Birahim Seck :  »Affaiblir le Mali, c’est favoriser le terrorisme »
PUBLICITÉ

Birahim Seck :  »Affaiblir le Mali, c’est favoriser le terrorisme »

Le coordonnateur général du Forum civil, section sénégalaise de Transparency international, Birahim Seck, a mis en garde samedi contre les risques d’un affaiblissement du Mali, qui selon lui favoriserait le terrorisme.

 ’’Affaiblir le Mali, c’est favoriser le terrorisme, c’est faire sauter un verrou qui pourrait permettre à ces terroristes d’entrer dans d’autres pays limitrophes’’, a-t-il averti, en marge d’un atelier national sur les réformes fiscales justes et la mobilisation des ressources domestiques au Sénégal. 

’’La position du Forum civil a été assez claire, on ne peut plus accepter qu’il y ait des sanctions d’une autre époque. Le Forum civil n’est pas d’accord avec ces formes de sanction, surtout pour des pays qui sont limitrophes’’, a martelé Birahim Seck. 

Dimanche dernier, les chefs d’Etat de la CEDEAO, réunis à Accra, au Ghana, ont pris la décision de fermer les frontières avec le Mali au sein de l’espace sous-régional. Ils ont aussi annoncé la suspension des échanges commerciaux autres que les produits de première nécessité. 

 L’organisation sous-régionale a également décidé de couper ses aides financières et de geler les avoirs du Mali à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).  Ces sanctions font suite à la décision de la junte de continuer à diriger le Mali pendant cinq années supplémentaires.

 Birahim Seck rappelle que le Mali est un pays stratégique, bien qu’étant confronté à des difficultés, notamment d’ordre sécuritaire. Mais quoiqu’étant ‘’contre les sanctions qui sont prononcées contre la population du Mali’’, le Forum Civil ‘’ne cautionne pas’’ pour autant des coups d’Etat. ‘’.

Maintenant, il faut dire que le peuple malien est souverain et c’est à lui de décider de son sort pour dire s’il est d’accord ou non avec la junte’’, a indiqué M. Seck. La ’’position de principe’’ du Forum civil est qu’il faut un retour à l’ordre institutionnel’’, a-t-il précisé, appelant à ‘’analyser le contexte’’ du Mali.

 ’’Il faudrait que les chefs d’Etat fassent attention pour ne pas faire sauter le verrou du Mali qui pourrait permettre à d’autres d’étendre leurs tentacules dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Et la fermeture des frontières aura une conséquence néfaste sur la mobilisation des ressources’’, a-t-il prévenu.

Répondre à Ngary Annuler la réponse

35
PUBLICITÉ

4 commentaire

  1. Le vrai.

    Faut-il donc légitimer le coup d’état?

    1. Ngary

      Oui il le faut

  2. Abdou

    On peut se poser là question de savoir si vous soutenez la junte où pas. C’est dure pour les populations mais il faut reconnaître que ce sont des putschistes. L’accepter serait une façon d’encourager les autres à tenter leurs chances comme au Burkina Faso.

  3. Yekini

    Ces maliens ne sont pas capables d’avoir un gouvernement digne de ce nom. Quand on voit de grands abrutis comme l’imam dicko faire de la,politique, il ne faut pas s’étonner que ce soit le bordel dans ce pays. Macron devrait retirer ce qu’il reste de ses troupes et renvoyer chez eux tous les maliens sans papiers. Comme cela les moutons seront entre eux et pourront se reproduire à leur aise.

Répondre à Ngary Annuler la réponse