Annonces
Annonces
» » Trajectoire: Gouye Gui, « Baragnidé » à 10...

Trajectoire: Gouye Gui, « Baragnidé » à 10 ans, avant de toucher 60 millions face à Zoss

2014-08-28T20:44:35+00:00 Partages

Il n’a pas toujours été ce géant aux muscles bombés qui vend sa force dans l’enceinte de l’arène, à coups de millions. Avant d’en arriver-là, Gouy Gui a traversé des épreuves comme beaucoup de jeunes de la banlieue. A seulement 10 ans, il a été porteur de caisses de poissons, au marché Ndiarème de Guédiawaye.

A bout de bras, à force de persévérance, de haute lutte, il a construit son ascension sociale. Le «baobab» de l’arène a trimé sang et eau, travaillé dur pour faire partie de la cour des grands de l’arène. Il est devenu, aujourd’hui, un champion incontesté, mais aussi et surtout prospère. La preuve par mille, son dernier cachet estimé à 60 millions de FCfa. De quoi faire pâlir d’envie les plus envieux. De surcroît, le jeune banlieusard roule actuellement à bord d’une rutilante voiture (BMWX6). Une récompense bien méritée après des années dans la déchéance. C’est connu de tous, Gouy Gui n’est pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche. Toutefois, il a su se hisser au sommet de la gloire, en envoyant ses adversaires au tapis, en leur faisant du «Simpi». En un temps record, comme il aime le rappeler, il est devenu balaise financièrement. Le «baobab», lui-même, n’aurait jamais pensé atteindre de si hautes cimes…

Issue d’une famille pauvre, il a très tôt mouillé le maillot pour venir en aide à sa famille, pour avoir de quoi faire bouillir la marmite. Le lutteur n’avait que 10 ans, lorsqu’il écumait le marché Ndiarème de Guédiawaye. Il portait des caisses de poissons pour récolter quelques pièces de monnaie. Corpulent et déjà musclé à l’époque, c’est sans peine que le petit enfant qu’il était s’acquittait de ses difficiles tâches de «baragnidé» (porteur de bagage, ndlr). «J’allais faire le «baragnidé» au Marché Ndiarème de Guédiawaye. Je portais des caisses de poissons et on me payait. La maison traversait des difficultés financières et je devais venir en aide à ma mère qui avait du mal à nous nourrir. J’avais de la force et les gens m’exploitaient. Ils me payaient 200 FCfa pour porter un panier qui pesait plusieurs kilos. J’avais 10 ans à l’époque. Je remettais alors tout l’argent à mère en lui faisant croire que c’était des sous que j’ai gagnés grâce à la menuiserie. Ma maman me remerciait et se servait de l’argent pour aller au marché chercher de quoi préparer le repas. Cela me touchait énormément parce que je me disais, c’est grâce à moi que la famille a mangé aujourd’hui. Je me suis mis dans la tête que je devais réussir quoi qu’il m’en coûte, afin que ma très chère mère ne soit pas dans le besoin. Je peux même dire que, j’ai commencé à assurer la dépense quotidienne depuis l’âge de 9 ans», soutient-il fier.
source: l’OBS

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces