PUBLICITÉ
Cheikh Mouhamadou Moustapha Sy Djamil « Borom » Fass, un ascète-promoteur d’un Islam pur 
PUBLICITÉ

Cheikh Mouhamadou Moustapha Sy Djamil « Borom » Fass, un ascète-promoteur d’un Islam pur 

Cheikh Mouhamadou Moustapha Sy Djamil dit Seydi Djamil « Borom » Fass (1916-1993), un ascète-
promoteur d’un Islam pur ! Fils aîné de Serigne Babacar Sy, il fut le doyen des petits-fils de Seydi ElHadji Malick Sy. Ses miracles : le jour de son baptême: il accrocha son doigt au chapelet de Mame Maodo. Père du marabout-politicien Serigne Mansour Sy Djamil, il fonda le quartier Fass de Dakar qu’il ne quitta plus jamais.

PUBLICITÉ

Cheikh Mouhamadou Moustapha Sy Djamil dit encore, Seydi Djamil « Borom » Fass est un preux chevalier de la Tidjania. Toute sa vie durant, le fils aîné de Khalifa Aboubacar Sy (Serigne Babacar Sy) a promu un Islam pur. Il vivait en ermite au quartier Fass de Dakar qu’il fonda et qu’il ne quitta jusqu’à son rappel à Dieu en 1993. Retour sur la vie et l’œuvre du petit-fils des « deux Malick »( El Hadji Malick Sy Maodo et Mame Malick Sall de l’illustre famille Sall de Louga).

Serigne Moustapha Sy Djamil a vu le jour en 1916 à Louga. Il est le fils de Serigne Babacar Sy et de Sokhna Oumou Khaïry Sall, fille de Mame Malick Sall , grand dignitaire religieux à Louga. Il fut le premier fils de Serigne Babacar Sy, donc le premier petit-fils de Seydi El Hadji Malick Sy. Ce dernier a assisté à son baptême dans la capitale du Ndiambour.

Ses premiers miracles

Seydi Djamil a été un don de Dieu. Dès sa venue au monde des mortels, il a montré des signes qui avaient fini de renseigner sur la dimension véritable de l’homme. Le jour de son baptême, alors que Mame Maodo s’apprêta à donner le nom du nouveau-né, il accrocha son doigt à son chapelet. Son illustre grand-père Mame Malick Sall disait à El Hadji Malick Sy : » Donne-lui ce qu’il veut ».

Son éducation

Cheikh Mouhamadou Moustapha Sy Djamil a débuté ses humanités chez son père Serigne Babacar Sy avant de rejoindre Rufisque. Il fréquenta le fameux « Daara » de Gorgui Khalil Camara. Dans cette ville historique, il y vivait pendant de longues années avec sa sainte mère Sokhna Oumou Khaïra Sall. Cette dernière a rendu l’âme dans cette ville et y est enterrée. Seydi Djamil fut passé aussi entre les mains de son oncle paternel Cheikh Mouhammadou Mansour Sy « Balkhawmi » qui avait beaucoup contribué à son apprentissage aux valeurs Islamiques.

Son surnom « Jamil, Djamil »?

Oustaz Abdou Guèye dit Mame Gor Guèye que nous avons rapproché ,de dire ceci: »Cheikh Mouhammadou Moustapha Sy était d’une beauté extraordinaire et ce fut Mame Abdou Aziz Sy Dabakh qui lui a donné ce nom  » « Jamil ». Depuis, cela est à jamais collé à son nom. »

Missionnaire de son père en 1945 à Dakar

Selon nos sources, Seydi Djamil quitta Tivaouane vers 1945 sous le « ndiguel » de son illustre père Serigne Babacar Sy pour venir s’installer à Dakar. Il resta, d’abord, à la Médina Rue 15 avant de migrer au quartier contiguë : il l’appela Fass par référence à la Ville de Fez de Cheikh Ahmed Tidiane Chérif ou Fass du Prophète Muhammad ( S.A.W). Alors ,on commença par le surnommer « Borom » Fass. Il y vivait et se détachait des biens de ce bas-monde. Il avait pour seule occupation: l’adoration de son Seigneur suivant le « Sunna » du Prophète Muhammad ( S.A.W) et les enseignements de Cheikh Tidjane Chérif tels racontés par Seydi El Hadji Malick Sy. Il y installa alors son  » Daara » et forma une bonne partie de l’élite Tidjane au Sénégal.

On ne pouvait pas le photographier sans son consentement

Cheikh Mouhamadou Moustapha Sy Djamil fut doté de pouvoirs immenses. L’on raconte que personne ne pouvait le prendre en photo sans son accord, son consentement. Il n’écoutait la radio et ne lisait aucun journal ou média et, pourtant, il savait tout ce qui se passait au Sénégal, en Afrique et dans le monde. Il ne s’était jamais rendu dans le Walo où il comptait beaucoup de disciples. Pourtant, il savait ce qui s’y passait et pouvait parler des coins et recoins de cette partie du Nord du Sénégal.

Ses relations

Seydi Djamil « Borom » Fass était très lié à ses oncles maternels Mame Dabakh, Serigne Habib Sy et Serigne Mansour Sy « Balkhawmi ». Idem pour les filles de Mame Maodo et les Muqaddams. Avec ses frère, il entretenait de bonnes relations. Serigne Mansour Sy « Borom » Daradji lui dédiait des poèmes pour parler de ses hautes qualités humaines et sa sainteté. D’ailleurs, toutes ses entreprises, il les nommait  » Ets Seydi Djamil ». Cheikh Tidjane Sy Al Maktoum, Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amin, Pape Malick Sy ,etc. tous l’admiraient pour ses qualités et sa sagesse rare .

Il faut dire qu’il cultivait de bons rapports avec ses frères en Islam et les détenteurs du pouvoir temporel.

Disparu en 1993, inhumé dans son domicile de Fass (Dakar)

Alors qu’il était Khalife de son père depuis 1957 (date du rappel à Dieu de Serigne Babacar Sy), Seydi Djamil vivait en ascète à Fass (Dakar). Il déléguait ses frères durant les événements religieux. Il ne sortait plus de chez lui. L’on raconte que, même, un jour il avait éconduit le Président Léopold Sédar Senghor chez lui. Il ne voulait pas les voitures et l’argent des politiciens. Tant il tenait à promouvoir un Islam sans mélange. Seydi Djamil quitta ce bas-monde le 08 Décembre 1993 à Dakar (Fass). Il repose ,depuis, dans sa résidence qui fait aussi office de  » Daara ». Son Khalife est son fils Serigne Mouhamadou Mansour Sy Djamil. Il le cumule aussi avec le Khalifat de son illustre grand-père Serigne Babacar Sy. Yala nafi Yag lool té wër. Amin.

Ibrahima NGOM Damel

#Ascète #CheikhMouhamadouMoustaphaSyDjamil #SeydiDjamil

PUBLICITÉ