Burkina, Mali, Niger : La Cedeao décide de créer une Commission Adhoc de médiation et de réconciliation…

Burkina, Mali, Niger : La Cedeao décide de créer une Commission Adhoc de médiation et de réconciliation…

S’est réuni en sa deuxième session extraordinaire de l’année 2024 à Kano, en République Fédérale du Nigéria, du 20 au 25 Mai 2024, le Parlement de la CEDEAO. Plusieurs point ont été abordés lors de cette rencontre dont la menace terroriste, le retrait de la Communauté de trois de ses Etats membres que sont le Burkina Faso, le Mali et le Niger « qui ont connu des changements anticonstitutionnels de régime« , entre autres sujets.

Texte in extenso : 

1. Notant que la Sixième Législature du Parlement de la CEDEAO s’est ouverte dans un contexte de menace sécuritaire aggravé par la recrudescence des actes de terrorisme aux frontières de nos différents Etats membres ;

2. Considérant qu’en dépit du professionnalisme de nos armées, la menace terroriste se singularise par son asymétrie et ne peut être jugulée que par la conjugaison des efforts de tous les Etats membres de la Communauté ;

3. Constatant la mise à mal de notre destinée commune par les velléités de retrait de la Communauté de trois de ses Etats membres que sont le Burkina Faso, le Mali et le Niger qui ont connu des changements anticonstitutionnels de régime ;

4. Conscient des conséquences d’un tel retrait sur les populations de la Communauté;

5. Rappelant que les parlementaires de la Sixième Législature ont, dès leur entrée en fonction, choisi de se mettre au travail, afin de jouer pleinement leur rôle et éviter toute perturbation de la Communauté à nous léguée par nos pères fondateurs ;

6. Conscient de la volonté affichée des Hautes autorités de la CEDEAO de permettre à ces Etats de renouer avec la démocratie, le respect des droits de l’homme, de la bonne gouvernance et de s’émanciper de la situation d’exception dans laquelle se retrouvent les populations ;

7. Rappelant, également qu’au cours de la session inaugurale, les députés de la Sixième Législature, ont salué, unanimement et avec enthousiasme, le retour des parlementaires de la République sœur de Guinée ;

8. Considérant que le Parlement peut se saisir de toutes questions intéressant la Communauté, notamment en matière de respect des droits de l’Homme ou des libertés fondamentales et faire des recommandations, adressées aux institutions et organes de la Communauté conformément à l’article 7 (d) de l’Acte additionnel A/SA. 1/12/16 relatif au renforcement des prérogatives du Parlement de la CEDEAO ;

9. Notant qu’en vertu de cette compétence et soucieux de la préservation de la paix, de la démocratie et de l’unité de la région ; il a mis tout en œuvre pour soutenir la levée des sanctions qui frappaient le Burkina Faso, le Mali et le Niger en vue d’aider à trouver des solutions consensuelles suite aux incompréhensions qui ont pu naitre entre notre organisation commune et ces trois (3) pays frères;

10. Constatant la montée des tensions entre les Républiques du Benin et du Niger depuis le 8 mai 2024;

11. Considérant que l’exercice de cette compétence s’inscrit en droite ligne des efforts inlassables du Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement, Son Excellence Monsieur Bola Ahmed TINIBU, Président de la République Fédérale du Nigéria et du Président de la Commission de la CEDEAO, Monsieur ALIEU Omar Touray, destinés à préserver les acquis de l’intégration régionale ;

12. Considérant que la priorité des priorités devrait être la consolidation de la paix à l’intérieur et à l’extérieur de la Communauté et que c’est à cette seule condition que nous pourrons espérer une approche chaine des valeurs, basée sur la complémentarité et la recherche afin de prioriser la santé, l’alimentation, la libre circulation des personnes, des biens et des services, les infrastructures énergétiques, de communications et routières afin de donner un nouvel élan à la CEDEAO ;

13. Pour toutes les raisons sus indiquées :

 Décide de la création d’une Commission Adhoc dénommée Commission Adhoc de facilitation, de médiation et de réconciliation pour le Burkina-Faso, le Mali et le Niger avec pour objectif de trouver des compromis entre les Etats membres désireux de quitter la CEDEAO et les instances dirigeantes de la Communauté ;

 Décide de mener des visites de terrains pour comprendre et aider à aplanir les incompréhensions entre le Benin et le Niger au sujet de récentes tensions observées entre les deux pays frontaliers;

 Prie la Commission de la CEDEAO d’intensifier la montée en puissance de la stratégie de défense commune dans la lutte contre le terrorisme, avec l’accroissement des moyens nécessaires pour l’éradication totale et définitive de ce fléau dans l’espace communautaire ;

 Exhorte la Commission de la CEDEAO à mieux collaborer avec le Parlement communautaire en vue de mettre à sa disposition, toutes les ressources et informations nécessaires dans l’accomplissement de ses missions ;

 Invite la Commission de la CEDEAO à changer radicalement de stratégie de communication pour mieux faire connaitre ses actions auprès des peuples de la Communauté ;

 Lance un appel pressant à la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement ainsi qu’aux Autorités de la transition au Burkina Faso, au Mali et au Niger pour la poursuite du dialogue en vue de sauvegarder la démocratie, l’unité et les intérêts de la Région.

58 COMMENTAIRES
  • Mor guisse

    C est une bonne initiative de tout faire pour empêcher l éclatement de la communauté. La division ne sert pas les intérêts de l Afrique au contraire elle nous mene dangereusement sur le chemin des conflits (benin niger )

    • SIMON LOURDINE

      La CDEAO est une organisation pro-occidentale et inféodée aux intérêts d’une certaine élite africaine et aux Etats Occidentaux. Le vrai combat de la jeunesse africaine c’est de lutter pour chacune dans son pays contre tous ces partis pro-occidentaux. Au Sénégal, la jeunesse APR/BENNO et celle de tous les autres partis pro-occidentaux doivent prendre conscience que leur avenir est dans la mouvance souverainiste et non dans ces partis collabo qui collaborent avec la France et les pays européens pour piller nos ressources ! Cette jeunesse se doit de rejoindre et de soutenir les nouvelles autorités.

      • Loti

        La Cedeao a été créée en 1978 à l’époque déjà des Pères fondateurs de la plupart de nos Républiques qui étaient bien conscients de la nécessité impérieuse de nous unir, de federer nos économies nationales, pour ensuite par des unions régionales similaires et concentriques parvenir à l’Union Africaine.
        Bien de ceux qui critiquent aujourd’hui la Cedeao n’étaient donc pas même pas nés qui aujourd’hui ont l’outrecuidance d’affirmer que la Cedeao est une organisation pro-occidentale .
        Quelle ignorance, quelle insolence.
        Quand on ne sait pas, on se tait.

        • Larmich et

          Les parlementaires de la CEDEAO, étaient où à la prise des mauvaises décisions par les chefs d’état ? Maintenant que l’institution est en difficulté, nous apprenons l’existence d’un parlement, que personne n’entendait parler.

        • @4€ nigsen

          L’âge de la personne ne lui ôte en rien le droit de juger et connaître ou pas l’histoire n’empêche de donner son avis ou de critiquer par rapport à des faits d’actualité.
          Ceci étant, notez que l’esprit dans lequel cette institution a été créée ne prévaut plus et que elle est détournée de sa mission par des chefs d’états qui ne se soucient guère que de perdurer au pouvoir avec la bénédiction des puissances colonisatrices,au détriment des communautés pour lesquelles elle a été créée. Alors,oui ! La CEDEAO aujourd’hui est une organisation pro-occidentale.

        • Koni

          Que vous l’acceptez ou pas , la CEDEAO est pro occidentale même demain. Vous croyez que quoi? Des chefs d’états inféodés aux blancs qui n’ont même pas hontes de courir aux pieds de leurs maîtres pour les ordres.

        • Droz

          Bien sûre ceux qui critiquent aujourd’hui la cedeao n’étaient pas nés, mais si agit il de connaître le sexe des anges ou de continuer dans les sillons tracés au sortir de la colonisation? Les successeurs ont par complexe vendange les efforts des pères fondateurs faisant de la cedeao un instrument aux mains des puissances occidentales. Ils y prennent leurs instructions au détriment des intérêts de leur peuples. La cedeao t’elle qu’elle est aujourd’hui à besoin d’être rénovée.

        • Adamou

          Ceux qui l’ont créé n’ont jamais pensé à sanctionner un état membre,au contraire .Encore ils sont des militaires et des civils qui n’ont que le soucis des peuples.Et non pas comme leurs successeurs qui ne voient que leurs intérêts du pouvoir.

      • AKAMA EHODE SANCHO

        TOUT À FAIT IDÉAL MON FRÈRE.
        À LA CEDEAO DE REJOINDRE LE CAMP D’INDÉPENDANCE SOUVERAINE .

      • Lourdjane

        La CEDEAO devrait demander pardon au trois pays qui ont fait des choix souverains. Pardon pour le blocus qui a touché des produits vitaux tel le médicament. Pardon pour les morts dans les hôpitaux au Niger morts par pénurie de médicaments et d’électricité.

      • Baba Batouré

        Merci, très bon raisonnement

      • Baba Batouré

        Très bien dit

      • Epokee

        Les USA et l’Allemagne ont annoncé une aide financière. Elle est têtue la Cedeao. Elle ne peut pas changer. Elle pourrie est

    • Diawara

      Bjr.
      Ctns dirigeants ADO surtout, Macky et Tinubu ont fait de la CEDEAO leur propriété.
      L’Afrique n’a jamais été unie. Chaque pays agit et par le en solo.
      Ces 3 pays ne reintegreront une communauté notaire par la France Et les occide les occidentaux.
      ADO, Macky, Talon sont des pions de la France.
      L’A.E.S. ne s’arrêtera plus.
      Le 28 janvier prochain consacrera la sortie officielle de ces 3 pays.

      • Djekornom

        Oui pas de réintégration dans une organisation pro-occidentale. Que la CEDEAO elle même qui rejoint le camp de ses 3 pays.

        • Aïssèta BONKOUNGOU

          Vraiment on a plus besoin de la CEDEAO dans notre vie encore

      • Djekornom

        Merci. La jeunesse africaine de nos n’est plus la jeunesse de l’époque coloniale. Que ses dirigeants ne moquent pas des Africains. Qu’ils n’ont qu’à rester avec leur CEDEAO. Pas de retour. On fonce avec I B.

    • L'exaspéré

      Un responsable doit faire en sorte à ne pas avoir à reprocher ses actes. Mais les vomis de l’organisation sont à l’étape de non retour. La coquille vide à intérêt à se réorganiser si tant est qu’elle souhaite voir ces derniers retournés à la table de l’intégration économique

      • L'exaspéré

        L’esclave qui ne se bat pas pour sortir de ses chaînes n’a pas besoin qu’on s’apitoie sur son sort. De l’AES, les braves africains sont en cours de formalisation d’une CONFÉDÉRATION. Comment pensez-vous qu’ils répondent à leurs peuples si vous leurs demandez de passer en perte et profit leurs douleurs ?

        • L'exaspéré

          Je parie qu’aucune chance ne leurs sera laissée dès qu’ils prêtent oreilles aux gesticulations et autres gérémiades de ce qu’il reste la filiale de cette entreprise qui a son siège ailleurs que sur le continent

    • Hp

      L’AES reviendra au sein de la CEDEAO le jour où elle retrouvera son autonomie et sa souveraineté. La CEDEAO telle qu’elle est aujourd’hui n’appartient pas aux africains. Elle est un instrument aux de l’impérialisme occidental que certains chefs d’Etats africains servent à enthousiasme et un zele éhonté.

      • Aïssèta BONKOUNGOU

        L’AES ne reviendrait plus jamais à la CEDEAO même si elle retrouve sa souveraineté et son autonomie car il a retrouvé cette autonomie avec AES donc elle restera dans L’AES la CEDEAO n’est pas une institution créé pour défendre les intérêts des pays membres d’elle même mais pour l’intérêt de l’Occident qui n’a jamais voulu que les africains soit indépendantmais toujours dépendant d’eux

    • Joseph Arsène

      Cette position est l’idéal à souhaiter si la CEDEAO n’est pas devenue un syndicat des chefs d’État qui se protègent contre les intérêts des peuples de l’espace. Pire, les dirigeants de cette CEDEAO n’ont pas les mains libres pour agir. Ce ne sont que des marionnettes à la solde de l’Occident et des lobbies qui leur dictent la conduite à tenir.

      Sinon, comment peut-on comprendre que certains États membres tels que le Burkina Faso, le Mali et le Niger soient en proie à un terrorisme asymétrique depuis des années et que l’organisation n’ait pu lever son petit doigt pour éradiquer ce terrorisme arguant qu’elle n’a pas les moyens. Mais que subitement elle ait pu trouver les moyens pour rétablir un président déposé dans son fauteuil ?

      L’AES doit faire son chemin. Et si d’autres pays veulent y adhérer qu’ils se plient aux textes de cette nouvelle organisation. Point.

  • Ibrahima

    CEDEAO est la là pour défendre les intérêts de la france.je demande à ces gens de ne pas les recevoir

    • W

      Oui qu’ils fassent gaffe c’est un piège de la France. Et le petit Diomaye risque d’être sacrifié dans cette histoire

  • Jigo

    Dis donc maintenant on les appelle AUTORITÉS DE LA TRANSITION.. Quand on veut on peut !

  • Lamine Diop

    Rires !
    La CEDEAO des oligarques c’est fini.
    Ouattara est le dernier dinausor.
    Comme il a décidé de ne pas faire un quatrième mandat (il peut toujours nous surprendre comme la dernière) et que le Sénégal ne fera pas le jeu des français les autres membres savent que le blog va disparaître s’ils ne prennent pas compte le pourquoi ils sont là.
    Ce qui est d’être au service de leurs peuples et non pas pour leurs propres survie en tant chefs d’États

  • Faay

    Chers frères maliens, burkinabés et nigériens ne retourner surtout pas à CEDEAO, c’est l’antichambre de la France de l’Europe et notamment de l’OTAN.
    Où était la CEDEAO lorsque les maudits terroristes tuaient vos parents et violaient vos femmes.
    La CEDEAO a montré son vrai visage sur instructions de Macron, elle vous a imposé des sanctions économiques sans précédent, entraînant la mort de plusieurs de vos concitoyens.
    Si vous retournez à CEDEAO, ne soyez pas surpris, la France va saisir la moindre occasion pour vous déstabiliser et contrôler vos richesses.

    • Mali koura

      Pas de soucis !
      L’AES est au stade de la création de sa Confédération. Pour dire que leur cedeao est en retard.

    • Mali koura

      Leur cedeao est en retard car l’AES est au stade de la création de sa Confédération.

      • Black

        Il faut leurs dire nos trois pays ont avancé et personne ne peut changer leurs soif de souveraineté pour la démocratie dont ils parlent qu’ils commencent par regarder le Togo la Côte d’Ivoire avant de parler et enfin qu’ils arrêtent de parler de nos pays ils n’en font plus partie

  • SECK

    POURQUOI ONT NE PEUT PAS CONTÉ SÛR NOUS MÊME POUR RÉGLER NOS PROBLÈME SANS LES EUROPÉEN Y’ A QUOI

  • Laye

    En tout Cas, la division ne mènera l’Afrique nulle part.
    Il est utopique de penser qu’il est possible de se développer au sein de nos lopins de terre avec des frontières tracées par le colon pout mieux exploiter nis ressources

    • Diawara

      Bjr.
      Pour le moment la pseudo union inféodée par la France Et l’occident n’a mené qu’au mur.

    • Diawara

      Bjr.
      Vive l’A.E.S.
      À bas la CEDEAO.

    • PANAFRICANISTE

      Pour la première foi la division va payer entre les panafricains et les occider ( entendre par la les valet de la France )

  • Maiga

    La CEDEAO n’est pas viable tant qu’elle reste sous la tutelle des occidentaux. Il faut d’abord que la CEDEAO vient déclarer qu’elle n’a pas besoin de l’aide des occidentaux qu’elle que soit la forme. Aucun représentant des pays où organisme occidentaux ou hors CEDEAO ne doit participer ou assister à ses réunions ou assemblées.
    Aucun pays occidental ne vient parler au nom de la CEDEAO ou dire qu’il apporte de l’aide à la CEDEAO pour tel ou tel dessein. Refuser systématiquement les aides ou financements occidentales téléguidées. Aucun pays ne doit abriter une base occidentale ou même détachement militaire occidentale sous quelque prétexte que ça doit à plus forte raison les bases d’un pays occidentale chassée d’ un pays CEDEAO. De grâce soyons sérieux, si la CEDEAO veut commencer à être considéré sérieux, comment un pays CEDEAO chassés les bases occidentales et un voisin ou un autre les reçoit. Nul ne peut être dans une même communauté quand ton voisin héberge ton ennemi.

    • Maiga

      Ok

    • Kassim

      Très bien parlé mon frère ! Tu as écrit ma pensée.

  • Philippe zola

    Cesser votre hypocrisie et faites face aux réels problèmes auxquels sont confrontés les pays de l’Afrique de l’ouest. Cessez d’être marionnettes des pays occidentaux. Lorsque certains dirigeants changent de constitution délibérément vous ne dites rien et c’est le Burkina Faso, le Mali et le Niger que vous voyez comme pays dans lesquels la constitution n’est pas respectée et vous voulez créer une commission ????
    Vous êtes bêtes alors !!!

    • Alamim

      Vraiment.
      C’est vrai que la CEDEAO fut créée par les africains mais elle n’a plus les valeurs pour être une union des intérêts réels de l’Afrique de l’ouest.
      Suivez nous dans l’AES.
      A bas la CEDEAO !!!!

  • Sawadogo Donatien

    La CEDEAO, Ce sont les mêmes dites hautes autorités qui étaient là hier, qui sont là aujourd’hui. Faîtes vos preuves avec les États qui sont toujours membres, et on verra par la suite. En Côte d’Ivoire vous dites quoi à Alassane Ouattara qui a tripatrouillé la constitution et qui se dit démocrate. N’est-ce pas une situation anticonstitutionnelle que vous regardez sans rien et sans rien faire? C’est quelle confiance vous voulez qu’on place en vous? Avant que votre Commission ne vienne au Burkina, Mali,Niger, réglez ces questions pour mettre en confiance les populations des autres pays. Si réellement vous êtes des hautes autorités, vous ne devrez pas manquer de stratégie intelligente.

  • Kabou

    Vous étiez où depuis là il faut cesser l’hypocrisie là vous pensiez que ces trois pays allaient disparaître mais par la grâce de Dieu nous existons et comme vous constatez que vos économies ont commencé à sombrer, vous rendez la main pour votre bien et non les notre alors, on n’est pas obligé d’être dans votre soit autocratie avec des tripatouillage constitutionnel.nous nous sentons dans notre aes. Mes chers présidents faites attention aux loups dans la peau de l’agneau. Vive l’Aes à jamais l’Aes à Bas la CEDEAO des tripatouilleurs de constitution. La patrie ou la mort nous vaincrons

  • Kabou

    On peut revenir à condition que l’on donne la présidence de l’institution a l’un des trois pays pour réformer l’institution et renouer avec d’autres partenaires

    • PANAFRICANISTE

      J’épouse votre thèse entièrement

  • MOSSI DJIBRILLA

    RAS

  • @4€ nigsen

    Pour retrouver un semblant de crédibilité, la CEDEAO doit proclamer publiquement sa souveraineté par rapport à toutes les puissances extérieures et dénoncer toutes les ingérences extérieures. Les chefs d’États ne doivent plus présider aux destinées de cette institution sinon nous demeurerons toujours dans le même cercle vicieux .

  • Issifou abdoul

    Ou est cette CEDEAO ?
    au moment certaines pays de cette communauté comme la côte d’Ivoire et le Togo sont entrain de changer la constitution

  • Fa

    La CEDEAO est un instrument et restera toujours un instrument de la France. Elle ne va jamais changer, donc attention aux états de l’AES. L’insistance de la CEDEAO est contre les intérêts de l’AES.
    Le jeune président Diomaye Faye doit faire extrêmement attention aux vieux présidents de la CEDEAO dans cette affaire de négociation.

  • @4€ nigsen

    Telle quelle,la CEDEAO n’est plus vivable et doit mourir de sa propre mort et une nouvelle institution doit la remplacer et là,pas sur des bases qu’auront défini les États eux-mêmes, mais par les forces vives panafricanistes de chaque pays. Donc ce serait une institution des peuples avec une assemblée dont les représentants seront élus au sein des structures de la société civile.

  • @4€ nigsen

    Il y a bien un retard dans le réveil (?) de la CEDEAO. Un virage à 180° pour lever les sanctions contre le Mali ,le Niger et le Burkina après qu’ils aient décidé de quitter l’institution est tout-à-fait pathétique et conforte les analyses des occidentaux qui nous traitent d’enfants. Ce revirement est sans doute commandé par les puissances occidentales qui promettent une pérennité au pouvoir à condition qu’ils exécutent les ordres reçus.
    Aussi l’AES doit continuer son chemin ,refuser de revenir à la CEDEAO .

  • Segdamoumouni

    On appelle ça l’escroquerie intellectuel. Il faut être un idiot pour croire à ces paroles coloniales.

  • Yao aimé

    Quand on a l’intention réelle de réconcilier et de tenter de ramener les partants au bercail, il faut commencer par les respecter et arrêter de les traiter de régimes anticonstitutionnels,de putschistes….

  • Dao Dramane

    Il est temps que les africains cessent d’utiliser des faux mots comme démocratie, droits de l’homme et liberté d’expression
    Des mots qui n’ont aucun contenu juste pour distraire les populations qui ont juste besoin du travail, de la santé de l’éducation

  • Pascal-zoungrana@gmail.com

    AH BON ??? CE MACHIN DE CEDEAO LÀ EXISTE TOUJOURS SOUS NOS PROPIQUES ??? Nous ne nous adressons pas à UN CADAVRE dont toutes les cérémonies ont été célébrées,concélébrées, commémorée. QUI VA RETOURNER DANS UNE TOMBE. En tout cas, nous ne PERMETTRONS PAS L’ARRIVÉE D’UNE QUELCONQUE MISSION À OUAHIGOUYA.

    • Pascal-zoungrana@gmail.com

      Lire, D’UNE QUELCONQUE MISSION À OUAGADOUGOU

    • Pascal-zoungrana@gmail.com

      P

  • Ehouman

    Parlement de la Cedeao, vous avez laissé pourrir beaucoup de choses dans la zone en vous comportant comme les caisses de résonance que sont les parlements des États membres de l’organisation et c’est maintenant vous venez chercher à détruire l’AES, la nouvelle locomotive de l’indépendance effectve de l’Afrique. Cherchez d’abord à vous faire connaître afin d’aider la Cedeao à respecter ses propres règles.

Publiez un commentaire