CAN 2022 : Salima Mukansanga, première arbitre de l’histoire de la compétition : Parcours d’un sifflet au féminin
PUBLICITÉ

CAN 2022 : Salima Mukansanga, première arbitre de l’histoire de la compétition : Parcours d’un sifflet au féminin

La Coupe d’Afrique des Nations 2022, qui se déroule au Cameroun du 9 janvier au 6 février, va pour la première fois faire intervenir une femme parmi les arbitres. Il s’agit de Salima Mukansanga, officielle rwandaise de 33 ans. Retour sur son parcours.

Son nom ne vous dit sûrement rien, mais Salima Mukansanga (33 ans) est en train de devenir une figure qui compte sur le continent africain. Lors de cette édition 2022, la Rwandaise va ainsi devenir la première femme à officier lors d’une Coupe d’Afrique des Nations.

Pourtant, dans sa jeunesse, rien ne prédestinait Salima Mukansanga à se diriger vers le football. Le basket l’attirait plus. « J’aimais le basket-ball et je voulais le prendre très au sérieux, mais l’accès aux infrastructures et aux entraîneurs de basket-ball était difficile. C’est ainsi que j’ai fini par arbitrer, ce que je n’ai d’ailleurs jamais regretté », indiquait-elle en 2019 au journal rwandais New Times .

Début en 2008

Cette passion pour l’arbitrage s’est développée au cours de sa dernière année de lycée, au sein du district de Musanze. L’année suivante, elle obtenait son premier certificat d’arbitrage, tout en se lançant dans une licence en soins infirmiers et sages-femmes à l’université de Gitwe, au Rwanda.

De 2008 à 2014, Salima Mukansanga lance progressivement sa carrière lors de quelques matches de deuxième division rwandaise masculine et lors de rencontres féminines. En 2012, elle est promue arbitre par la CAF et commence à prendre part à diverses rencontres de clubs sur tout le continent, voire des matches de sélection, mais en tant qu’arbitre assistante.

Le principal tournant se déroule en 2014, lorsqu’elle officie comme arbitre centrale pour la première fois lors d’un match à l’international, pour un Zambie – Tanzanie en qualifications pour le Championnat d’Afrique féminin 2014.

Un rythme effréné depuis 2015

Une performance dont la principale intéressée se montre très fière et qu’elle voit comme un moment charnière. « C’est grâce à la façon dont j’ai géré ce match que j’ai prouvé ma capacité à diriger des rencontres à n’importe quel niveau sur le continent, expliquait-elle. Ce fut une expérience passionnante. Depuis ce jour, on m’a fait confiance pour officier d’innombrables matches internationaux en Afrique et au-delà. »

La suite le montre puisque tout s’est accéléré pour Salima Mukansanga. Match d’ouverture et demi-finale des Jeux africains 2015, finale de la Coupe d’Afrique des Nations féminine 2016, arbitre centrale et seule africaine lors de la Coupe du monde féminine des moins de 17 ans, en Uruguay en 2018. Enfin, en 2019, elle est sélectionnée pour officier comme arbitre centrale lors de la Coupe du monde féminine 2019, qui se tient en France.

La Coupe du monde, un « rêve »
Une expérience dans l’Hexagone qu’elle n’oubliera jamais. « Officier à la Coupe du monde est le rêve de tout arbitre, surtout quand on vient d’un pays comme le mien où le football féminin est encore peu développé. Je me sens privilégiée pour l’opportunité. »

Sa participation aux Jeux olympiques de Tokyo l’été dernier aurait déjà pu être un aboutissement, mais la Rwandaise de 33 ans vient donc de passer un nouveau cap en devenant arbitre d’une compétition internationale masculine. Jusqu’où ira-t-elle ?

31
PUBLICITÉ