Annonces
Annonces
» » » Appel au dialogue avec l’opposition :...

Appel au dialogue avec l’opposition : Idrissa Seck propose la mise en place d’un Conseil suprême de la République

Idrissa Seck propose la mise en place d’un conseil suprême de la République. Le président de Rewmi a fait cette proposition en réponse à l’appel au dialogue du chef de l’Etat. Dans le préambule de cette institution, Idy comme on l’appelle expose la pertinence d’une telle institution.

« La complexité de la gestion d’un pays et la prise en compte de menaces et risques grandissants dans l’environnement international militent en faveur de l’institution pérenne (et non de circonstances) d’un dialogue national impliquant toutes les forces vives de la Nation (pouvoir, opposition, syndicats, secteur privé, milieux académiques, société civile dont les organisations de droits de l’homme, presse) pour mieux cerner nos intérêts nationaux et leur nécessaire hiérarchisation en vue d’éviter des «  conflits de normes »
il s’agit de concevoir un cadre national de concertation inclusif et pluridisciplinaire qui puisse appuyer le Président de la République dans le processus de formulation de la politique nationale notamment dans ses « domaines réserves » où il agit et se trompe seul (défense et sécurité, politique étrangère, intérêts économiques et sociaux majeurs) », dit-il dans le préambule de sa proposition.

Plus concrètement, ajoute-t-il, il s’agit de s’inspirer des bonnes pratiques existant en la matière (des pays plus avancés tels que les USA ou encore la Confédération helvétique, pour ne citer que ces deux pays).
Les USA, dit-il, sont l’un des rares pays au monde disposant dans un seul document d’une liste de ses intérêts nationaux identifiés, hiérarchisés et rangés dans trois catégories (intérêts vitaux, intérêts extrêmement importants et intérêts importants).

Cette liste est établie par une Commission des Intérêts Nationaux (Commission of National Interests) qui comprend des membres éminents issus du monde politique, académique ainsi que des praticiens de renommée de la diplomatie (anciens hauts-fonctionnaires internationaux, anciens Ambassadeurs..). Cet organe joue un rôle éminent et coexiste à côté d’Agences telles que le Conseil National sur la Sécurité (NSC) qui a pris de l’ampleur, ces dernières années, sur ces questions de formulation de la politique étrangère. Dans un contexte de complexité croissante des relations internationales, le rôle de la Commission des Intérêts Nationaux en matière de planification stratégique de la politique extérieure est jugé irremplaçable.

La Suisse, note-t-il, dispose aussi d’un Conseil National sur la Politique Etrangère qui est un organe ayant un rôle consultatif pour le Gouvernement fédéral et s’occupe de questions relatives à la planification stratégique de la politique extérieure.
« Il est à noter que malgré la participation d’acteurs non étatiques à ces organes, le caractère confidentiel de leurs délibérations est conservé », précise le président du conseil départemental de Thiès.
Le Conseil Suprême de la République qu’il rossa Seck propose aura pour mission essentielle « d’établir une liste permettant d’identifier les priorités nationales et de hiérarchiser les intérêts nationaux suivant une classification qu’elle aura établie au préalable( intérêts vitaux, intérêts très importants, intérêts importants, autres) ».

Missions du conseil suprême de la république

La première mission consistera à être un guide d’action. « Elle permet de faire de la planification stratégique en hiérarchisant les priorités nationales sur une base objective.  Les intérêts vitaux définis (par exemple la défense du territoire national, la stabilité de notre voisinage immédiat, la lutte contre le terrorisme dans le Sahel, la contribution à la paix dans le monde….) seront ceux pour lesquels la mise en cause pourrait entrainer l’usage des forces armées. On n’aurait pas à tergiverser comme on a vu le President de l’a République le faire quand les Djihadistes ont envahi le Mali. Il a d’abord déclaré qu’il n’enverrait pas de troupes avant de le faire sous l’amicale pression dit on de nos cousins français », explique-t-il.
Le conseil suprême sera aussi un cadre de concertation très inclusif permettant de mener des échanges approfondis par des équipes pluridisciplinaires sur des sujets brulants et d’arriver à consolider des sortes de « consensus » sur des axes importants de la politique de la Nation. « Elle servira ainsi de passerelle entre l’administration, le monde académique, le secteur privé et la société civile sur un pan important de la politique de la Nation », indique Idrissa Seck

Composition du conseil suprême

Le conseil suprême sera composé des présidents de groupes parlementaires (pouvoir et opposition ),  des anciens Présidents d’institutions de la République, des anciens chefs d’Etat, des anciens présidents Assemblée Nationale, des anciens Premier ministres, des anciens présidents de cour suprême, des anciens présidents de conseil de la république et des anciens présidents de conseil économique et social.
Dans la composition du conseil suprême,  il y aura également les hauts représentants des autorités religieuse et coutumière, les anciens responsables de la sécurité (Chefs d’état major de l’armée
Haut commandants de la gendarmerie, police nationale, sapeur-pompier, eaux et forêts…), les anciens ambassadeurs et patrons sénégalais d’Organisations internationales, le monde académique, la société civile, les syndicats et des personnes-ressources qui pourraient être invitées aux travaux en fonction des sujets débattus.
« Le Secrétariat permanent de ce Conseil sera constituée de la Cellule d’Analyse et de Prospective du Ministère des Affaires Étrangères sous réserve que celle-ci soit  rendue fonctionnelle (cette Cellule existe uniquement sur le papier) notamment en l’a renforçant  en matière de ressources humaines. Un bureau restreint constitué de hautes personnalités sera chargé du suivi de l’application, par l’exécutif, des recommandations retenues du Conseil Suprême de la République », propose le patron de Rewmi.

Annonces
Annonces

20 commentaires

  • cartel
    07/05/2016 11:18

    il conjugue bien wayeee je vs dit Sai Sai laa Sai Sai laaaa ce qui est dernière sa tête thieye qui il est élu prédisent daguene meree loi lenne défoule daara c un bandit de grand chemin c un bandit bourama j l’appelle bourama lui il c qui l’apel bourama coup bourama c un Sao sai

  • yacine datt
    07/05/2016 11:28

    SECK on te comprends bien tes pieges ne passeront pas in challah parce que tout le peuple est mature arretez svp

  • omar
    07/05/2016 12:02

    arrêtez de critiquer idrissa seck alors que vous ne lisez même pas ces propos, arrêtez vos politiques politiciennes, analysez bien ce qu’il dit, et regardez bien la liste des personnalités qui vont composer ce conseil, des gens d’expériences, il veut que l’on instaure une institution pas pour des circonstances mais un conseil qui sera là et existera pour toujours

  • thiakri
    07/05/2016 12:18

    merci president. des ides nous en avons besoin pour dcanter les situations et finir aroport, et utres

  • cheikh tidiane mbacke
    07/05/2016 13:09

    jugez les idees et ne jugez pas la personne

  • deuba
    07/05/2016 13:12

    idrissa seck douwakh mouk t dou def lou diarigne Macky Sall ndakht dafko inian limou nek

  • cartel
    07/05/2016 13:37

    CHEIKH TIDIANE les idées c vraiment cool bourama a été tjrs pertinent des ces idées wayee sai Sai la Sai Sai la sai sai laaaaaaaaa wayee loumou wakh rafetna mais c un bandit 100 ème président de thies

  • cartel
    07/05/2016 13:56

    je vs revoient de ces propos de politique générale lorsque qu’il a été nommé premier ministre vs sauriez que wadji sai Sai la il parle bien waaye le problème is guemouko tjs victime de ces calcule alors c la fautes a qui?

  • cartel
    07/05/2016 14:37

    TIDIANE répond moi si t’as vu sur youtub politique générale de bourama après tu me répond

  • KHEUCH
    07/05/2016 15:07

    ngor ci Seck, tu es le moins bien plac pour prodiguer des conseils Macky

  • Geo
    07/05/2016 15:41

    ça c’est pas des conseils mais plus tôt des proposions et honnêtement elles sont pertinentes pour le pays. Dire à priori qu’elles ne sont pas recevables parcequ’elles sont émises par un adversaire politique , c’est pas bon. Ce n’est pas le rôles d’un intellectuel.

  • cartel
    07/05/2016 17:23

    GÉO tu as raison c des propositions bon mais le problème moye wadji guemoule ayee wakhame a caisse de ces fauses calcule qui lui trompe tjrs c sa la vérité

  • mod
    07/05/2016 18:31

    Bravo Idy,nous croyons en vous.Les idées sont pertinentes.Le Senegal a besoin de vous.Les senegalais ont mal le pays a mal.
    Mais je suis concient que ils vont le rejeter comme ils ont rejeté la CNRI.

  • garou
    07/05/2016 19:55

    idy doul

  • seck
    07/05/2016 21:48

    Merci M le prsident nous attendions pas moins de ca de toi la bonne marche de la cit est l’affaire de tous chacun doit y participer a sa faon quand au larbin de Maky Sall nous ne les repondrons pas continue ton chemin en fesant des propositions et des contributions le peuple appreciera le moment venu

  • youssoupha cisse
    07/05/2016 22:28

    merci president

  • jiiite jii
    07/05/2016 23:00

    Merci président Seck c le idrissa seck ke nous croyons

  • badou
    09/05/2016 11:04

    Idrissa Seck dafa sokhoré macky, idrissa sai sai la, idrissa patati patata. Enlevez vos casquettes de politiciens et essayez de faire des contributions ou suggestions qu’elles soient bonnes ou mauvaises valent mieux que ces attaques personnelles repetees a son encontre. La prioriete est ailleurs. Meme le prophete ( psl ), ces plus grands détravaleursdétravaleursreconnaissaientreconnaissaient que seul Lui était digne de confiance. Sans pour autant le croire, ils ( mécréants ) confiaient tout ce qui leur aient chers au prophete, pour simplement vous dire que c pas parce qu’on est pas avk toi qu’on vous reconnait pas vos valeurs

  • sow
    09/05/2016 17:36

    merci president rewmi sokhlana sa xalat

  • Boubacar Sada Diallo
    09/05/2016 22:55

    Merci Président pour votre proposition.
    Je pense que c’est dans l’intérêt de tout citoyen à s’impliquer dans un dialogue pour apporter des solutions aux différentes crises qui secouent la nation au lieu de chercher aveuglément à trouver le mal partout.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL