Annonces
Annonces
» » » Babacar Mbaye Ngaraf: « C’est...

Babacar Mbaye Ngaraf: « C’est l’heure du mouvement Libérer la Justice »

2017-03-15T18:23:25+00:0042 Partages
Le président du mouvement Alliance pour sauver le Sénégal est contre toute instrumentalisation de la justice sénégalaise. Pour Babacar Mbaye Ngaraf, le régime de Macky Sall peine à se débarrasser de ses tendances partisanes. Et l’affaire Khalifa Sall et Cie en est une illustration pour lui. 
« On assiste à une transformation accélérée de notre justice en Alac (Agence de liquidation des adversaires craints). La réussite de l’expérience avec la Crei sur Karim Wade est en phase de généralisation. Le premier et principal combat qui nous interpelle est la libération de la justice.  A chaque fois que quelqu’un est persécuté par le pouvoir politique à travers la justice, ses partisans dressent un mouvement pour sa libération. Exemples le Mouvement libérez Karim; le Mouvement libérer Bamba Fall… Aujourd’hui,  c’est l’ heure du mouvement « Libérer la Justice », a soutenu mercredi Babacar Mbaye Ngaraf, dans un entretien téléphonique avec Senego.
Selon M. Mbaye, les hommes de droit (magistrats, avocats), les défenseurs des droits de l’homme, les hommes politiques, doivent en urgence se retrouver et organiser le combat pour sauver la justice, « notre dernier rempart après la capitulation du Législatif ».
« Suspendons les luttes, respect calendrier républicain; fichier électoral etc. pour libérer la justice. Halte à la Jamehisation en marche au Sénégal. Encore que même Yaya Jammeh laissait ses adversaires aller en compétition contre lui », a-t-il laissé entendre.
Par ailleurs, le président du Mouvement Alliance pour sauver le Sénégal, invite les organisations internationales (Cedeao, Union africaine. Onu…) à se pencher sur le cas sérieux du Sénégal où « le suffrage universel n’a plus aucune valeur. Un élu peut à tout moment perdre  son mandat pour peu que président le veuille. Le Sénégal où « force reste à la loi « est remplacé par « loi reste à la force » . Ces organisation, ajoute Babacar Mbaye Ngaraf,  doivent éviter le  Médecin après la mort. Qu’elles anticipent contre les dictatures ».
Annonces
Annonces

Un commentaire

  • DIOM
    15/03/2017 20:18

    LES ELECTIONS LEGISLATIVES S’APPROCHENT ,CHACUN RACONTE DES BETISES POUR SE FAIRE SENTIR

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annonces