Affaire Aminata Gassama-Aïcha Ng.Mbodj : La Cour suprême tranche sur l’arrêté de Abdoulaye Diouf Sarr demain
PUBLICITÉ

Affaire Aminata Gassama-Aïcha Ng.Mbodj : La Cour suprême tranche sur l’arrêté de Abdoulaye Diouf Sarr demain

Le bras de fer entre Aïcha Ngoundiam Mbodji et Aminata Gassama est apparemment un feuilleton sans fin. De rebondissement en rebondissement, l’affaire continue d’occuper l’espace public. Quasiment deux mois après que les syndicalistes ont baissé rideau pour soutenir la dame Mbodji, le dossier refait surface et passe, cette fois, devant la Cour suprême. Il s’agit d’un recours en référé introduit par Aïcha Ngoundiam Mbodji pour demander la suspension de l’arrêté ministériel émis par Abdoulaye Diouf Sarr, alors ministre de la Santé.

Les épisodes se suivent, mais ne se ressemblent pas toujours, dans le feuilleton Aïcha Ngoundiam Mbodji-Aminata Gassama. L’intérêt se trouve dans l’occupation du site de la place de l’Indépendance. Cette fois, leur contentieux sera évoqué devant la chambre administrative de la Cour suprême ; une autre procédure étant pendante devant la chambre civile. La chambre administrative de la haute juridiction, statuant en matière de référé, donc en procédure d’urgence, va examiner le recours d’Aïcha Ngoundiam Mbodji.

La pharmacienne a attaqué l’arrêté de l’ancien ministre de la Santé, Adoulaye Diouf Sarr. Même si, devant cette haute juridiction, l’affaire oppose Aïcha Ngoundiam Mbodji à l’agent judiciaire de l’Etat, puisqu’il s’agit d’un arrêté ministériel, Aminata Gassama est indirectement concernée puisqu’il s’agit toujours de l’occupation du site de la Place de l’Indépendance, informe Les Echos.

Dans la requête, Le Dr Mbodji a estimé que l’ancien ministre de la Santé n’a pas respecté la loi et que son arrêté est illégal. Dans son arrêté, le ministre d’alors de la Santé a voulu abroger le premier arrêté servi en 1986 qui était favorable à Aïcha Ngoundiam Mbodji. Il faut dire qu’un premier arrêté favorable à Aminata Gassama a été annulé par la Cour suprême. La Cour suprême va-t-elle suivre la requérante et suspendre l’arrêté d’Abdoulaye Diouf Sarr ou va-t-elle rejeter le recours de la requérante ? Le dossier est enrôlé pour le 23 juin prochain.

PUBLICITÉ