Les plus populaires

 

Lecteurs en ligne

Une info ? 
 

221 33 823 43 43

Annonces
Annonces
» » » » » Droits de l’enfant : Des acteurs contre une...

Droits de l’enfant : Des acteurs contre une mobilité des enfants

2017-06-28T18:45:51+00:0042 Partages

Dans le cadre de la 29ème Semaine nationale de l’enfant (Sne), un panel sur la mobilité (cyclique, saisonnière, ponctuelle…) s’est tenu à Dakar. Les intervenants ont dénoncé cette précarité qui est une entrave au respect de leurs droits, nous apprend Le Soleil.

L’Ong « Save The Children » a organisé un panel sur la mobilité des enfants au Sénégal et dans la sous-région. L’objectif général est de promouvoir un plaidoyer fort pour une meilleure prise en compte de la question de la mobilité des enfants dans les interventions des acteurs du système national intégré de protection de l’enfant.

Le directeur des Droits, de la protection de l’Enfance et des groupes vulnérables Niokhobaye Diouf a déclaré que cette mobilité est une préoccupation majeure, parce que concernant tous les acteurs. Il a affirmé que ce trafic constitue une violation de leurs droits. « Il est fréquent de voir des enfants installés dans des maisons abandonnées », a-t-il déploré, précisant que la mobilité des mineurs est aussi enregistrée dans les champs d’opération de mouvements jihadistes. M. Diouf a relevé la faiblesse des opportunités d’emploi, la pauvreté qui favorisent cette mobilité. Le directeur des Droits de Protection de l’Enfance et des Groupes vulnérables Niokhobaye Diouf a indiqué que dans les sites d’orpaillage, 30 à 40% des enfants constituent la force de travail. Il a également dénoncé leur exploitation sexuelle et commerciale. « En choisissant de poser cette problématique, nous cherchons quotidiennement des solutions », a soutenu M. Diouf, précisant que 90% des enfants retirés de la rue viennent des régions.

De son côté, Pape Samba Faye, policier à la retraite, a abordé le sous-thème de la mobilité des enfants et défi sécuritaire de la sous-région. Il a reconnu que la flambée du fondamentalisme est une menace pour ces enfants. L’ancien policier souhaite une gestion de nos frontières avec des agents bien formés. « Il faut améliorer les effectifs des agents pour la protection des enfants », a déclaré M. Faye. Cet ancien de la Brigade spéciale chargée de la protection des mineurs se dit favorable à une application stricte des lois. Le coordonnateur de la Plateforme pour la promotion et la protection des droits de l’homme (Ppdh) Mamadou Wane dit « Mao » a sonné l’alerte pour que les enfants ne tombent plus dans une mobilité non protectrice. « Ils peuvent être victimes d’une organisation mafieuse. Nous devons être dans la chaîne de prévention », a-t-il jugé.

Annonces
Annonces

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces