Amnesty International révèle une situation alarmante des droits humains en Guinée depuis 2019

Amnesty International révèle une situation alarmante des droits humains en Guinée depuis 2019

C’est un nouveau rapport d’Amnesty International qui met en lumière la situation préoccupante des droits de l’homme en Guinée, spécifiquement depuis la prise de pouvoir du Comité National du Rassemblement pour le Développement (CRND) en septembre 2021. Publié le 15 mai 2024, le document de 58 pages intitulé « Une jeunesse meurtrie : Urgence de soins et de justice pour les victimes d’usage illégal de la force en Guinée » dénonce une répression violente des manifestations exigeant le retour à l’ordre constitutionnel.

Selon ce rapport, au moins 47 personnes ont été tuées depuis septembre 2021 dans le cadre de la répression des manifestations en Guinée. Il souligne également la persistance de violations graves des droits humains, notamment la liberté de réunion pacifique et la liberté d’expression, violations qui datent déjà de 2019. Les forces de défense et de sécurité sont identifiées comme responsables d’au moins 113 décès et de nombreux blessés graves depuis cette date.

Samira Daoud, Directrice régionale d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, exprime sa consternation face à l’usage continu de la force excessive, estimant que les promesses de réforme du CRND n’ont pas été tenues. Le rapport met également en avant le manque d’accès aux soins de santé et à la justice pour les victimes, un problème persistant durant les manifestations contre les modifications constitutionnelles sous la présidence d’Alpha Condé.

COMMENTAIRES
    Publiez un commentaire