La presse quotidienne s’est focalisée mercredi sur la question de la grâce de l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, ainsi que sur les remous au sein du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition).

‘’Khalifa Sall n’a pas pu passer la fête de Tabaski chez lui. Il reste en prison, car il n’a pas bénéficié d’une grâce présidentielle, comme certains s’y attendaient’’, constate le quotidien Enquête.

WalfQuotidien relève lui aussi que ‘’ceux qui ont scruté la longue liste [des bénéficiaires de la grâce présidentielle], espérant y voir le nom de Khalifa Sall, ont déchanté’’. Le journal parle d’une ‘’grosse désillusion pour les membres du Front pour la libération de Khalifa Sall, qui espéraient que cette fête, coïncidant avec le Dialogue national, serait l’occasion idéale pour Macky Sall de faire libérer l’ancien maire de Dakar’’.

L’Observateur parle en une de ‘’dernier coup de grâce’’ et affirme que ‘’tous ceux qui avaient pris l’engagement de déposer sur la table du président de la République une demande de grâce pour l’ex-maire de Dakar ne sont finalement pas passés à l’acte’’.

D’autres journaux se sont intéressés aux sermons des imams. Selon Sud Quotidien, ‘’hivernage pluvieux et lutte contre l’homosexualité’’ ont été ‘’au cœur’’ des sermons des imams.

Vox Populi, pour sa part, fait remarquer que la question de l’homosexualité a préoccupé les guides musulmans. ‘’La fatwa des imams contre l’homosexualité’’, titre le même journal, qui note au passage qu’à cause de la pénurie de moutons de Tabaski, des familles ont été ‘’privées du sacrifice d’Abraham’’.

Sur un tout autre plan, Le Soleil signale une ‘’cascade de démissions’’ au sein du PDS, après la décision de son secrétaire général, Abdoulaye Wade, de procéder à une reconfiguration du secrétariat exécutif national (SEN) du parti dont il est le fondateur. ‘’Un remaniement qui passe mal’’, titre Le Soleil.

‘’Fronde contre les Wade’’, affiche à son tour Sud Quotidien, expliquant qu’’’officiellement, quatre responsables politiques […] ont rejeté les nouvelles fonctions qui leur ont été attribuées par leur secrétaire général national (SGN), Me Abdoulaye Wade’’.

Vox Populi parle même d’une ‘’grosse fronde au PDS’’. Ce journal remarque que des ‘’contestations ont fusé de partout, et certains responsables, pas des moindres, ont pris leurs responsabilités’’.

Cela fait dire au Quotidien que ‘’Wade n’est plus le maître du jeu’’. ‘’Ce sont les plus proches collaborateurs de Wade qui, sur un ton diplomatique, mais ferme, ont lancé une défiance à l’autorité’’, ajoute Le Quotidien. Source APS