Annonces
Annonces
» » » » » Tambacounda: L’essentiel des accidents...

Tambacounda: L’essentiel des accidents impliquent des motos « Jakarta » (responsable)

Les motos « Jakarta » sont impliquées dans 90% des accidents survenus de janvier à avril dans la région de Tambacounda (est), a soutenu, vendredi, le chargé d’un projet de campagne de sécurité routière, volet de la convention de financement de la réhabilitation de la route Passy-Sokone.

« 90% des accidents survenus dans la région de janvier à avril sont imputables aux motos Jakarta », a relevé Samba Nor Ndiaye, citant un représentant des sapeurs pompiers, lors d’un atelier de sensibilisation organisé à la mairie de Tambacounda. Durant cette période, il y aurait eu 289 accidents, a-t-il encore rapporté.

La convention de financement de la réhabilitation de la route Passy-Sokone, impliquant l’Etat du Sénégal à l’Union européenne, qui en est le bailleur, inclut un volet sécurité routière, faisant partie de ce qui est connu sous le vocable des « actions complémentaires liés au secteur routier ».

Cet aspect consiste, parallèlement à la route, objet de la convention, à développer des actions de sensibilisation pour favoriser des changements de comportement lié à la route. Il est confié aux acteurs non-étatiques.

Les différents acteurs du secteur routier, passagers, piétons, forces de sécurité, ainsi des élus, étaient représentés à cette rencontre.

Cette journée devrait déboucher sur la mise en place d’un cadre régional de concertation qui aura pour mission de prendre en charge les axes programmatiques du projet, à savoir la sensibilisation, la formation et les actions de plaidoyer, tout comme l’animation de la campagne qui devra durer sept mois, soit de juin à décembre.

Elle cible sept régions du pays (Dakar, Kaolack, Saint-Louis, Tambacounda, Thiès, Ziguinchor). Tambacounda est la cinquième région à avoir reçu l’équipe du projet qui a démarré ses activités depuis janvier, a indiqué son responsable.

Les préoccupations majeures spécifiques à chaque région concernée, seront intégrées dans le plan d’actions du projet, a assuré Samba Nor Ndiaye, ajoutant que « tous les facteurs accidentogènes » seront abordés.

A Tambacounda, les défis ont pour noms, entre autres, les motos « Jakarta » et la circulation de nuit à vélo de personnes âgées. Il y a aussi le problème des gros-porteurs qui gênent la fluidité de la circulation, le transport de produits dangereux par les convois maliens, la question des charretiers, les bus de transport en commun, entre autres sujets évoqués par les participants.

Au total, un ensemble de défis majeurs qui appellent à une convergence de tous les acteurs de la dynamique routière, pour une utilisation apaisée de la route, a noté le responsable, selon lequel cette campagne vise surtout « une modification de l’accidentalité ». « Les accidents, il y en aura, mais les dysfonctionnements qui résultent souvent de négligence, nous pouvons y faire face », a-t-il dit.

La répression doit « s’appliquer impérativement, parce que nul n‘est censé ignorer la loi », a-t-il toutefois, tout en relevant que cette perspective doit s’accompagner d’une « sensibilisation soutenue ».

« En termes de mortalité, a-t-il fait valoir, il n’y a pas plus traumatisant que l’accident », avec tout ce qu’il provoque comme « problèmes sociaux » dans l’entourage des victimes.

Aps

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces