Commission internationale de dialyse :Le Pr Abdou Niang premier africain élu
PUBLICITÉ

Commission internationale de dialyse :Le Pr Abdou Niang premier africain élu

C’est une première mondiale. La Société internationale de néphrologie (Isn) vient de promouvoir à la tête de sa Commission de dialyse un Africain, une grande première. C’est le Professeur titulaire des universités Abdou Niang qui a été élu pour un mandat de 2 ans. Il est médecin-colonel, chevalier de l’Ordre national du Lion, est le chef du Service de néphrologie du Centre hospitalier national universitaire Dalal Jamm de Guédiawaye et responsable de la Chaire de néphrologie de la Faculté de médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Cette élection honore la néphrologie sénégalaise et africaine avec le Professeur Niang qui devient le premier ressortissant d’un pays à revenu faible et intermédiaire à occuper cette fonction.

Le Sénégal au sommet

Dans un communiqué, Pr Niang est revenu sur cette victoire sénégalaise. « Malgré sa présence dans l’ensemble des continents du monde, le leadership de la Société internationale de néphrologie souffre d’un déficit de diversité dans la mesure où, depuis sa création, elle n’a jamais été présidée par une personne originaire des pays à revenu faible et intermédiaire« , a-t-il déclaré.

La continuité prônée

Si l’élection du Professeur Niang a été une révolution le 19 avril passé, ce n’est pas pour autant qu’il va chambouler tout ce qui a été fait jusque-là. En effet, le néphrologue va s’inscrire dans la continuité. A ce propos, il « s’agit de mener des activités de prévention de la maladie rénale pour les populations des pays à revenu faible et intermédiaire, d’organiser un forum mondial sur l’accès à la dialyse et lancer une alliance mondiale pour la production des équipements à coûts réduits pour l’accès à la dialyse », a ex­pliqué le Professeur Abdou Niang.

22
PUBLICITÉ

1 commentaire

  1. Momar Mbengue

    Félicitations Prof. Le meilleur reste à venir. Pourquoi pas les Étoiles de Général, pour corriger l’erreur qui a empêché à la Sommité Professeur Souleymane MBOUP d’accéder au Grade de Général qu’il a mérité en reconnaissance de ses succès scientifiques.