portillon du fauteuil de leader du parti. La succession se pointe à l’horizon et peut surprendre plus d’un président au pouvoir… par conséquent il assure la pérennité de l’APR et certainement ses arrières afin de ne point insulter le futur« .

« Et le futur c’est déjà demain, avec l’activation de la campagne pour 2019, dès après la proclamation des résultats définitifs, la communication politique multimédia reprendra du service avec ou sans la variable marketing politique et de manière beaucoup plus agressive, compte tenu de l’enjeu suprême« , conclut Alcaly Ben Mohamed Diouf.

 

Annonces
Annonces

Un commentaire

  • modou mboup
    02/08/2017 09:29

    vous avez gaspillé le pays et vous verrez bientôt

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces