Téléchargez l'appli SENEGO
PUBLICITÉ

40 ans de carrière-Kalidou Kassé célébré, raconte l’histoire d’un pari avec son père, et son béret

Hier vendredi, au Musée des Civilisations Noires, ont démarré les activités célébrant les 40 ans de carrière de l’artiste plasticien Kalidou Kassé. L’événement se déroulera du 27 novembre au 28 décembre prochain avec comme point d’orgue l’exposition de 50 œuvres sorties du génie créateur de l’artiste. Intitulé «Guiss guiss bou bess», l’exposition donne «la nouvelle vision que l’artiste-plasticien veut qu’elle soit : globale, individuelle et collective pour refaire le monde, redire le monde». Une occasion pour le génie peintre de regarder dans le rétroviseur et revenir sur son parcours.

L’anecdote d’un pari

40 ans de carrière, ce n’est pas donné à tout le monde et ça se fête! Une occasion pour l’artiste, Kalidou Kassé de revenir sur sa carrière et les événements marquants. Pour réaliser son rêve, celui que l’on surnomme le Pinceau du Sahel a dû faire un pari avec son père qui voulait qu’il embrasse une autre carrière. «Mon père voulait que je sois un agent des chemins de fer. Je ne voulais pas. Je lui ai dit que je voulais pratiquer l’art et que j’allais réussir. Je lui en avais fait le serment», se souvient Kalidou Kassé qui regrette l’absence de son père qui n’est plus de ce monde. Cela l’aurait rendu fier de le voir à ses côtés durant la célébration des 40 ans de sa carrière.

Relation singulière avec sa mère

Il éprouve le même sentiment à l’égard de sa mère qui l’aurait beaucoup influencé dans son choix d’embrasser une carrière dans l’art. Il était très charmé par la dextérité de ses mains dans l‘art de sortir des boubous de son imagination fertile. «Ma mère était couturière, elle cousait des boubous, des draps de lit sans recourir à une machine à coudre», souligne celui qui avait une certaine affinité avec ses parents. «C’étaient mes amis. J’avais de la compassion pour ma mère qui vivait dans une grande famille de polygame», se souvient Kalidou Kassé qui s’employait pour lui venir en aide dans les tâches qu’elle avait l’habitude de faire à la maison. Kalidou Kassé n’hésitait pas à se rendre au marché pour lui acheter ce dont elle avait besoin pour faire la cuisine, lit-on dans Le Quotidien.

L’histoire du béret

Premier Sénégalais à ouvrir une galerie d’art au Point E, Kalidou Kassé a réussi à se forger un look singulier avec son béret sur la tête. «Au début, j’ai porté un torpédo. Mais ça ne me convenait pas, j’ai pris un béret», indique l’artiste qui dit avoir été influencé par son défunt père qui s’affichait avec ce look. «J’ai été influencé par mon père qui portait un béret qui était très élégant. Il y a très longtemps. Parce qu’il était dans son atelier aux chemins de fer en train de travailler et portant son béret. La position m’a tellement plu que j’ai décidé de porter un béret. C’est comme ça que c’est venu», se remémore M. Kassé qui reste attaché au béret noir qui, de loin, reste sa couleur de préférence. «On m’offre beaucoup de bérets rouge, jaune, vert, blanc. Mais je me sens très bien avec ce béret», note l’artiste-plasticien dans Le Quotidien qui dit avoir fait entre 300 et 400 expositions dans le monde. Ce petit-fils de Salah Kassé a partagé avec sa mère la maison familiale à la Médina durant son enfance.

24 Whatsapp
Annonces
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus noté
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
PUBLICITÉ
ACTUALITÉS RÉCENTES
    20:21 - 18/01/2021

    Turquie: Mame Baba Thiam buteur et passeur décisif avec Fenerbahçe

    Whatsapp
    20:12 - 18/01/2021

    Etat d’urgence : Le couvre-feu prorogé pour huit jours à Dakar et à Thiès…

    Whatsapp
    19:27 - 18/01/2021

    24 heures après la sortie de Brigitte Macron sur TF1, Marième Faye Sall sur RTS1, ce soir

    Whatsapp
    19:16 - 18/01/2021

    Actu Sport du Lundi 18 Janvier 2021 Avec Mbaye Sene (Vidéo)

    Whatsapp
0
Votre avis comptex
()
x
Whatsapp