Cardinal Adrien Sarr sur la Casamance: « La paix définitive vaut mieux que le calme relatif « 

Cardinal Adrien Sarr sur la Casamance: « La paix définitive vaut mieux que le calme relatif « 

La paix définitive vaut mieux que le calme relatif en Casamance (sud), a dit mercredi le cardinal Théodore Adrien Sarr, archevêque de Dakar, en souhaitant encore que les acteurs du conflit casamançais arrêtent définitivement les violences.

« En rendant grâce à Dieu pour toutes les étapes qui ont été franchies jusque-là, convenons tout de même qu’aucune situation de calme relatif ne vaut mieux que la paix définitive, bâtie sur la vérité et la justice, le pardon, la réconciliation et la concorde », a-t-il dit dans son message de Noël, une fête à célébrer jeudi, pour commémorer la naissance du Christ.

« C’est une telle paix définitive que nous demandons (…) pour les populations de la Casamance et le pays tout entier », a-t-il ajouté, en s’adressant aux journalistes, à son domicile dakarois.

En parlant encore du conflit casamançais, Mgr Sarr reconnaît que « nous sommes (…) loin aujourd’hui des faits dramatiques de violence qui prévalaient dans cette partie du pays, il y a quelques années ».

Il fait allusion à la relative stabilité qui prévaut depuis quelques années, dans le sud du pays.

Des accrochages entre les indépendantistes du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) et l’armée sénégalaise ont fait des milliers de personnes déplacées, de morts et de blessés, chez les civils comme chez les militaires, depuis décembre 1982.

Théodore Adrien Sarr souhaite que les protagonistes du conflit travaillent à l’instauration de la « paix définitive ». « C’est aussi à l’instauration d’une telle paix définitive, dans le dialogue de vérité, que nous exhortons tous les acteurs du conflit casamançais », a-t-il dit.

« En parlant de paix, comment ne pas dénoncer toutes ces pratiques qui prennent naissance dans une véritable idolâtrie de l’argent et minent ou détruisent toute bonne politique économique », a ajouté l’archevêque de Dakar.

Aussi a-t-il dénoncé « la rémunération injuste du travail de l’homme, par appétit du gain, les malversations financières, la corruption et les détournements de fonds ».

Mgr Sarr a fait une mise en garde contre « les méfaits de l’idolâtrie rampante de l’argent ».

Il a évoqué « la redoutable épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola » qui a fait plus de sept mille morts en Afrique de l’Ouest, notamment en Sierra Leone, au Liberia et en Guinée, de fin 2013 à nos jours – selon un bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’archevêque de Dakar a recommandé aux populations « la prudence » et « la vigilance », contre cette maladie.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire