Les plus populaires

 

Lecteurs en ligne

Une info ? 
 

221 33 823 43 43

Annonces
Annonces
» » » » » [Jeunesse et Entrepreneuriat] – M. Diagne :...

[Jeunesse et Entrepreneuriat] – M. Diagne : « nous perdons des marchés, parce que nous sommes jeunes »

2017-06-10T17:05:42+00:0013 Partages

L’idée qui va aboutir à la création d’une entreprise peut avoir de nombreuses origines. Elle peut être le fruit d’une expérience professionnelle, naitre d’un savoir-faire, d’une formation ou tout simplement, être le résultat d’une série de circonstances engendrées par un désir profond ou une intuition, telle est la définition d’une idée de projet. La jeunesse sénégalaise éprise du désir d’entreprendre continue de faire des merveilles.

C’est le cas d’un jeune Sénégalais que nous avons rencontré. Âgé seulement de 21 ans,  Mamadou Diagne, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a su tracer son chemin. Basé à Dakar, il crée, en 2016, son entreprise MKBUSINESSGROUP, spécialisée dans la location et vente de maison, avec comme ambition « de changer le Sénégal et l’Afrique ». Président de l’Association internationale Jeunes Entrepreneurs Africains (JEA) –section Sénégal-, Mamadou nous dévoile son parcours « de combattant ». Entretien …

Senego : Bonjour Monsieur Mamadou Diagne. Pouvez-vous nous exposer vos débuts dans le monde de entrepreneurial ?

Mes débuts dans le monde entrepreneurial étaient faciles, car j’ai toujours eu pour passion d’avoir ma propre entreprise. J’ai commencé mon business dans un marché que je maîtrise bien qui est Saly –près de 70 km de Dakar-. Le choix de Saly parce qu’il y’a beaucoup de consommateurs dans ce milieu et en plus de cela  c’est une ville ou le marché n’est pas saturé.

La concurrence n’était pas aussi rude à Saly, j’avais un bon carnet d’adresse qui m’a facilité la tâche. Outre ces points favorables, j’ai ma tante qui vit à Saly et qui est très bien réseautée donc elle m’a beaucoup aidé à mes débuts.

Nous pouvons avoir une idée sur vos différents projets ?

Concernant mes différents projets je suis d’abord dans l’immobilier. Je suis en train de créer un fonds de financement avec des partenaires où les jeunes porteurs de projet immobilier pourront bénéficier d’un financement pouvant leur permettre de démarrer leur Start Up, mais à condition que cela soit un projet innovant qui pourra avoir un fort impact. Aussi dans l’agrobusiness je travaille avec des agriculteurs qui sont très actifs et des investisseurs qui sont très prêts à investir dans ce domaine pour d’abord créer de l’emploi et pouvoir exporter nos produits agricoles en Europe et dans les autres parties du monde.

Quelles sont les actions que vous avez déjà menées sur le terrain et vos perspectives ?

Nous avons à notre actif deux (2) villas en Construction et d’autres en vente ou en location. Nous nous activons à avoir dans notre agenda les plus belles villas de la petite côte. Dans l’agrobusiness nous envisageons d’organiser une journée de l’agrobusiness et du consommé local destinée à sensibiliser les jeunes à s’impliquer dans ce domaine. Cette journée sera l’occasion pour les jeunes entrepreneurs d’avoir un aperçu sur ce secteur porteur de croissance, rencontrer des acteurs du système, certains investisseurs et partenaires qui nous accompagneront dans cette journée.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez sur le terrain sont premièrement ?

Quand tu es jeune certaines institutions ne te prennent pas au sérieux et aussi votre âge peut vous empêcher de gagner certains marchés, car les gens n’auront pas très confiance en vous. Récemment j’ai perdu un marché de deux (2) millions parce que l’autre cabinet avec qui j’étais en compétition, on avait pratiquement les même services, mais le problème était qu’eux ils proposent un service avec conciergerie et gardiennage alors que moi je n’avais pas fini de mettre en place ses services, donc la différence s’est fait à ce niveau. Mais cela m’a appris d’avoir toujours une longueur d’avance sur l’adversaire.

D’où est venue cette idée de s’intéresser à l’immobilier, l’agrobusiness, la promotion de la destination Sénégal (vacances de luxe ) et le conciergerie de luxe ?

L’idée de l’immobilier m’est venue chez mes amis, car j’avais remarqué qu’à chaque fois que les vacances approchent, tout monde me disait qu’il viendra à Saly pour se reposer, passer le 15 Août etc.…. Donc je me suis dit pourquoi ne pas me lancer dans cette aventure de la location et de la vente de Villas. Reconnaissons que le marché était très intéressant. Ainsi est née l’idée de la destination Sénégal vacances de luxe. Outre Saly le Sénégal regroupe beaucoup de lieux paradisiaques comme : ÎLE DU SALOU, FATHALA, SAINT LOUIS, JOAL, CAP SKIRING, ZIGUINCHOR et DAKAR. Donc j’ai mis en place un service de conciergerie de luxe qui va faire la réservation des billets d’avions, l’hébergement, les excursions, les sorties, les visites guidées etc.…….. En tout on sera à votre service 24H sur 24 pour tous vos besoins. Le Sénégal est un beau pays que tout le monde doit venir visiter.

Selon vous, quels sont les secteurs porteurs de croissance au Sénégal ?

Les secteurs porteurs de croissance au Sénégal sont : l’agriculture, le BTP, l’immobilier, et le transport.

Que pensez-vous de l’entrepreneuriat des jeunes au Sénégal?

Actuellement beaucoup de jeunes se sont lancés dans l’entrepreneuriat, car voulant pas saturés le marché de l’emploi et lutter contre le chômage. Mais le problème est que beaucoup d’entre eux n’innovent pas et veulent copiés des concepts déjà en place en voulant juste innover avec leurs idées. Ce qui fait qu’on trouve un projet repris par plus de 10 personnes parce que certains veulent sécuriser leurs investissements en ne prenant pas trop de risques, alors qu’un entrepreneur doit innover et anticiper sur les besoins des consommateurs .

Jugez-vous satisfaisant les mesures de l’Etat pour propulser l’entrepreneuriat au Sénégal ?

Oui l’Etat et sur la voie.  Le gouvernement a mis en place beaucoup de structures d’accompagnement pour les entrepreneurs. Mais les autorités doivent inciter le secteur privé c’est-à- dire les banques à faciliter le financement aux jeunes, car le problème au Sénégal ce n’est pas de faire un business plan, mais voir une banque qui croit en vous et qui sera prête à vous accompagner.

Quels conseils donnerez-vous aux jeunes qui veulent s’essayer dans entrepreneuriat surtout celui touchant l’agrobusiness et la promotion de la destination Sénégal ?

Le conseil que je donnerai aux jeunes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat et d’abord qu’ils cherchent beaucoup d’expérience, de la patience et des fonds qui pourront les aider à tenir le coup. Il y’a beaucoup de surprises dans ce milieu qui est parsemé de surprises et d’échecs. Il faut prendre l’entrepreneuriat comme un jeu de Lotto on peut tout gagner aujourd’hui et se réveiller demain et tout perdre, c’est pour cela qu’il faut être très prudent. Et surtout ayez l’audace d’innover avec des projets fous qui feront que le Sénégal s’imposera parmi les pays africains les plus innovants.

Parlez-nous brièvement de votre association JEA 

Jeunes Entrepreneurs Africains (JEA) est une association internationale basée en France. Elle a des branches ou des sections. Je suis le président de la section sénégalaise, JEA –Sénégal. JEA rassemble des entrepreneurs africains et notre but est de promouvoir l’entrepreneuriat au Sénégal.  Nous voulons aider tous les jeunes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat comme les jeunes entrepreneurs en leur donnant des conseils, partager avec eux nos expériences dans le milieu et enfin leur accompagner dans leurs démarches. On envisage d’organiser des séminaires d’échanges avec nos autres correspondants dans les autres pays d’Afrique. Ces rencontres nous permettront d’avoir plus de relations et de visibilité dans le continent.

Un coup de gueule ou coup de cœur ?

J’aimerais aborder le sujet sur la propriété intellectuelle, parce que beaucoup de personnes copient les idées des autres pour créer à partir de ça et c’est qui fait que le marché commence à devenir très concurrentiel et saturé.

 

Les jeunes doivent enlever de leur tête l’idée d’immigré, car le Sénégal comme en Afrique sont blindés de ressources à exploiter pour en faire une idée de business. Nous seuls pouvons construire notre cher Afrique. Merci à toute l’équipe de Senego pour cette belle initiative qui permet à la jeunesse d’être éveillée. AFRICA IS THE FUTURE.

Rubrique animée par Ankou Sodjago ([email protected])

 

 

Annonces
Annonces

3 commentaires

  • Le Citoyen
    10/06/2017 18:34

    S8 fiers de vous et j’aimerai y adherer.

  • Le Citoyen
    10/06/2017 18:36

    Fiers de vous. J’aimerai y adherer

  • Thierno faye
    10/06/2017 20:08

    Bravo frere Mame Thierno

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces