Les plus populaires

 

Lecteurs en ligne

Une info ? 
 

221 33 823 43 43

Annonces
» » » » Soudan du Sud : 15 enfants meurent d’un...

Soudan du Sud : 15 enfants meurent d’un vaccin contaminé

2017-06-02T16:18:37+00:0015 Partages
Annonces

Quinze enfants sont décédés au Soudan du Sud après l’administration de vaccins contaminés contre la rougeole, qui n’avaient pas été maintenus à bonne température et avaient été mélangés avec la même seringue pendant quatre jours, a annoncé vendredi le ministre de la Santé.

« Une enquête (…) a conclu que les graves infections et effets toxiques résultant de l’administration d’un vaccin a provoqué cet incident », a déclaré le ministre Riek Gai Kok lors d’une conférence de presse à Juba.

« L’équipe de vaccination n’a pas respecté les normes de sécurité approuvée par l’Organisation mondiale de la Santé », lors d’une campagne de vaccination menée dans une zone reculée de la région de Kapoeta, dans le sud-est du Soudan du Sud, a regretté le ministre de la Santé.

Il a notamment assuré qu’une seule et même seringue a été utilisée, pendant les quatre jours de la campagne de vaccination, pour l’étape consistant à mélanger le vaccin lyophilisé à un diluant liquide en vue de son injection.

« La réutilisation de la seringue dite de reconstitution implique que cette dernière est contaminée, puis contamine à son tour les flacons contenant les vaccins contre la rougeole, et infecte donc les enfants vaccinés », a souligné le ministre.

L’enquête, menée par un comité sud-soudanais spécialiste de la santé avec l’aide d’experts de l’OMS et de l’Unicef, a montré que les vaccins, inoculés lors d’une campagne de vaccination supervisée par les autorités de la région de Kapoeta, n’avaient pas été conservés dans le respect des règles de la chaîne du froid, favorisant leur contamination.

Selon Riek Gai Kok, des enfants âgés de 12 ans figuraient par ailleurs parmi ceux administrant les vaccins. « Recruter des enfants de 12 et 13 ans est inacceptable, mais nous allons découvrir comment cela a pu arriver, mais cela n’a rien avoir avec un éventuel manque de personnel habilité à administrer des vaccins », selon le ministre.

Avec Afp

Articles connexes

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL