Annonces
Publicité
» » » » » Affaire des « audiences fictives » à la Cour...

Affaire des « audiences fictives » à la Cour d’appel : une aide-soignante tombe à Tambacounda

  • Ankou Sodjago Ankou Sodjago

L’affaire des « audiences fictives » a fait des dégâts jusqu’à Tambacounda où une aide-soignante a été interceptée par les enquêteurs. Le quotidien « Libération » révèle que l’enquête des gendarmes sur l’affaire dite des audiences fictives qui ont permis à Amadou Lamine Diagne de faire libérer ou d’alléger les peines de plusieurs détenus, a fait des dégâts jusqu’à… Tambacounda.

Dans le lot figure Aissata D. K. Cette aide-soignante au district sanitaire, mère de trois enfants, a été cueillie par les gendarmes à Tambacounda grâce à l’intervention de la brigade de la même localité.

Ce qui est assez incroyable est que cette dernière a été joint au téléphone par son oncle Babacar T. qui est en… prison pour remettre 100.000 FCFA à un intermédiaire devant assurer sa libération. Un montant que Aissata D.K a versé même si, pour ce coup, la mafia n’a pas pu faire de miracle puisque l’oncle en question est toujours en prison.

Un cas similaire à celui de Lalla B.D, agent commercial, écrouée dans le cadre de la même affaire. Cette dernière a payé 100.000 FCFA, mais son mari Pa M. n’a pas été libéré.
D’après toujours nos sources, Diarra S., agent municipal à la ville de Dakar, est tombée dans la nasse des gendarmes. Prise en charge par les enquêteurs avant d’être discrètement embarquée, elle a été mise en cause pour avoir tenté de faire libérer son fils écroué pour coups et blessures. Diarra S. jure que son fils a été libéré par voie judiciaire après une maladie, mais les enquêteurs disposent d’informations prouvant le contraire.

Selon toujours le quotidien, le jour même de son interpellation, Amadou Lamine Diagne a reçu à son bureau des « clients » de Saint-Louis venus négocier la libération de leur proche. Les deux parties étaient tombées d’accord sur la somme de 150.000 FCFA. Amadou Lamine Diagne a failli tomber à la renverse lorsque les gendarmes lui ont balancé cette information lors de sa garde à vue lui qui soutenait n’avoir jamais reçu de « client » dans son bureau

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces