Annonces
Annonces
» » » » » » L’Article 19 demande la libération de...

L’Article 19 demande la libération de Houlèye Mané et Cie

2017-06-23T23:14:26+00:00269 Partages

Dans la déclaration rendue publique, l’Article 19, profondément préoccupée, demande la libération de Houlèye Mané et ses trois amis mis en détention provisoire pour avoir partagé sur WhatsApp un photomontage satirique du Président Macky Sall.                                                                                                                                                                                                                                                            

L’Article 19 est consternée par la mise en détention provisoire de Houlèye Mané, journaliste de la chaîne «Touba, Tv », Mariéme Diouf, Fatou Binetou Ndiaye et Cheikh Tidiane Sarr pour avoir partagé sur WhatsApp photomontage satirique du Président de la République du Sénégal, MackySall. Article 19 s’inquiète également de la violation de la confidentialité de la correspondance des prévenus. 

Par conséquent, ladite structure regrette une atteinte grave à la liberté d’expression et au caractère secret de la correspondance. Article 19 demande leur remise en liberté immédiate et l’abandon des poursuites pour «délits de diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs» et «association de malfaiteurs».

Le 2 juin 2017, poursuit le communiqué, ils ont été formellement accusés d’avoir partagé le photomontage satirique du président Sall et mis en détention provisoire, jusqu’à ce jour. Ils sont également accusés de faire partie d’une «association de malfaiteurs».

Le Code pénal sénégalais prévoit une peine d’emprisonnement d’un mois à deux ans et une amende de 25,000 à 300,000 francs pour «diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs» et «association de malfaiteurs». L’«association de malfaiteurs» est constituée lorsque des personnes s’entendent pour préparer ou commettre un ou plusieurs crimes contre les personnes ou les propriétés. Elle est un crime contre la paix publique puni par le code pénal de la peine de travaux forcés de dix à vingt ans.

Pour rappel, entre le vendredi 26 et le lundi 29 mai 2017, Mariéme Diouf, Fatou Binetou Ndiaye, Cheikh Tidiane Sarr et Houlèye Mané, journaliste de la chaine «Touba, Tv», ont été arrêtés par la police suite au partage de la dite satire dans un groupe WhatsApp de sept personnes.

                                                                                                

                                                                   

                                                                                                                                                                                                                                                                                           

 

Annonces
Annonces

Un commentaire

  • deug
    24/06/2017 17:53

    balene ko dotoul ko defati

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces