PUBLICITÉ

BBC – Licenciement abusif : Le SYNPICS solidaire du SG de BBC Dakar

Le SYNPICS dénonce le licenciement abusif du SG de la section BBC Dakar. En effet, c’est ce vendredi 07 février que la section du Syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication Sociale du Sénégal (SYNPICS) de BBC Dakar a appris, « avec la plus grande consternation le licenciement de son Sg Jacques Matand » pour « faute grave ».

Le motif de ce licenciement…

Le Synpics explique, ainsi, dans une note parvenue à nos confrères de PressAfrik que « La BBC en est venue à cette décision suite à une interview du journaliste d’enquête et essayiste franco-camerounais Charles Onana, diffusée sur les antennes de la radio et sur le site internet... Le gouvernement rwandais s’étant plaint et ayant menacé la BBC de prendre des mesures contre elle, la BBC elle-même s’est lancée dans des demandes d’explication massives à neuf (9) de ses journalistes travaillant à la rédaction de Dakar ».

Respect de la législation sénégalaise…

A cet effet, le SYNPICS estime que la décision de licencier sans préavis leur camarade Secrétaire général de la section BBC DAKAR « est une fuite en avant de la rédactrice en chef, qui n’assume pas son rôle, de premier responsable de la diffusion de tout sujet. ». Les syndicalistes appellent la BBC au respect de la législation sénégalaise, à laquelle elle est soumise dans ses diffusions en Afrique francophone. La BBC a son siège Afrique francophone à Dakar et ne doit en aucune circonstance se passer du respect de la loi de ce pays, note le communiqué.

Saisine du Conseil d’Observation des Règles d’Ethique et de Déontologie…

Le SYNPICS annonce par ailleurs qu’il va saisir le Conseil d’Observation des Règles d’Ethique et de Déontologie, seule institution sénégalaise, apte à trancher sur la gravité d’une faute éditoriale. Non sans inviter le management de la BBC aux respects du droit et à la liberté d’expression, valeurs universellement reconnues.

Bbc Dakar Licenciement Abusif
Annonces

Un commentaire

Total

Ils peuvent dire du n’importe quoi sur le Sénégal, essayer de déstabiliser le Sénégal avec de fausses accusations sur le pétrole car il y a la liberté de presse au Sénégal. Avec le Rwanda il faut payer les pots cassés.

Publier un commentaire