Annonces
Annonces
» » » » » » Élite santé de Keur Massar: les étudiants dans...

Élite santé de Keur Massar: les étudiants dans le désarroi…

Les étudiants de l’école de formation en santé, Élite santé, sont dans le désarroi. La cause, les examens qui étaient prévus ce mois d’août, sont reportés sine die  par l’administration. Certains même avancent le mois d’octobre, date à laquelle devrait se tenir la session d’octobre, prévue pour les examens de rattrapage.

Ibrahima Guèye et ses camarades ne savent plus à quelle date se fier. Ces étudiants en licence, de confier qu’après trois (3) années de formation, en santé, ils devaient passer des examens, afin de boucler cette session. A leur grande surprise, la direction les a informés que, finalement, cette première session n’aura pas lieu à cause d’erreurs administratives de leur part.

« Il n’ont rien dit de précis. Et même pour la session d’octobre, on n’est même pas sûr qu’elle aura lieu. Imaginez trois années de formation, ils ne savent pas comment on fait pour payer, nos parents galèrent pour nous, et on se réveille un bon jour, et au dernier tournant de notre carrière, nous dire qu’on ne fera pas d’examens à cause d’erreurs administratives « , regrette notre interlocuteur qui considère, qu’actuellement, leur avenir est menacé.

Ils sont à peu près 39 étudiants, soit 35 sages-femmes et 4 infirmiers, à tirer la sonnette d’alarme. Car, selon eux, l’administration est en train de tergiverser. Ils ont tenté en vain de trouver des réponses en les interpellant. Les examens devraient se tenir les 7 et 8 août 2017.

Senego a tenté de joindre l’administration de l’école de formation, aucune réponse pour le moment. Nos antennes sont ouvertes pour plus de précisions de leur part.

Annonces
Annonces

3 commentaires

  • Sall
    01/08/2017 17:34

    Il est inadmissible pour un état digne de ce nom qu’un tel évènement puisse se produire sans que l’administration ne soit au courant des mois avant. Il y a forcément des complices au niveau du ministère. La justice doit s’autosaisir dés que l’information passe dans les médias. Ce genre de delits est devenu monnaie courante au. Senegal. En 2012 le même problème s’était produit pour les classes de terminale d’un certain lycée privé de la banlieue dakaroise ce qui avait privé les élèves de passer leur Bac. Aucune Sanction n’avais été prise contre ses responsables . Ma fille et ses camarades de classe avaient repris la terminale l’année d’après. La même histoire se reproduit. À quand la fin de l’impunité…

  • Sall
    01/08/2017 17:35

    À quand la fin de l’impunité

  • Zeyna mbaye
    01/08/2017 18:08

    On né sacrifié par une administration inconpetant ki n s soucis k d l argent é voilà la conséquence d leur acte mé j vs promet k justice sera fait inchalla

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL