Arnaques à la Formation !!!

La Formation est –elle une mode au Sénégal ? Faudrait bien se poser des questions quant à la pertinence des modules que les écoles de formations, qui pullulent comme des champignons, proposent à leurs étudiants.
Dans les années 90, on voyait une vague de formations sur les Relations Internationales. Des centaines d’étudiants, voire des milliers, se virent décerner des diplômes dans ce métier qui ne devait pas mener très loin, vu que ce secteur est entièrement contrôlé et bunkérisé par l’Etat qui a sa propre école de formation. Puis, vint la mode Marketing et Communication. Dans un pays dont le secteur commercial est presque entièrement monopolisé par le secteur informel, qui peut avoir besoin de diplômés costumés qui croit que bien baratiner, est la clé du succès? Le Transit a eu ses beaux jours. Ces dernières années, c’est logistique et transport. Vous verrez à l’ouverture prochaine, des modules aussi alléchants les uns que les autres, mais qui ne mènent qu’au chômage. A grand renfort de publicité, les étudiants et les parents seront embarqués dans des filières qui ne rapporteront qu’à ceux qui les ont vulgarisés sur le papier.
Ce que l’on devrait savoir, et qu’on est en droit de savoir. C’est de poser la question aux écoles de formation. En proposant ces modules de formations qui coûtent les yeux de la tête aux parents, les écoles agissent-elles en fonction de la demande du secteur, ou ce sont elles-mêmes qui créent la demande ? La fausse demande. A mon avis, il y a une surenchère à la formation qui, en définitive, n’est qu’une vaste arnaque. Parce qu’en proposant aux étudiants ces modules, on leur fait miroiter un avenir ouvert à l’emploi, alors que le secteur qui devrait les utiliser, n’a jamais été demandeur en personnel. Alors, pourquoi, l’Etat laisse-t-il faire ? Pourquoi, les parents, les premières victimes, se contentent-ils de constater que le fils d’étudiant qui a subi une formation, est toujours à la maison, personne n’ayant besoin de ses connaissances ?
Le premier rôle d’un Etat est de protéger les citoyens contre toutes les agressions qui pourraient leur causer un préjudice. Dans ce cas précis, les écoles de formations créent une inflation dommageable à l’avenir des enfants. Les écoles de formations n’étant pas connectées à la réalité du marché du travail, donc, n’agissant pas en adéquation avec les besoins des entreprises, elles ne doivent pas être en mesure de surenchérir sur les inquiétudes des uns et des autres dans cette ambiance de chômage endémique qui prévaut dans ce pays. Dans chaque foyer de ce pays, vous trouverez des diplômés de ces écoles dont personne n’a besoin. Et pourtant, eux-aussi, ces pauvres étudiants, sont les premières victimes que personne ne défend.
La première chose que l’Etat devrait faire, c’est de spécialiser ces écoles qui poussent comme des champignons. Calquer le modèle de formation sur les écoles de l’Etat. Le CESTI forme bien des journalistes, l’école navale, des navigateurs, le centre Japonais, des techniciens aux NTICS. Cela permettrait d’avoir une formation de qualité, et des repères quantifiables. Mais, vous voyez une école, où, l’on vous propose toutes les formations possibles et imaginables. L’essentiel pour ces messieurs, remplir l’école à ras bord, et se faire de l’argent. Aucun service après-vente. Nous ne jetons pas l’anathème sur les écoles de formation, mais, ce secteur devrait être plus et mieux surveillé.
Il faut que s’arrête cette surenchère dont elles seules, tirent des bénéfices. L’Etat devrait faire la recevabilité des modules proposés par les écoles, pour savoir, si l’offre de formation est en adéquation avec les besoins réels et mettre le holà sur les offres fantaisistes.
Les parents, quant à eux, devraient être plus regardants sur les orientations que la mode estudiantine leur impose. Quand votre fils vous propose une formation, essayez d’en savoir plus, pour savoir, si réellement, cette formation peut garantir un emploi, ou métier sûr à son issue.
En définitive, ces écoles sont de véritables formatrices de chômeurs. Elles ne font pas autre chose.
Halte à l’arnaque.

5 COMMENTAIRES
  • babs

    il n’y a pas de réel marché du travail dans ce pays. c’est ça le problème, Monsieur. seul quelques privilégiés trouvent le travail qu’il leur faut.

    par ailleurs, texte pauvre en arguments et mal structuré. sans oublié ses solutions tout sauf sérieuses.

    si ces filières ont prospéré, c’est parce que 75% des emplois du monde professionnel moderne appartiennent au secteur tertiaire. celui des services. l’industrie sénégalaise est liquidée à la fin des années 90. allez-y voir ce qui reste des zones industrielles dakaroises, la plupart ont fait place à des plateformes commerciales ou logistiques qui certes ne peuvent pas employer tout le monde. c’est ça le drame. mais le Sénégal ne sera pas industrialisé dès demain, votre pays n’a même pas cette culture: celle d’un pays industrialisé.

    et puis il y a eu une offre forte, mais je ne pense pas qu’il y est arnaque car la formation qu’on leur propose est, me semble t-il bien administrée dans la plupart des cas.

    je ne défends personne, j’essaie simplement de nuancer les propos simpliste de cette chronique que je trouve médiocre sur le fond et la forme car mélangeant colère gratuite et amalgame.

    • Alioune NDAO

      Et puis il y a eu une offre forte, mais je ne pense pas qu’il y est arnaque car la formation qu’on leur propose est, me semble t-il bien administrée dans la plupart des cas. ». Vous l’avouez dans la richesse de votre texte, et de sa bonne structure. Vous faites de fortes offres, administrez une  »bonne » formation et basta. C’est vous qui créez la demande, pas les entreprises ou le secteur. Je persiste dans mes amalgames et dans la médiocrité de ma chronique. Vous arnaquez les gens.

  • mariama

    babs hana directeur d’école de formation nga,,,ha ha tu te défends bien,,,mais le texte est très. riche dans le fond et la forme n’en parlons même pas,,,halte à l’arnaque,,c honteux,leta est irresponsable,,il laisse faire,,

  • Sylla

    texte tres bien riche en fond et en forme, mais je voudrais attirer votre attention sur l`ETAT en tant que garant de notre societe, nous avons un ETAT de politiciens pas un ETAT fait d`HOMMES d`ETAT car apres chaque election (que cq soit Pr ou Leg) on se prepare aux 2eme mandat, le budget vote les politiques publiques en matiere de developpement c`est pour en fait charmer la population d`un cote pour preparer la bataille a la reelection.

    Donc vous voyez difficile meme si la societe civile tire la sonnette d`alarme….
    Le Pr actuel son Ex MSALL a eu meme cette idee de faire la formaton professionnelle un moteur de reinsertion des jeunes a l`emploi avec une formation adaptee au besoin des entreprises, tres noble idee MAIS la politique est passee par la pour reduire au neant cette idee…..

    Donc je me joins a vous, pour dire que ces Ecoles de Formation ne sont que la pour arnaquer la raison qd le Pr a voulu reinsere certains bacheliers non orientes, elles (Ecoles) avaient de gros problemes ……..etc…………..

  • bibs

    Moi qui suis parent d’étudiants 3,macha Allah, je sais que cette chronique est plus que véridique. en plus il y a plusieurs écoles qui font des publicités mensongères. Ces écoles nous font toujours payer un mois de plus qu’il faut. Bravo à ce chroniqueur. je me disais même qu’une association devrait naître à ce propos.il y a urgence.

Publiez un commentaire