PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
moustapha cisse lo - Accra (Ghana): Cissé Lô prône "l’intégration de nos micro-Etats afin de..."

Accra (Ghana): Cissé Lô prône « l’intégration de nos micro-Etats afin de… »

Le Président du Parlement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDAO), son Excellence Moustapha Cissé Lo, a pris part, ce lundi, à un séminaire régional sur l’intégration africaine. La rencontre qui a pour cadre Accra, la capitale du Ghana, lui a permis de prononcer un discours-invite. Ainsi, le Président de l’institution communautaire a souligné l’impérieuse nécessité d’aller vers l’intégration de nos micro-Etats afin de relever les immenses défis du continent noir.

In texto.

EXCELLENCE MR Nana Akufo Addo président de la république du Ghana.

Monsieur le Président de la cour de justice de la CEDEAO,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Madame ShirleyAyorkor Botchway ministre des affaires étrangères et l’intégration régional et africaine.

Madame la présidente de la cour suprême

MESDAMES ET MESSIEURS LES DEPUTES

Monsieur le Représentant Permanent du Président de la commission de la CEDEAO à Accra,

Monsieur les Juges de la cour de justice de la CEDEAO,

Distingues invites, en vos titres, grades et qualités respectifs,

Mesdames et Messieurs,

C’est avec un immense plaisir que nous avons accepte de répondre à votre aimable invitation pour prendre part à ce séminaire régional sur l’intégration africaine, organise par votre auguste institution, la cour de justice de la CEDEAO.

Excellence Mr le président de la république

Distingues invites,

Permettez-moi une fois de plus, de commencer mon adresse par vous remercier pour la grande marque d’attention que vous avez accorde à cette cérémonie d’ouverture du séminaire régional sur l’intégration africaine.

Excellence Mr le président de la république

Monsieur le Président de la cour de justice de la CEDEAO,

Distingues invites

Dès la révision le 24 juillet 1993 du Traité de création de la CEDEAO, les pères fondateurs ont eu l’idée de doter cet outil d’intégration, d’un organe judiciaire qu’est la Cour de Justice dont le mandat est d’assurer le respect de la loi et des principes d’équité ainsi que l’interprétation et l’application des dispositions du Traité révisé et de tous les autres instruments juridiques subsidiaires de la Communauté.

Par la suite, la promotion et la défense des droits fondamentaux des citoyens et la possibilité désormais ouverte de saisine par les citoyens, vont renforcer le rôle de la Cour dans le processus d’intégration.

Honorable Président de la Cour, honorables juges, je voudrais vous adresser mes sincères félicitations pour la très grande responsabilité avec laquelle vous exercez vos fonctions et veillez à l’accomplissement de vos missions.

En effet, vos récentes décisions audacieuses, sont autant de preuves tangibles que vous assumez valablement votre rôle de garant de l’Etat de droit, aussi bien vis-à-vis des citoyens, que des organes de la communauté, et aussi même les Etats membres de notre organisation régionale.

Je voudrais vous assurer du soutien du Parlement de la CEDEAO et vous témoigner toute notre reconnaissance pour les efforts inlassables que vous déployez quotidiennement pour la réussite de votre noble et délicate mission.

Je voudrais également féliciter la Cour pour le choix judicieux de la capitale ghanéenne en vue d’abriter les travaux de ce séminaire sur l’intégration régionale car cela m’offre l’agréable opportunité d’évoquer avec respect, dans le recueillement et la dignité, la mémoire de feu Dr. Kwame NKRUMAH, cet illustre fils d’Afrique, porteur de la vision de l’intégration africaine qui, par son action historique, a permis au Ghana de jouer un rôle prépondérant en faveur de l’unité africaine.

En effet, cette terre qui nous reçoit a été le lieu de la toute première tentative de rassemblement régional d’Etats africains notamment entre le Ghana, le Mali et la Guinée, crée le 23 novembre 1958 et baptisé l’Union des Etats africains.

J’ai encore en mémoire cette phrase du premier Président Ghanéen qui disait « allons pour l’indépendance de l’Afrique maintenant et demain pour l’unité africaine », poursuivant d’ailleurs plus tard par cette mise en garde aux africains, je cite « l’Afrique doit s’unir ou périr », fin de citation.

Le Ghana a toujours démontré sa disponibilité en faveur de l’intégration de nos Etats. Aussi, je tiens à exprimer ma profonde gratitude à ce grand et beau pays d’Afrique et ses autorités pour les excellentes dispositions qui ont permis de nous assurer un accueil chaleureux,favorisant le bon déroulement de nos travaux.

Mesdames et messieurs,

Etant tous de culture africaine, nous partageons cette perception du monde, des valeurs sociales, politiques, morales, esthétique qui a été le fondement de nos sociétés pré-coloniales et qui conditionne encore nos comportements d’aujourd’hui.

C’est pourquoi, dès la fin de la période coloniale, les dirigeants africains ont très vite perçu la nécessité de relever ensemble les défis politiques, économiques et socioculturels de nos Etats, en mettant en commun les ressources de nos peuples, dans le respect de leur diversité, en vue d’une expansion rapide et optimale de la capacité de production de la région.

