« Brûler les soutifs »: Des New yorkaises appellent à des séances de lecture seins nus à Central Park

La lecture à New York, c’est plus sexy seins nus

Avec leur slogan «Brûler les soutifs, pas les livres» une association new-yorkaise prône la lecture topless sur les pelouses de Central Park.

À New York, il est préférable de lire les seins nus à Central Park que d’y fumer une cigarette. L’arrivée du printemps est d’ailleurs synonyme du retour du célèbre club littéraire The Outdoor Co-Ed Topless Pulp Fiction Appreciation Society. Son but? Rendre la lecture plus sexy, au sens littéral du terme.

Selon le Huffington Post , les jeunes demoiselles ont fait leur apparition sur les pelouses de Central Park vendredi dernier, ainsi que samedi sur les toits d’un hôtel de la ville.

Née en août 2011, cette association prône la lecture sein nu, avec pour objectif premier de désacraliser le fait pour les femmes de se promener le buste dénudé, et rappeler que la législation new-yorkaise le permet. En effet depuis une loi de 1992, les femmes ont le droit, au même titre que les hommes de se promener topless dans les rues de la grosse pomme.

Rappelons qu’en France, cet effeuillage public constitue un délit, qui relève ni plus ni moins de l’agression sexuelle selon le Code pénal et qui peut entraîner jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.
«Nous avons remarqué que malgré le fait que le topless féminin est légal, il y a très peu de femmes qui en profitent. Nous espérons faire passer cela de quelque chose qui est encore tabou à un fait social ordinaire» peut-on lire sur le site de l’association.

Bien plus qu’un simple rassemblement féministe, l’organisation regroupe des amis, des connaissances, et de parfaits inconnus, «qui aiment les bons livres et les journées ensoleillées, et profiter de tout ça en même temps». Si vous voulez rejoindre le mouvement et faire bronzer votre poitrine confortablement installée à la terrasse un café new-yorkais, ou en se prélassant dans l’herbe verte de Central Park, suivez les lieux de rassemblement sur la page Facebook ou le compte Twitter de l’association, comme ci-dessous

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire