Affaire IFE : Le Saes-Ucad rétablit les faits…
PUBLICITÉ

Affaire IFE : Le Saes-Ucad rétablit les faits…

Face à la presse, ce mercredi, 10 novembre 2021, la Coordination de Dakar du syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes) est montée au créneau pour rétablir la vérité sur la nomination du directeur de l’Institut de français pour les étudiants étrangers (IFE) et apporter son soutien au recteur de l’Ucad, Ahmadou Aly Mbaye.

Vérité…

Devant la vague de « désinformation et de manipulation » créée par un « groupuscule d’enseignants » à l’Institut de Français pour les Étudiants étrangers (IFE) et entretenue par le SUDES, la coordination SAES de Dakar se voit dans l’obligation de rétablir la matérialité des faits.

Agitations…

Selon le SAES, les « agitations » de certains enseignants de l’Ife ne datent pas d’aujourd’hui, puisque l’un d’eux avait initié une pétition en 2012 pour demander le départ du directeur. Ce même enseignant, d’après les camarades de Abdoulaye Dieng, a récidivé, sans succès, le 24 novembre 2020, alors que le directeur sortant était à 3 mois de la retraite. Et en février 2021, le même collègue avait adressé une lettre de « candidature spontanée » (selon ses propres termes) au Recteur Ahmadou Aly Mbaye pour lui demander de le nommer au poste de Directeur de l’IFE.

Nomination…

D’après le SAES, l’arrêté de nomination d’un Directeur intérimaire à l’IFE pris par le Recteur Ahmadou Aly Mbaye est tout à fait légal et conforme aux textes de gouvernance de l’UCAD, notamment l’article 6 de l’arrêté rectoral n° 1269 UCAD/REC/Cab.IT/psg du 23 avril 2019 validé par l’Assemblée de l’Université, signé par l’ancien Recteur Ibrahima Thioub et repris dans les nouveaux textes : « l’assesseur et le directeur des études suppléent les chefs d’établissement en cas d’absence ou d’empêchement et assurent l’intérim en cas de décès, démission, admission à la retraite, suspension et révocation ». L’actuel Directeur intérimaire étant Directeur des études au moment du départ à la retraite de son prédécesseur, le Recteur est fondé à le nommer intérimaire.

Gravité des actes…

Au regard de la gravité des actes posés par « ces fauteurs de trouble » (rétention illégale des copies d’examen, sabotage des tests d’entrée, blocage des accès et issues de secours de l’IFE pour empêcher les étudiants d’accéder aux salles de cours, confiscation des clés de la salle 2 illégalement fermée avec un autre cadenas, etc.), la coordination SAES de l’UCAD invite le Recteur à en tirer toutes les conséquences.

Soutien…

Par ailleurs, le SAES apporte son soutien à la direction intérimaire de l’IFE, aux collègues qui continuent d’assurer le fonctionnement de l’institut et à l’ensemble du PATS resté solidaire de l’administration. Au demeurant, le SAES réaffirme que les actes de nomination pris par le Recteur ne souffrent d’aucune illégalité.

30
PUBLICITÉ