Annonces
Annonces
» » » » » » Le gouvernement magnifie l’adoption par les...

Le gouvernement magnifie l’adoption par les députés d’une résolution sur la crise post-électorale en Gambie

2017-01-28T15:54:05+00:0052 Partages

Le gouvernement se réjouit de l’initiative de l’Assemblée nationale d’adopter une résolution se félicitant de la gestion de la crise post-électorale en Gambie a indiqué le ministre des Forces armées, Augustin Tine.

Les députés sénégalais ont adopté, lors de la session plénière de vendredi dernier, une résolution sur le dénouement de la crise gambienne et sur le rôle joué par le président de la République, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), de l’Union africaine (UA) et des Nations unies.
Le ministre des Forces armées qui assure l’intérim de son collègue des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye a soutenu, devant les députés, que « l’action du chef de l’Etat tout au long de la crise gambienne a été guidée par la recherche d’une solution pacifique mais fondée sur le respect de la volonté des gambiens qui se sont démocratiquement décidés« .
« Cette action s’est aussi toujours fondée sur la légalité internationale à travers les décisions concertées prises au sein de la CEDEAO, de l’Union Africaine et du Conseil de Sécurité des Nations Unies » a-t-il dit dans des propos rapportés dans un communiqué parvenu à l’agence de presse sénégalaise.
Selon Augustin Tine, « cet engagement du chef de l’Etat et sa ferme détermination ainsi que l’intransigeance de la CEDEAO ont donc permis le dénouement final de la crise auquel nous avons assisté en Gambie« .
« L’ensemble des parties prenantes au processus de médiation se sent, en effet, félicité de sa sagesse et de l’esprit de consensus dont a fait montre le Président Macky Sall. Que ce soit la CEDEAO, l’Union africaine, les Nations Unies, l’Union européenne, tous ces partenaires ont salué la contribution positive du chef de l’Etat » a fait remarquer Dr Tine.
La crise politique née de la contestation des résultats de l’élection présidentielle du 1er décembre en Gambie a débouché samedi 21 janvier sur le départ en exil en Guinée Equatoriale du président sortant, Yahya Jammeh et la prise de fonction du président élu Adama Barrow dont il contestait la victoire pourtant proclamée par la commission nationale électorale gambienne.
L’ultime médiation qui a fait partir Jammeh ce samedi soir là, a été conduite par les présidents guinéen et mauritanien, Alpha Condé et Mohamed Ould Abdel Aziz, sous la conduite de la Cédéao.
Adama Barrow a prêté serment le 19 janvier à l’ambassade de Gambie à Dakar, au Sénégal, où il a été accueilli depuis le 15 janvier à la demande de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).
L’organisation sous-régionale craignait pour sa sécurité durant les derniers jours du mandat de Yahya Jammeh. Adama Barrow est retourné en Gambie dans l’après-midi du jeudi 26 janvier.

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL