Annonces
Annonces
» » » » FCFA et Politique Monétaire : La BCEAO accepte...

FCFA et Politique Monétaire : La BCEAO accepte son statut de remorque

Nous nous réjouissons que le FCFA ait été au-devant de l’actualité ces dernières semaines bien que sous un angle qui ne sert pas la cause d’une réforme de sa gouvernance pour laquelle nous nous exprimons depuis un temps. Les activistes ont cependant joué leur rôle car ils ont réussi à faire sortir la BCEAO de sa réserve par le biais d’un Directeur National pour clarifier certaines questions sur nos réserves de change, la gouvernance de la BCEAO, le compte d’opérations, et l’impression de notre monnaie qui obscurcissent le débat.  La décision de sortir la France de la gouvernance de la BCEAO est une question politique et de leadership qui ne dépend pas de la BCEAO et qui n’affecte pas la conduite de sa mission actuelle qui par ailleurs est insuffisamment comprise et contrôlée par les états et le grand public.

Le type de régime de change qu’il faut aux pays de l’UEMOA responsabilisés est un autre débat qu’on ne tiendra pas ici mais il n’est pas un arrimage sur l’euro. C’est un sujet qui ne relève pas non plus des attributions d’un Directeur National, ni même du Gouverneur de la BCEAO, bien que sous un autre type de gouvernance, l’Assemblée Nationale aurait pu entendre le Ministre des Finances ou le Gouverneur de la Banque du Sénégal sur les questions de fond. Ce dernier n’aurait pas non plus été un porte-parole du Gouverneur de la BCEAO mais un représentant indépendant de l’état du Sénégal dans une gouvernance nouvelle.

L’exigence démocratique vis-à-vis du public aujourd’hui devait être que le Gouverneur de la BCEAO, Président du Comité de Politique Monétaire, s’explique sur l’activisme de la BCEAO qui nous a valu des pertes en couverture de réserves de change. En effet, nous ne sommes plus à 5 mois d’importations comme les officiels de la BCEAO le disent depuis quelques semaines mais à 3.7 mois comme l’a déploré le FMI, la référence habituelle en crédibilité de la BCEAO.  Le meilleur service que la BCEAO peut nous rendre dans son régime actuel est effectivement de ne rien faire d’elle-même en matière de politique monétaire comme nous le titrions dans notre dernière contribution : «BCEAO : Retour à une hibernation salutaire”.

Nous nous réjouissions alors que la BCEAO ait mis un terme à son activisme soudain (décembre 2016 et mars 2017) sur ce qu’elle considère être ses instruments de politique monétaire (taux d’intérêts et réserves obligatoires) alors que dernière ses murs se menait une politique quantitative qui n’a pas servi les intérêts de l’union.  Les banques commerciales et des états bien informés s’en sont plaints. La transparence dans la politique monétaire aurait dû obliger la BCEAO à en parler dans ses communiqués car la doctrine «l’argent a horreur du bruit» n’est plus la doctrine des banques centrales modernes qui doivent fidèlement rendre compte au public de leur gestion.

Dans le dernier communiqué de politique monétaire publié le 7 Septembre 2017, la BCEAO nous dit qu’elle garde le statu quo sur ses taux d’intérêts directeurs et sur le taux de réserves obligatoires mais derrière ses murs, elle a changé sa politique comme nous l’avions expliqué.  Pour arrêter l’hémorragie en couverture de nos réserves de change et les reconstituer à moyen terme, elle contrôle à présent les quantités de liquidités qu’elle donne aux banques à son taux minimum directeur d’adjudications (plus bas que son taux marginal de prêt).  Les dernières statistiques monétaires montrent que l’encours de son guichet automatique et permanent de prêt est devenu nul mais le volume total de liquidité qu’elle fournit au marché est resté plus ou moins inchangé car à défaut les banques ne renouvelleraient pas les titres de certains états qui arriveraient à échéance.  De ce point de vue, la BCEAO est à la remorque des banques et de l’ajustement budgétaire des états mais devra réduire le volume de refinancement si les états ne s’ajustent pas ou si le rythme de reconstitution de ses réserves de change est insuffisant. La BCEAO est donc également à la remorque de ce dernier facteur, le plus important pour qu’elle accomplisse sa mission de garantir elle-même notre parité sur l’euro, et non la France.

Nous exhortons le Comité de Politique Monétaire de nous parler dans ses prochains communiqués (nous qui les lisons) de sa politique sur les volumes de refinancement, le niveau de réserves de change, et son objectif de reconstitution, ainsi que des explications qui les accompagnent. Les comptes rendus sur la conjoncture internationale, la croissance, le déficit budgétaire, et le taux d’inflation de l’union nous sont véritablement moins utiles et ne permettent pas de justifier clairement le statu quo sur les instruments notés.

Dr Abdourahmane SARR

Président du CEFDEL/MRLD

Le contenu que vous venez de lire est une contribution:

L’internaute qui apporte une contribution au site senego.com quelle qu’elle soit s’engage à ce que celle-ci ne comporte aucun élément quelconque susceptible de violer le droit des tiers, et de donner lieu à des actions fondées notamment sur le plagiat, la responsabilité civile ou encore les délits prévus par la loi, notamment diffamation, injure, ou non-respect des dispositions d’ordre public telles que provocation aux crimes et délits, et crimes contre l’humanité et provocation à la discrimination, à la haine et à la violence.

Senego.com n'endosse en aucun cas la responsabilité sur les contributions d'utilisateurs ainsi que les opinions, recommandations ou de conseils exprimés au travers de celles-ci. Nous déclinons expressément toute responsabilité concernant l'information et l'utilisation de ces informations, Nous nous réservons le droit de supprimer du contenu d'utilisateur sans information ni formalité préalable, lorsque le caractère manifestement illicite et/ou contraire aux présentes dudit contenu serait porté à la connaissance.

Annonces
Annonces

4 commentaires

  • ba
    19/09/2017 11:20

    pour le francs c f a je me demande quand l africains aura sa dignité l esclavage colonisation colonisation language colonisation monnaitaire quand l afrique aura sa dignité tout les grand qui devai donner l africain sa dignité leur propre frere africains qui l ont trahie comme loumboumba sekou touré toma sankara kadafi yaya jammeh dadis camara etc tout les presidents africain qui avai la dignité et la personalité et integre ont les a assassiné par leur propre frere africains c est comme au temps d esclavage c est les africains qui vendé leur frere africain a cause d une couillere ou un miroire a notre epoque fait le coup d etat est tu sera ellut pour toujours le francs cfa doit quité notre trétoire pour quoi les president africains reste toujours derriere les europen moi je remerci paul kaguamé du ruanda depuis que il est au gouvernement le pays a changer ca langue de ne plus parler français mais englais

  • bon+sens
    20/09/2017 05:14

    mr ba l’anglais aussi est une langue de colonisateur

  • deug+rek+mo+am+solo
    20/09/2017 12:05

    fcfa bakhoule doumeussa bakh si afrique 50% si sunu ressource dellou france ndakh mognou garantie 14 pays africain c honteux gno sugnu gouvernement yi gno gnakk diom geumelèn sén boop té bayi occidentaux yi

  • seuf
    20/09/2017 12:09

    Les discours techniques de Mr Abdourahmane sarr, et du Directeur national de la Bceao, sont les genres de discours positifs qu’il faut encourager ! Mais quand les déclarations ne sont basées que sur des réactions épidermiques, ou allergico-haineux qui relèvent de la pathologie raciste, et pire très réactionnaire comme celles de ce trou de cul nommé kémi Séba, apatride qui sert des intérêts obscurs, c’est à ce niveau où les problèmes se posent.
    Mr sarr dixit  » le plus important pour qu’elle accomplisse sa mission de garantir elle-même notre parité sur l’euro » et c’est à ce niveau que je lui poserais des questions ! Avant de parler de parité (fixe ou fluctuante) ne faudrait il pas parler des leviers qui nous permettrait d’assurer LA CONVERTIBILITE MEME DU FCFA (ou du cauri, ou du baobab etc, l’appellation n’a aucune forme d’importance) VIS A VIS DES DEVISES INTERNATIONALES DOLLAR USA OU EURO EUROPE, au cas où la garantie obtenue par la FRANCE (un des deux moteurs de l’Europe) serait en rupture ! S IL N Y A PAS DE CONVERTIBILITE ASSUREE, quels seraient LES RISQUES POUR LES PAYS DE L UEMOA DE REVENIR A UNE SITUATION D ECONOMIE DE TROC DE NOS RESSOURCES NATURELLES pour obtenir des DEVISES, plus que que nécessaires pour les IMPORTATIONS DE PRODUITS (machines, instruments ntic, voitures, LE BLE POUR LE PAIN, les médicaments etc.). En cas de convertibilité à parité fixe nettement en dessous de celle que nous avons avons avec l’euro, QUELLES SONT LES CONSEQUENCES SUR LE TAUX D INFLATION necessairement non contrôlées(variations subites des prix, baisse du pouvoir d’achat des populations etc. sur les produits importés ? Enfin QUELS SERAIENT LES IMPACTS SUR LA DETTE EXTERIEURE ET LES SERVICES DE LA DETTE QUE NOUS (Le Sénégal en particulier, pour au moins 3000 milliards de fcfa, si je ne me trompe) PAYERONS NECESSAIREMENT EN DEVISES ???? Tout en sachant que si l’Etat paie directement, en réalité ce sont les populations qui vont en souffrir dans leur porte monnaies et épargnes !!!

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces