Cinquantenaires de l’hémicycle: 11 après, Khayrou Cissé réclame 5 millions à l’assemblée nationale
PUBLICITÉ

Cinquantenaires de l’hémicycle: 11 après, Khayrou Cissé réclame 5 millions à l’assemblée nationale

Khayrou Cissé, ancien directeur de la Recherche et de la Documentation de l’Assemblée nationale, est en colère contre l’assemblée Nationale pour l’ouvrage qu’il avait confectionné pour la célébration des cinquantenaires de l’institution. 11 ans après sa retraite, l’archiviste réclame 5 millions à l’assemblée nationale. Dans un entretien avec Senego, Khayrou Cissé fait la genèse de cet ouvrage intitulé « Dictionnaire biographie et Evènementiel des Députés du Sénégal (1914-2012), ses problèmes avec Mamadou Seck, ancien président de l’assemblée Nationale, Joséphine Diallo, secrétaire général de l’hémicycle dans les années 2010, entre autres.

Que s’est-il réellement passé?

En janvier 2010, le président Mamadou Seck avait appelé une réunion dans son bureau. Il y avait son directeur de la communication, son directeur de cabinet, deux députés, Abdoulaye Babou et moi même. C’était pour discuter sur la commémoration du cinquantenaire de l’Assemblée Nationale. A l’époque, toutes les institutions du Sénégal avaient 50 ans. Le gouvernement du Sénégal par la décision de Abdoulaye Wade voulait célébrer les 50 ans pour toutes les institutions du Sénégal. A cette réunion, le président Mamadou Seck nous avait demandé de lui présenter un programme d’activité à exécuter tout le long de l’année. Il avait mis en place un comité scientifique présidé par Feu Pr Iba Der Thiam (à l’époque 2ème vice président de l’assemblée). Lors de la première réunion, nous avons arrêté un programme décliné sur 11 actions à exécuter pour toute l’année 2010. La troisième activité qui a été arrêtée dans ce programme a concerné la réalisation de ce dictionnaire biographique. Cela m’a été confié.

Le travail m’a été confié

On m’avait confié ce travail parce que le président voulait recruter des experts pour exécuter chacune des activités. A l’occasion de cette réunion, le collègue, Feu Antoine Ngor Faye, était au courant que je travaille sur un manuscrit de ce genre. C’est la raison pour laquelle il a demandé au président de me prendre pour réaliser cet ouvrage. Le président Mamadou Seck m’a dit qu’on va prendre ton travail et le verser dans le programme. Je vous demande de le terminer avant la fin du mois de Février. Il va rester votre travail mais moi je vous paierais en tant que expert. J’ai dit Ok.

Comment cela s’est fait? 

J’ai demandé les moyens. On m’a donnée 1 million 300 mille frs. J’ai recruté des archivistes. J’ai commencé le travail pour finir à temps. Nous avons terminé le 24 février. J’ai ensuite remis le manuscrite au secrétaire général de l’assemblée à l’époque, Joséphine Diallo, le vendredi. Je lui ai remis la mouture pour transmission au président. Le lundi matin, Josephine m’appelle pour me dire : « je n’ai pas remis le document au président. C’était pour voir le travail. Mais, c’est bien fait. Maintenant, je vais monter et remettre le document au président. Elle revient me dire que le président me félicite. Il (le président) dit qu’il va garder pour lui. Il faut imprimer un autre pour Iba Der Thiam qui va corriger le document. J’ai ensuite payé 65 000 frs de ma poche pour tirer le document. J’ai encore remis le document à Josephine Diallo.

Avez vous signez un pacte ?

Entre-temps, beaucoup de choses se sont passées. Tous les experts qui étaient recrutés dans cette activité ont été payés, sauf moi. Un jour, le président m’appelle pour me dire : « Khayrou, nous rencontrons en ce moment une tension financière. Je suis maintenant dans l’obligation de vous faire attendre comme vous êtes de la maison. Nous allons payer les experts extérieurs pour le moment. Et, toi tu sera payés avant fin décembre 2010. »

« J’ai demandé une audience! »

Le 31 décembre 2010 je devais partir à la retraite. J’ai demandé un audience au président pour lui remercier pour tout ce qu’il a fait de moi et pour décliner mes projets d’avenir. J’ai attendu longtemps et j’ai pas eu de retour. J’ai trouvé d’autres solutions. Je suis après passé par la direction de son cabinet. 3 jours après la demande, le président Mamadou Seck m’a reçu. (…). Dans cette audience, j’ai rappelé au président l’argent que me doit l’assemblée durant les cinquantenaires de l’assemblée. J’ai le manuscrit avec moi et j’aimerais que ça soit édité. (…) Mamadou Seck m’avait dit que je serais payé dans la semaine. Et, jusqu’à aujourd’hui rien n’est encore fait. L’assemblée me doit 5 millions de frs Cfa.

Une dette de 5 millions 

En 2018, je suis parti chez lui au Petit Mbao car il m’avait donné un rendez-vous à 11h. A mon arrivée, par la surprise générale, Mamadou Seck était absent de la maison. Je l’attends. Il revient à 14h. Il m’a trouvé seul au salon. Il m’a dit Khayrou, qu’est-ce vous voulez? Et pourtant, c’est lui qui m’avait donné rendez-vous. Je me suis étonné. Et, après on a eu une vive altercation. Je n’avais pas aimé son comportement. J’ai été peut-être naïf, c’est pour cela que ces gens ont abusé de moi.

« Ils m’ont fait des propositions »

Après cette altercation, Mamadou Seck a appelé Ndongo Ndoye, trésorier de l’assemblée qui m’a appelé pour me demander de me calmer. Après, il revient pour me dire, il faut laisser la dette du contrat. On va vous faire un appui financier. Vous n’aurez pas la totalité de l’argent mais au moins vous aurez quelque chose. J’ai un peu hésité mais, par la suite, j’ai accepté sa proposition. Il m’a demandé ensuite d’appeler le Secrétaire général, qui m’a demandé de formuler une lettre. Et, je l’ai fait. Jusqu’à présent, je n’ai pas de réponse.

Que voulez-vous maintenant?

J’ai adressé une vingtaine de lettres qui n’ont pas de réponse. Je n’ai jamais voulu personnaliser cette affaire. C’est une institution qui me doit de l’argent. J’ai travaillé pour une institution. J’ai travaillé pour une personne qui incarnait l’institution. Je n’apprends rien à personne. On sait tous la continuité de l’Etat. Je ne demande pas d’avantages. Je demande mon argent. ça fait 11 ans que je me bats pour ça. J’en ai fait un combat d’honneur et pour ma dignité.

Un message au président Macky Sall

J’ai écrit au chef de l’Etat Macky Sall pour l’informer de cette situation. Mais il n’a rien fait jusqu’à présent. Maintenant, je profite de la tribune que m’offre senego pour informer de la situation que je traverse avec l’assemblée Nationale depuis 2010. Je voudrais saisir cette occasion pour lui demander de faire usage de ses pouvoirs pour amener les autorités de l’assemblée à honorer leurs engagements.

8
PUBLICITÉ