Annonces
Annonces
» » » » » » Un Khalifa pour le Califat? (Par Amadou Tidiane...

Un Khalifa pour le Califat? (Par Amadou Tidiane Wone)

Suite à l’arrestation du Maire de Dakar, Khalifa Ababacar SALL ainsi que celle de ses collaborateurs et, en attendant la suite des événements, méditons ensemble ces mots du Pasteur Martin Niemöller, Président des Eglises réformées de Hesse-Wassau. Partisan de l’arrivée d’Hitler puis résistant. Déporté à Dachau de 1938 à 1945:

« Je n’ai rien dit… »
« Quand ils sont venus chercher les communistes, Je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste,
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste,
Quand ils sont venus chercher les juifs, Je n’ai rien dit, je n’étais pas juif,
Quand ils sont venus chercher les catholiques, Je n’ai rien dit, j’étais protestant…
… Puis ils sont venus me chercher.

Et il ne restait plus personne pour dire quelque chose  »

La politique ce n’est pas un jeu. Encore moins un jeu de massacre qui autorise l’utilisation de tous les artifices possibles et imaginables pour se débarrasser d’adversaires potentiels ou déclarés.

Étymologiquement, le mot politique provient du grec “polis”, la Cité, et “techné”, la Science : la politique se définit donc comme une science du gouvernement de la cité.

Que se passe t-il autour de nous? L’agitation ambiante répond t-elle à cette noble définition de la politique? Depuis quelques années, la scène politique s’est déplacée au tribunal. Les avocats, magistrats et autres auxiliaires de la justice sont anormalement au cœur de l’action politique. Ce n’est pas leur rôle. Au demeurant, que de dossiers sont en souffrance dans nos tribunaux pendant des années semant la désolation dans de nombreuses familles. Que de prévenus passent des années en détention préventive en raison de la surcharge de travail imposée aux personnels de la Justice?

On comprend mal, dans ce contexte, la surenchère politico-judiciaire qui s’installe dans notre pays alors que des voies plus intelligentes de résorption des conflits politiciens pourraient voir le jour au prix d’un peu plus de générosité et d’intelligence du cœur.
Cela étant dit, le Président de la République, Gardien de La Constitution doit nous rassurer:

Il a déclaré qu’il gardait sous le coude plusieurs dossiers susceptibles d’être transmis à la Justice. Lesquels et pourquoi?

Assermenté, peut-il nous affirmer sur l’honneur que les faits reprochés à Khalifa Sall sont nouveaux et uniques dans leur genre dans la gestion des affaires publiques de notre pays depuis l’indépendance ?

Le cas échéant une application à géométrie variable de la Loi est-elle acceptable en démocratie?

À défaut de réponses sans équivoques sur ces questions fort simples, l’arrestation de Khalifa SALL semble relever d’une cabale et d’une volonté délibérée de liquider un adversaire politique. Cela est inacceptable.

D’autant plus inacceptable que le Président Macky SALL a été soutenu dans les mêmes circonstances par une majorité d’électeurs sénégalais qui l’on porté à la Magistrature Suprême.

Les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, je prends le pari que l’avenir est chargé de périls pour le camp présidentiel.
À moins que…

Amadou Tidiane WONE
[email protected]

Annonces
Annonces

2 commentaires

  • alex
    08/03/2017 18:03

    réflection d’un sage …..depuis quand les affaires de la cité intéressent elles l’état ? ?Véritable machination pour écarter un adversaire de taille à la personne de Khalifa Sall

  • sad
    08/03/2017 19:13

    sacr wone

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *