Annonces
Annonces
» » » » » Le 1er Mai ou la fête des «Travailleurs...

Le 1er Mai ou la fête des «Travailleurs pauvres», par Patrice SANE

2015-05-01T19:28:55+00:00 Partages

N’y a-t-il pas aujourd’hui «un modèle d’emploi assez éloigné de l’image que l’on peut se faire de l’emploi décent» ? Notre société a du mal à reconnaître la précarisation croissante du statut même de travailleur.

Depuis le milieu du XXe siècle, la pauvreté a changé de visage et ses causes se sont diversifiées. Elle ne concerne plus seulement les personnes sans emploi, qu’elles soient en situation de chômage de longue durée ou retraitées, pour lesquelles elle a d’ailleurs significativement reculé. La pauvreté touche désormais une population plus jeune, et plus proche du marché du travail. On entend ainsi parler de «nouveaux pauvres» ou de «travailleurs pauvres» pour désigner ces personnes qui, bien que socialement intégrées, notamment par un emploi, ne soient pas à l’abri de la pauvreté, ni des difficultés qui la caractérisent.

L’expression « travailleurs pauvres» est employée pour désigner des personnes qui travaillent mais vivent dans un ménage pauvre, quelles que soient les caractéristiques de l’emploi qu’elles occupent (niveau de salaire, temps de travail…)

L’ampleur de la pauvreté des travailleurs varie selon l’approche retenue pour définir la pauvreté (monétaire ou par les conditions de vie) et le critère utilisé pour la mesurer.

Cette situation est essentiellement un problème de sous-développement caractérisé par une forte proportion des emplois dans le secteur informel (91%), couplé d’une faiblesse des emplois salariés estimés à 25,4%, la situation de l’emploi oblige les Sénégalais à accepter de travailler pour des postes et des salaires bien en deçà de leur niveau d’étude. Une situation qui fait ressortir un sous-emploi réel dans lequel 67% des Sénégalais travaillent pour des revenus inférieurs au SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) qui est fixé à 33.456 FCFA.

Si les emplois augmentent et parallèlement les emplois de mauvaises qualités prennent de l’ampleur, c’est que les secteurs productifs qui tirent à la hausse la croissance du Sénégal, n’offrent pas aux travailleurs des emplois de qualité. En outre, la répartition sectorielle des emplois indique que seulement 13% des emplois sont fournis par le secteur industriel. Ces chiffres montrent clairement que la situation de l’emploi au Sénégal reste essentiellement une question de sous-emploi.

Face à cette situation, le gouvernement devrait faire la promotion de l’entrepreneuriat moderne qui permet par ailleurs, de sensibiliser les acteurs du secteur informel sur la nécessité d’utiliser une main d’œuvre de qualité et de lui garantir des conditions de travail décentes à travers une rémunération conséquente. Cela pourrait se faire, par des subventions ou incitations pour les opérateurs du secteur informel qui prendraient des mesures pour l’amélioration de la qualité du travail.

Pour lutter contre le sous-emploi, l’autre solution est l’accès au financement, notamment l’accès aux crédits à moyens et long terme. Il faudra être capable d’identifier les activités qui ont un fort contenu d’emploi et faire la promotion de ces activités.

Cette fête vient rappeler à notre mémoire collective l’importance que revêt le travail dans la vie de chacun individuellement et collectivement. C’est aussi l’occasion pour chacun, au-delà des revendications légitimes qu’il pourrait y avoir d’apprécier sainement la situation actuelle du pays et de s’engager  dans le travail de manière à faire en sorte que notre bien commun qui est SENEGAL, renoue véritablement avec la croissance.

Bonne fête à tous !

Patrice SANE, travailleur pauvre

Militant APR, membre CCR

Le contenu que vous venez de lire est une contribution:

L’internaute qui apporte une contribution au site senego.com quelle qu’elle soit s’engage à ce que celle-ci ne comporte aucun élément quelconque susceptible de violer le droit des tiers, et de donner lieu à des actions fondées notamment sur le plagiat, la responsabilité civile ou encore les délits prévus par la loi, notamment diffamation, injure, ou non-respect des dispositions d’ordre public telles que provocation aux crimes et délits, et crimes contre l’humanité et provocation à la discrimination, à la haine et à la violence.

Senego.com n'endosse en aucun cas la responsabilité sur les contributions d'utilisateurs ainsi que les opinions, recommandations ou de conseils exprimés au travers de celles-ci. Nous déclinons expressément toute responsabilité concernant l'information et l'utilisation de ces informations, Nous nous réservons le droit de supprimer du contenu d'utilisateur sans information ni formalité préalable, lorsque le caractère manifestement illicite et/ou contraire aux présentes dudit contenu serait porté à la connaissance.

Annonces
Annonces

Un commentaire

  • Buuru Sérères Yii Yépp
    01/05/2015 20:53

    Bonsoir et merci pour cette contribution pertinente de façon macro et multisectorielle.
    Le sujet abordé,est à mon avis une des clés de réponse à la problématique de la résolution participative du problème de l'emploi et de l'emploi de qualité.
    J'ai particulièrement apprécié le volet et l'appel allais je dire a une identification et un boostage par accompagnement aux PME nationales des secteurs sources de production d'emploi.
    Ilya a ce sujet d'ailleurs un autre problème que j'ai relevé par expérience de mon retour de près de trente ans d'émigration et a l'issue d'une faillite entrepreunariale :
    C'est le listage des niches de création d'emploi qui consisterait à rechercher et informer les potentiels investisseurs locaux de modeste portefeuille les niches existantes en question.
    En connaissance de cause je soutien que l'accès à l'information est un des déficits qui contribue à un sérieux manque à gagner en quantité de structures entreprenariales.

    Mamadou Moustapha Diallo
    Dakar, Sénégal.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces

L'ACTU EN TEMPS RÉEL