Cette idée,qui s’est concrétisée en 1975 par la création de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest,a pour but ultime, de promouvoir le développement économique harmonieux de nos Etats et d’améliorer le niveau de vie de la population, en se fondant sur les valeurs fondamentales de fraternité, d’unité et de solidarité.

Excellence Mr le préside de la république

Mesdames et messieurs,

Chers invites

Nous devons reconnaître et nous féliciter de ce que, plus de quatre décennies après sa création, notre communauté régionale a réalisé d’énormes progrès dans le processus d’intégration. Je me réserverai de les citer.

Oui, Mesdames et messieurs, nous pouvons nous réjouir du chemin parcouru dans le renforcement de l’intégration de nos économies et de nos peuples !

Toutefois, nous devons reconnaître que beaucoup reste encore à faire.

Nous devons poursuivre inlassablement nos efforts. Ce d’autant plus, que les importants progrès dans la marche vers l’intégration de nos Etats, sont aujourd’hui contrariés principalement par les défis financiers et sécuritaires.

En effet, nous savons tous,que la question financière est déterminante dans la mise en œuvre des programmes et projets de développement de la région. Si le prélèvement communautaire demeure un cadre de référence, la faiblesse de la mobilisation des ressources auprès des Etats membres est un obstacle majeur à l’accomplissement de la vision de la CEDEAO et à l’atteinte de ses objectifs.

Au plan sécuritaire, la persistance des attaques terroristes et des conflits inter-communautaires, a des répercussions négatives sur les résultats économiques et le développement de la région, tout en compromettant dangereusement la libre circulation des personnes et des biens, qui reste un des acquis majeurs de la CEDEAO.

En effet, la paix est le maître mot de la politique, de l’économie et du développement durable. On ne le dira jamais assez : c’est la condition première de la croissance et de la prospérité.

Hélas, à ce jour, différentes parties de la région sont touchées par des niveaux élevés d’insécurité, de tension et de conflit, à l’instar de la bande sahélo sahélienne et le Nord du Nigeria.

Il apparaît, par conséquent, impérieux d’œuvrer au renforcement des outils régionaux de sécurité collective, dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière. A cet égard, je réitère ma profonde conviction, qu’il est urgent de se pencher sur l’élaboration d’une politique régionale de défense et de sécurité commune, afin de cerner et de traiter de manière durable et globale les défis sécuritaires contemporains auxquels nos Etats sont confrontés.

Par ailleurs, il est indéniable que les récents progrès réalisés dans l’établissement d’une monnaie unique en 2020 notamment avec l’adoption du nom de cette monnaie unique (eco) et l’identification des critères de convergence constituent un pas significatif vers l’intégration financière et le libre mouvement des capitaux dans la région.

Excellence Mr le président de la république

Distingues invites

C’est de bonne augure,Nous marchons inexorablement vers l’instauration concrète d’un marché commun, ce qui devrait stimuler et accélérer le progrès économique et social de nos Etats.

Mesdames et messieurs chers invites

Sous le thème général de cette intégration régionale, vous aurez à débattre de plusieurs autres questions intéressant la communauté notamment :

– L’Etat de droit ;

– La démocratie ;

– La paix, la sécurité ;

– La libre circulation des personnes et des biens.

Ces pertinentes questions qui seront abordées, nous donnent une occasion propice pour réfléchir, à l’intention de nos Etats et Institutions communautaires, sur les voies et moyens pour consolider les acquis démocratiques de ces dernières années et favoriser la justice et la cohésion sociale en permettant aux hommes et aux femmes de notre espace de jouir pleinement de leur droit.

Nous sommes tous portés par l’ambition de construire un espace politique plus stable, plus fort, fondé sur la coopération et l’intégration régionale.

C’est pourquoi, je suis convaincu que vos échanges ainsi que les conclusions des travaux de ce séminaire iront dans le sens d’un renforcement de notre solidarité et du bien-être de nos concitoyens.

Car, comme le disait Kwame NKRUMAH « uni, l’Afrique pourrait devenir l’une des plus grande forces politiques pour le bien dans le monde »

Mesdames et messieurs,

Notre histoire commune, nous impose un destin commun. Œuvrons donc ensemble.

Avec le profond sentiment que vos échanges seront fructueux, vous me permettrez de terminer en renouvelant mes remerciements et mes vœux de plein succès à vos travaux.

Excellence Mr le président de la république, merci, merci

Vive la CEDEAO !

Vive la coopération et l’intégration régionale au service de la démocratie, de la paix, de la sécurité et de la prospérité de nos peuples !

Accra (Ghana) Moustapha Cissé Lo
Annonces

(2) commentaires

Badara Gueye

Afrik mo dolou guinawe cisse lo president macky wade kif kif farba minister lo prd cdeau

Samb Assane

merci le presiden cisse lo vous avais laissé une trasse a la cédéao vous lavé fait comme les grands homme votre parcour est tré propre on vous aten sur autre chosse

Publier un commentaire