PUBLICITÉ

Balla Gaye, 17 ans après, reste à jamais gravé dans le cœur des étudiants sénégalais

31 janvier 2001 – 31 janvier 2018. Dix-sept ans déjà que l’étudiant Balla Gaye est tombé sous les balles des policiers lors d’une manifestation des étudiants de l’Ucad qui réclamaient leur bourse.  Son véritable meurtrier ne sera jamais connu. Le policier Thiendella Ndiaye, désigné comme étant l’auteur de la balle qui a ôté la vie à l’étudiant, est blanchi par la justice sénégalaise. A l’occasion de cet anniversaire, les étudiants de l’Ucad ont rendu un hommage à ce « martyr », partant de lui, à d’autres étudiants tombés sous les balles des forces de l’ordre.

Il n’est pas le seul étudiant « tué » lors des mouvements de grève au sein de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar mais aujourd’hui, ce 31 janvier, c’est son nom qui revient sur toutes les lèvres. Balla Gaye, reste une figure « emblématique  de la lutte pour la liberté et le bien être de l’étudiant sénégalais ».

« Nous lui devons beaucoup Balla Gaye. Il a permis la généralisation des bourses, la diminution du prix de tickets de restauration, l’accès à tous les étudiants aux services sociaux de base  à savoir les logements et la restauration, l’orientation de tous les étudiants. En tant que étudiants, nous devons nous poser la question de savoir si nous sommes en train de conserver ces acquis ou de les perdre ? ». Chaque génération à sa mission. Balla Gaye a accompli sa mission », a reconnu Ahmadou Sène, président de l’amicale de la Faculté de droit.

Pour Franck Daddy Diatta, Président de la commission sociale de l’Amicale des étudiants de la faculté de droit, le 31 janvier restera à jamais dans les annales de l’Ucad. Franck Diatta et les siens ont formulé des prières pour le repos d’âmes des étudiants disparus à l’instar de Bassirou Faye. Et d’interpeller les autorités sur les violences observées ces derniers jours au sein de la maison du savoir : « Nous disons non à la violence dans l’espace universitaire. Plus jamais ça,  Halte à la violence pour un espace universitaire paisible. »

Rappelons que ce jeudi 18 janvier 2018, l’Ucad a été le théâtre des opérations entre les étudiants armés de pierres et policiers munis de grenades lacrymogènes. Dans la foulée, une chambre a pris feu au Pavillon A qui fait face à l’entrée de la cité universitaire du fait des projectiles de la police.

Présent à cette cérémonie, Pape Balla Gaye, le frère du défunt et représentant de la famille a félicité les étudiants pour cette journée commémorative.

 

 

17 Ans Après Balla Gaye
whatsapp 108
Annonces

Publier un commentaire