Clôture des recherches de fugitifs du génocide rwandais après la confirmation de décès des deux derniers suspects

Clôture des recherches de fugitifs du génocide rwandais après la confirmation de décès des deux derniers suspects

C’est la fin d’une traque qui a duré près de trente ans. Les deux derniers fugitifs recherchés pour leur implication présumée dans le génocide rwandais ont été déclarés morts, selon un communiqué récent du Mécanisme, successeur du Tribunal pénal international pour le Rwanda. Les individus, identifiés comme Charles Sikubwabo et Riyandikayo, auraient trouvé la mort en 1998.

Le bureau du procureur annonce que les traces de Sikubwabo et Riyandikayo se perdent respectivement à Ndjaména, au Tchad, et à Kinshasa en RDC. «On a suivi leur parcours depuis leur départ vers le Congo jusqu’à leur mort dans des camps de réfugiés», explique Serge Brammertz, procureur du Mécanisme. Cette annonce marque la fermeture officielle de ces deux dossiers.

En parallèle, le travail de justice continue, focalisé sur le soutien international. Avec plus de mille individus encore recherchés pour génocide, principalement en Afrique mais aussi en Europe, la collaboration avec les justices nationales demeure une priorité. Le cas de Fulgence Kayishema, arrêté en Afrique du Sud et suspecté de crimes de génocide, reste cependant en cours, soulignant l’importance de la coopération internationale dans ces enquêtes judiciaires longues et complexes.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire